Magazine du Voyageur icon
Magazine du Voyageur
  •   4 min. de lecture

Vous rêvez de soleil, de plages bordées de palmiers et de paysages à couper le souffle ? Direction la Guadeloupe, petit coin de paradis sous les tropiques où le mot d’ordre est l’évasion ! Ici, on zappe les itinéraires touristiques classiques pour un road-trip entre plages de rêve, volcans et ti’ punch. Pendant deux semaines, apprêtez-vous à vous la couler douce, mais aussi à partir à l’aventure ! Plongée, randonnée, farniente et, bien sûr, découverte d’une culture riche et accueillante ! La Guadeloupe, ce sont deux îles en une : Grande-Terre et Basse-Terre, chacune avec son caractère, ses paysages et ses trésors bien cachés. Prêt pour un voyage qui sent bon le rhum et le monoï ? Suivez le guide, on vous embarque pour deux semaines de road trip en Guadeloupe !

Jours 1 à 3 : premiers pas à Basse-Terre

À l’arrivée de votre vol pour la Guadeloupe, prenez en charge votre voiture de location à Pointe-à-Pitre et filez vers Basse-Terre. C’est ici que votre road trip commence. Déposez vos valises à votre hébergement et, pour oublier le jet lag, prenez la direction de la première plage venue. Un petit plongeon ? Si le temps le permet, finissez votre journée avec un coucher de soleil, cocktail local à la main. Parce que oui, ici, les vacances commencent dès le premier jour !

Le lendemain, direction le volcan de la Soufrière. Chaussures de rando aux pieds, partez à la conquête de ce géant endormi. La vue d’en haut ? À couper le souffle ! Une fois redescendu, plongez dans les bains chauds de Dolé. Rien de tel pour délasser vos muscles qu’un bain chaud sulfureux.

Après cette journée sportive, un peu de calme au Parc National de la Guadeloupe. Perdez-vous dans la forêt tropicale, émerveillez-vous devant la Cascade aux Écrevisses et jouez les explorateurs à la maison de la forêt. Ici, c’est immersion totale dans la jungle guadeloupéenne ! Ouvrez l’œil : car le parc national abrite une biodiversité tout à fait exceptionnelle…

Basse Terre Guadeloupe

Jours 4 à 6 : de Malendure aux chutes du Carbet, immersion totale sur Basse Terre

Cap sur la côte, et plus précisément sur Malendure. Vous voilà aux portes de la Réserve Cousteau, alors mieux vaut prévoir votre équipement de snorkeling, ou carrément réserver une sortie plongée sous-marine ! Tortues, raies, poissons multicolores… L’eau est si claire que même les poissons les plus timides se laissent apercevoir.

Puis il est temps de plonger dans la culture locale avec une visite de distillerie. L’occasion de percer tous les secrets de fabrication du rhum guadeloupéen et de repartir avec une ou deux bouteilles en souvenir. Après cette parenthèse pleine de goût, direction les petits marchés de l’île pour éveiller vos sens.

Pour finir en beauté cette première partie du voyage sur Basse-Terre, direction les Chutes du Carbet. On ne va pas se mentir : c’est l’un des meilleurs spots photo de Guadeloupe, mais surtout l’un des sites naturels les plus sauvages de l’île. Offrez-vous une randonnée jusqu’aux cascades avec, en prime, quelques pauses rafraîchissantes dans les bassins naturels !

raie pastenague plongée guadeloupe

Jours 7 à 9 : histoire et culture sur Grande-Terre

Il est maintenant temps de quitter Basse-Terre pour rejoindre l’autre partie de l’île : Grande Terre. Roulez jusqu’à Pointe-à-Pitre et prenez la direction du Mémorial ACTe, plus important musée de Guadeloupe. L’occasion de vous immerger dans l’histoire de l’archipel face à des expositions sur le thème de la traite et de l’esclavage.

Après l’émotion, place à l’action ! Et quelle action : un atelier de cuisine créole ! Découvrez enfin ce qui se cache derrière le goût explosif du colombo ou du bokit ! Spoiler : ça pourrait bien changer votre vie (ou du moins votre cuisine). L’après-midi, offrez-vous un cours de danse locale ou quelques heures de farniente sur la plage.

Pour le neuvième jour de votre itinéraire en Guadeloupe, direction Marie-Galante, l’île du rhum par excellence. Visite de distillerie, dégustation, balades en pleine nature, moments de détente sur la plage… Une parenthèse incontournable !

Marie Galante Guadeloupe

Jours 10 à 12 : Les Saintes et La Désirade

Depuis Grande-Terre, partez en bateau jusqu’aux Saintes et découvrez une autre facette de la Guadeloupe. Dès l’arrivée à Terre-de-Haut, le dépaysement est immédiat. Baladez-vous, explorez et poussez la découverte jusqu’au fort Napoléon.

Après la découverte, place à la détente et à l’aventure version soft. Un petit tour en kayak dans la baie des Saintes s’impose ! Pagayez entre les îles et îlots et découvrez des coins cachés accessibles seulement par la mer, avec un petit arrêt du côte du Pain de Sucre. C’est le moment « zen » de votre voyage.

Puis changement de décor du côté de la Désirade. Pour les plus motivés, une randonnée s’impose au coeur des paysages à couper le souffle de l’île. Evidemment, il vous faudra aussi profiter des plages de l’île… Sauvages et préservées, celles de Fanfan et du Souffleur font partie des incontournables.

Pain de Sucre, Saintes, Guadeloupe

Jours 13 & 14 : détente sur Grande-Terre

Il est temps de retourner sur Grande-Terre pour les deux derniers jours du voyage. Offrez-vous une journée shopping à Pointe-à-Pitre pour trouver des souvenirs et de l’artisanat local histoire de ramener un petit bout de Guadeloupe chez vous. Épices, rhums, créations artisanales… C’est aussi l’occasion de profiter une dernière fois de l’ambiance chaleureuse de l’île.

Et pour l’ultime journée, cap sur la plage du Gosier. L’occasion de vous prélasser une dernière fois sous le soleil guadeloupéen et de dire au revoir à la Guadeloupe les pieds dans le sable avant de rejoindre l’aéroport de Pointe-à-Pitre pour rendre votre voiture de location et prendre votre vol retour.

Guadeloupe

Et si vous voulez passer vos vacances à nager, découvrez aussi notre top 10 des spots de snorkeling en Guadeloupe !

You need to add a widget, row, or prebuilt layout before you’ll see anything here. 🙂

8 réponses à “Quel itinéraire pour deux semaines en Guadeloupe ?

  1. Article écrit avrx l’aide de l’IA ?? Je suis des saintes et votre description est inadéquate et triste .
    Le départ se fait depuis la basse terre pour éviter un trajet de 2h en bateau qui rendra a coup sure tt le monde malade.
    Je recommande aussi de passé une nuit au saintes pour vivre une expérience de vacance ultime

  2. Attention la soufrière ne jouit que rarement d’un sommet degagé !
    12m de precipitations au sommet, en 9 mois sur l’île je n’ai vu que 10 jours maximum le sommet emerger des nuages. Donc la vue est belle, mais il faut moduler le voyage fonction de la meteo si on veut absolument grimper : si c’est degagé le matin, on y fonce !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *