Le Magazine du Voyageur icon
Le Magazine du Voyageur
  •   5 min. de lecture

Si vous cherchez un paradis complètement vierge de l’exploitation touristique, l’Albanie devrait vous plaire. Il y a fort à parier que cette destination connaîtra un boom touristique un jour, comme ce fut le cas de la Croatie à la fin des années 90. Pourquoi ? Pour ses plages de rêve que personne ne soupçonne encore, pour ses trésors archéologiques et sa nature étincelante. Après des décennies d’isolement, l’Albanie se révèle au monde.

L’Albanie : passé, présent, futur

Grecs, byzantins, ottomans, romains et illyriens : ils sont tous passés en Albanie, se sont battus pour son emplacement stratégique au cœur de la Méditerranée et ont laissé de superbes traces de leur passage. Temples, théâtres, mosquées… les amoureux d’histoire y trouveront leur bonheur.

D’autres traces moins esthétiques, celles du communisme, passé par là entre 1941 et 1991. L’Albanie fut alors coupée du monde et subit une des dictatures les plus répressives du régime stalinien. Son dirigeant pendant 40 ans, Enver Hoxha, fit construire près de 800000 bunkers dans le pays dans un élan paranoïaque. Si ceux-ci sont peu à peu détruits, vous en croiserez encore le long des routes et au bord des plages. Vous les oublierez rapidement lorsque vous atteindrez les merveilleux paysages de carte postale de la Riviera albanaise.

Le pays est toujours injustement perçu comme dangereux, car il se remit difficilement de la fin du communisme. Jusqu’à la fin des années 90, le taux de chômage atteignait 40% et le pays connut en effet une période très dure. Aujourd’hui, l’Albanie est en route vers l’Union Européenne et se remet progressivement de ses traumatismes. La délinquance y est en fait moins élevée que dans les pays de l’ouest et les principaux soucis rencontrés par les touristes étrangers se résument à l’état des routes et aux coupures d’eau et d’électricité.

5 bonnes raisons d’aller en Albanie :

  • Les plages du Sud, qui rappellent la Croatie il y a 20 ans
  • Une des plus vieilles nations d’Europe, riche en histoire
  • Une cuisine délicieusement méditerranéenne
  • Une destination très bon marché
  • Vous y serez tranquilles, hormis en juillet-août où les plages sont très fréquentées.

À voir, à faire

En Albanie la nature est omniprésente. Deux-tiers de montagnes, 350 km de littoral et de la forêt pour le reste. Sa petite capitale, Tirana, se fait vite oublier et on partira tout de suite découvrir le pays. Les plus beaux sites se trouvent au sud du pays, près de la frontière grecque. Partagez votre temps entre une découverte du littoral sud et des petites villes et sites historiques des environs. Si vous avez le temps, allez faire un tour dans les parcs nationaux de l’est du pays.

Idée d’itinéraire sur 2 semaines :

  • Tirana, 1 jour : si le maire de Tirana, peintre, a fait un travail remarquable pour débarrasser la capitale de sa grisaille, Tirana est plutôt chère et présente peut d’intérêt historique. Cependant, elle permet d’avoir un avant-goût du mélange des cultures qui caractérise l’Albanie. Les photographes seront ravis par le curieux spectacle des immeubles multicolores du centre-ville.
  • Berat et ses environs, 2 jours : à 2 heures de Tirana, Berat est une très jolie ville blanche, qui possède de nombreux musées notamment un très beau musée d’ethnographie. Non loin, on découvre la cité grecque Apollonia, un des sites historiques les plus importants du pays.
  • Riviera albanaise, 6 jours : c’est le clou du voyage. Depuis Vlora, le port principal du sud de l’Albanie (dont la plage est jolie mais bondée), on descendra jusqu’à Saranda, à la recherche de petite criques isolées où poser son parasol. Si beaucoup de plages sont sauvages, d’autres proposent quelques infrastructures. Si la côte albanaise n’est pas encore très fréquentée, c’est parce que ses routes sont en très mauvais état. En ayant la chance d’avoir un 4×4, vous découvrirez des trésors qui seront pris d’assaut quand les routes seront rénovées un jour.
  • Butrint, 1 jour : ce site greco-romain classé au patrimoine de l’Unesco et très bien conservé est à voir absolument. Contrairement aux autres vestiges de la civilisation qu’on trouve en Grèce, Butrint a un aspect très sauvage, planté au milieu d’un dense végétation.
  • Korçë et Pogradec, 3 jours : Korçë est un des centres les plus importants du développement de la culture albanaise. On y trouve un bel aperçu du mélange de cultures qui caractérise l’Albanie, tant au niveau de l’architecture que de la population multi-ethnique. Pogradec, au bord du lac Ohrid, est un lieu de baignade apprécié des Albanais. Ces deux villes sont situées au cœur d’un parc national à cheval sur la Grèce et l’Albanie.
albaniens
N’ont-ils pas l’air sympathique ? cc Flickr/hogeslag

En pratique

  • Y aller : il n’y a malheureusement pas de vol direct de la France vers l’Albanie et encore moins de low cost. La compagnie Adria Airways propose des tarifs intéressants au départ de Paris via la Slovénie, autour de 200 € aller-retour. Certains voyageurs couplent la visite de l’Albanie avec celle de la Grèce. De Paris à Athènes, les prix descendent aux alentour de 80 €. Vol Albanie
  • Se loger : ce n’est pas le point fort de l’Albanie. L’infrastructure hôtelière est soumise au problème récurrent des coupures d’électricité. Vous devrez vous y faire, certains trouvent que cela a son charme. Une chambre chez l’habitant vous coûtera moins de 12 € la nuit par personne. On trouve des hôtels de haut standing uniquement à Tirana, principalement pour les voyageurs business.
  • Transport sur place : les routes sont en très mauvais état, le réseau de trains quasi inexistant. Il existe des minibus, mais on vous recommande franchement de louer un véhicule (robuste si possible), d’être très, très prudent sur la route et d’éviter de conduire de nuit et trop longtemps.
  • Argent : la monnaie est le lek. Le pays est très bon marché, vous vous en sortirez pour 25 € par jour et par personne.
  • Formalités : l’Albanie fait partie des pays accessibles aux français avec une simple carte d’identité.
vaches albanie
N’ont-elles pas l’air sympathique ? cc Flickr/savagecat

Conclusion : si l’Albanie était…

  • …une couleur : bleu turquoise, celui de la mer au sud
  • …un type de voyage : téméraire
  • …un animal : l’aigle, symbole du pays
  • …une activité : rodéo sur la route et bronzette, plongée
  • …un souvenir : des bolas, un jeu local
  • …un édifice : une belle mosquée byzantine
  • …un plat : des feuilles de vigne
  • …une femme : Greta Koci, chanteuse un peu kitsh très appréciée par les Albanais.
  • …un homme : Ismail Kadare, qui passe chaque année à deux doigts du prix Nobel de littérature.

Le Routard édite un guide sur l’Albanie. Le site de l’office du tourisme Albanais vous aidera si vous parlez anglais.
Pour toutes vos recherches de vols, hôtels, voitures rendez-vous sur liligo.com.

Autre destination incognita aux alentours : BosnieTous les articles terra incognita

Photo plage : cc flickr/godo-godaj

Avec Liligo trouvez le meilleur vol pour votre prochain voyage !


5 réponses à “Terra incognita : l’Albanie, perle secrète de la Méditerranée

  1. Merci de tordre le cou à certains clichés sur l'Albanie, un très beau pays, qui mérite qu'on s'y attarde un peu plus. Certes on est loin de sud de la France, mais le pays se développe à un niveau phénoménal, vous trouverez assez facilement se dont vous avez besoin a des prix relativement bas. Je vous invite grandement à visiter le sud avec ses plages et ses criques magnifiques. Les parcs nationaux sont aussi de toute beauté. En espérant vous voir très bientôt dans notre si beau pays =)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

footer logo
Rédigé avec pour vous