Le Magazine du Voyageur icon
Le Magazine du Voyageur
  •   8 min. de lecture

La nouvelle saison de l’émission mythique « J’irai dormir chez vous » est diffusée cet automne sur France 5, tous les samedis à 18h. Antoine de Maximy, le roi de l’incruste, nous a accordé une interview. Il nous raconte les rencontres qui l’ont marqué, des anecdotes de tournage et ses autres projets en cours.

Samedi 8 novembre, c’est votre reportage au Cap-Vert qui sera diffusé. Pouvez-vous nous donner un petit avant-goût de ce que l’on verra dedans ?

J’ai failli faire naufrage au Cap-Vert, il y a 25 ans. Je partais pour traverser l’Atlantique sur un voilier de 30 mètres pour faire un film sur des jeunes en réinsertion. On venait de partir de Praia et on allait à Haïti. J’étais à la barre avec le caméraman à côté de moi quand j’ai vu une grosse masse devant, une masse tellement énorme que ça ne pouvait pas être une île. On réveille le commandant en second qui nous dit « normalement c’est bon, y’a rien devant. Je vais quand même allumer le radar… ». C’était un vieux radar qui se met en route en plusieurs minutes. Tout d’un coup il se met à hurler « tournes, y’a une île juste devant!». Il nous restait environ 3-4 minutes avant de nous planter sur les rochers…

Et là j’y suis retourné, plus de 20 ans plus tard, et j’ai enfin compris ce qu’il s’était passé : un gros nuage s’était formé au-dessus de l’île volcanique avec un pic à 3000 mètres. Je m’étais dit que je retournerai sur cette île de Fogo et je n’ai pas regretté. Le Cap-Vert c’est un mélange de Brésil, d’Afrique et d’Antilles. C’est relativement pauvre, mais tout le monde mange à sa faim. Sur l’île de Fogo, il y a une pénurie de garçons et sur d’autres îles c’est l’inverse. Je me suis aussi retrouvé sur une île très touristique, Boa Vista. J’étais dans la petite ville un dimanche soir et je me suis retrouvé dans une énorme fête où il n’y avait aucun touriste, aucun étranger. C’était vraiment sympa. Bon, il y a eu une bagarre à un moment, mais ça s’est quand même bien terminé. Tout ça c’est dans le film de samedi.

Après 5 saisons, vous arrive-t-il encore d’être surpris par certaines réactions lors de vos rencontres ?

Oh oui… ça peut arriver. Par exemple en Allemagne, quand je suis rentré dans un bar punk . Je ne sais pas si c’était des punks ou autre chose, mais ça s’est passé moyen. Ça a dégénéré et ils m’ont foutu dehors, mais ça aurait pu être pire: ils m’ont cassé du matériel et ils ont essayé de me faire mal. Pas très sympa…

« Les gens plus pauvres sont plus accueillants »

Vous avez sillonné des dizaines de pays avec des cultures de l’accueil très différentes. Quels sont les endroits du monde où vous avez trouvé les gens particulièrement accueillants ?

Parmi les endroits vraiment accueillants, il y a le Maroc… … et la Polynésie. Dans les endroits où c’est plus difficile, ce n’est pas que les gens ne sont pas accueillants, c’est plutôt lié à des codes sociaux différents. Par exemple aux Émirats, c’est difficile d’entrer chez les gens. Quand tu arrives avec ta culture différente qu’ils connaissent mais qui ne leur plaît pas trop, ça ne les branche pas trop que tu viennes dormir chez eux. De toute façon je ne pourrais entrer que dans la pièce où l’on reçoit.

Est-ce que le niveau de développement du pays joue sur l’accueil ?

Oui ça joue, mais ce n’est pas lié à 100%. Il y a des pays peu développés où les gens n’ouvrent pas leur porte, parce qu’ils n’aiment pas les étrangers, qu’ils s’en méfient. Mais une chose est sûre: quel que soit le pays, les gens plus pauvres sont plus accueillants. C’est un truc que j’ai pu vérifier. Les riches ont peur qu’on leur pique ce qu’ils ont, alors que ceux qui n’ont rien ou pas grand-chose ouvrent leur porte beaucoup plus facilement.

Antoine en Namibie
Antoine en Namibie

Comment choisissez-vous vos destinations ? Avez-vous le dernier mot ?

Ce n’est même pas que j’ai le dernier mot, c’est que je n’en discute avec personne. Enfin j’en discute amicalement, mais il n’y a pas de débat. Parce que ça demande tellement d’énergie que si tu n’es pas convaincu par ce que tu vas faire, tu ne peux pas le faire.

Il y a des pays que vous regrettez de ne pas avoir pu faire encore ?

L’Ukraine, par exemple. Je voulais y aller…j’ai hésité…et finalement je suis allé ailleurs et maintenant ce n’est plus très facile à faire. C’est dommage car cela aurait été intéressant.

« Il n’y a pas de recette »

Vous auriez des conseils à donner aux simples voyageurs pour briser la glace avec les locaux ? Y-a-t-il une recette particulière ?

Non. Parce que je n’arrête pas de m’adapter à la personne que j’ai en face de moi. Quoi dire… non, je n’ai pas vraiment de conseils à donner. Il faut juste faire spontanément ce qu’on a envie de faire et ce qu’on ressent. Mais il n’y a pas de recette.

Votre technique a-t-elle évolué au fil des saisons pour entrer en contact avec les gens, pour leur inspirer suffisamment de confiance et qu’ils vous ouvrent leur porte ?

Oui bien sûr, je me suis nettement affiné. Je sais mieux évaluer ce que je peux faire et ne pas faire, je suis beaucoup plus efficace. Je demande moins à des gens alors que ça ne servirait à rien. Avant je me trompais beaucoup plus et parfois j’étais content parce que je trouvais des gens pour m’héberger mais ça ne servait à rien au final parce que c’était des gens qui n’avaient rien à dire. Mais je me fais plus surprendre en rencontrant des gens que je pensais fermés et qui sont ouverts, que des gens que je pensais ouverts et qui sont fermés, ça c’est clair.

Il y a eu des déconvenues dans cette saison ?

Non, en fait c’est plus l’inverse qui m’arrive, c’est de penser qu’une personne n’est pas sympa ni ouverte alors qu’elle l’est. Beaucoup de gens quand ils sont en « position de repos » font la tronche, mais dès que tu leurs parles et souris, ils s’ouvrent.

Quelles sont les principales limites des rencontres dans vos reportages : la langue, la différence culturelle, la méfiance, la présence de la caméra…?

Un peu tout ça. La présence de la caméra n’est pas mauvaise car elle explique ce que tu fais et ça rassure les gens. Si je n’avais pas de caméra, ils se demanderaient beaucoup plus quelle est ma motivation. Par exemple si je veux des sous ou profiter d’eux. La caméra aide. Mais il faut savoir qu’elle interfère beaucoup moins que dans ce que l’on voit ailleurs à la télévision.

Les gens se rendent compte qu’ils sont filmés, qu’ils vont passer à la télé ?

Oh non, au départ, bien sûr que non. La plupart se rendent compte que je filme, mais ils ne savent pas forcément qu’ils sont filmés, au moment où je les rencontre. Je leur dis le plus tard possible, car le rapport est beaucoup plus intéressant tant qu’ils ne vivent pas pour la caméra. Et la technique, c’est de passer progressivement de la petite caméra à la grosse caméra (qui n’est pas grosse du tout, en fait) et qui fait qu’après ça ne leur pose plus aucun problème que je les filme.

Antoine de Maximy en Argentine
Antoine de Maximy en Argentine

Vous leur envoyez le film ensuite…

Oui, mais ça met très longtemps car je l’envoie après la diffusion.

…et il y a peu de retours. Pour quelle raison ?

J’en ai quelques-uns, mais vraiment très peu. J’ai reçu une fois un email de quelqu’un qui n’était pas content, un jeune Indien que j’avais filmé pendant qu’il jouait de la musique religieuse. Il se plaignait car je n’avais pas diffusé le morceau en entier.

Ça vous est déjà arrivé de rentrer de reportage sans rien à vous mettre sous la dent ?

Non. Jamais. Un jour peut-être… Ce qui m’est arrivé : j’attendais mes caméras au Belize et on me les a envoyés au Mexique, alors j’ai dû aller les chercher là-bas et je n’ai pas eu le temps de faire le Belize comme c’était prévu.

Une expérience, une rencontre qui vous a particulièrement marqué ?

Dans cette saison, le couple d’Allemands de l’Est qui raconte comment c’était pendant la séparation des deux Allemagnes. La femme raconte que son père était parti à une manifestation et qu’elle ne l’a revu que quatre années plus tard… Sans savoir pendant ce temps s’il était vivant ou pas. Sinon, il y en a eu plein de belles rencontres. Une dont je me souviens particulièrement et qui était touchante, c’est la rencontre de Sumaré dans le tout premier épisode, tourné au Mali en 2003. C’est un clochard qui vit dans la rue avec rien et qui vivra tant qu’il pourra tenir le coup. Une belle rencontre, car il avait une belle gueule, il parlait bien, il était authentique et spontané. Mais il y en a pratiquement dans chaque épisode.

Une version en direct de « J’irai dormir chez vous »

Vous regardez des émissions de voyage à la télé ? Lesquelles vous plaisent ?

Je n’en regarde pas trop en fait. « Nus et culottés », j’aime bien. Ensuite il y a d’autres émissions mais plus classiques, plus préparées. Ce qui est intéressant c’est l’improvisation et la spontanéité.

Vous avez des projets en cours en parallèle ?

J’en ai plein, mais qui n’avancent pas assez vite. J’ai envie de faire de la fiction et j’envisage de faire une version en direct de « J’irai dormi chez vous ». C’est en développement, on cherche, on avance bien.

D’où l’émission en direct dans Paris au début du mois d’octobre ?

C’était à la fois une opération de com’ pour la nouvelle saison et une façon de tester l’interactivité et le direct. On voit un mec qui se balade dans une voiture à pédales et ça n’a l’air de rien, mais derrière, il faut un car régie avec plusieurs techniciens. Et encore c’était en français, rajoute à ça la traduction simultanée… Ça risque d’être un truc compliqué, mais qui risque fort d’être très intéressant.

JDCV - PARIS WEB

Avec le même titre ?

On va probablement garder « J’irai » car c’est la marque de fabrique mais pour le reste le but ne sera pas forcément de dormir chez les gens. Mais ce sera bien sûr toujours de faire des rencontres.

Rendez-vous samedi à 18H10 sur France 5 pour voir Antoine au Cap-Vert !


Avec Liligo trouvez le meilleur vol pour votre prochain voyage !


5 réponses à “J’irai dormir chez vous / Antoine de Maximy – « Ils font la tronche, mais dès que tu leur parles… »

  1. pourrai t on la voir sur des chaines etrangeres comme des grands voyageurs comme moi.
    elle m aide beaucoup
    je vis dans le monde
    et sur tv5 monde
    jamais vu
    je suis en argentine que je ne connais pas
    je suis paume
    si j avais vu les reportages d ici j aurai ete plus informe sur le pays
    je me debrouille quand meme mais j ai fait de grosses erreurs
    deja au niveau du climat
    il aurait mieux fallu que je vienne ici a partir de fin novembre quand commence les temperatures agreables dans toute l argentine
    la par exemple je suis a mar del plata ou il fait 22 degres le jour et 8 degres la nuit
    il fait froid je retourne a buenos aires ou il fait 30 degres
    j y etait avant de venir a mar del plata
    je suis surpris des differences de temperature dans ce pays
    selon les epoques
    avant l argentine j ai passe 3 mois au bresil que je connais bien
    depuis 27 ans
    j ai tres peu de bons amis la bas
    mais ca me suffit
    le bresil a beaucoup change
    ce n est plus le bresil authentique
    tout a disparu
    principalement la culture et son identite
    ils ne sont plus acceuillant comme j ai connu
    ils ne vous font pas dormir chez eux
    sauf 1
    antoine doit le connaitre
    on l appelle gringo
    il vit a rio jacare-cabedello dans la ville de joao pessoa dans l etat de paraiba bresil
    gringo avait 1 resto sur le fleuve rio jacare avec 1 ponton
    je l ai rencontre a mon 1er voyage la
    on etait plusieurs copain francais
    et bien croyez moi mr antoine
    il nous faisait dormir chez lui
    jusqu a maintenant je peux y aller et il me depanne
    comme je vous dit
    la nouvelle generation n a pas connu la misere du bresil
    c est pour ca comme vous dites dans votre interview on rencontre beaucoup de gens mefians specialement chez les gens aises
    lui gringos avec son resto son fleuve et son poton
    et bien il a rencontre tous les gingos du monde qui fasaient le tour du monde avec leur voilier et qu il faisaient escale en mouillage pres du ponton
    c est lun des plus belles endroit du nordest du bresil
    le plus beau coucher de soleil du pays surtout en juillet aout ou c est l hiver la
    a l epoque c etait completement sauvage
    on en a fait 1 endroit a toutou
    c est triste
    c etait vraiment le bresil qu on imaginait et qui existait
    sa culture-son hospitalite et son identite
    c etait le reve que l on vivait en vrai

    je reviens sur la famille de gringos car depuis ses enfants ont fait des enfants et petits enfants
    ils ne m acceptent pas
    ils ont peur que je vienne soutirer son heritage
    j y suis retourne le voir cette annee apres la coupe du monde
    a peine qu il m est chasse
    quand 1 se moquait il suffisait de dire le score du match bresil -allemagne:7.1
    il me foutait la paix en partant en courant

    comme je dit en portugais:
    cade o brasil de meu coracaon e de meu saudade

    il n existe plus

    on a plus de touristes en argentine qu au bresil
    c est beaucoup mieux organise et plus sur
    meme les bresiliens que je rencontre me le dise surtout ceux de sao paulo
    ici on dit san pablo

    les deux pays sont fou du foot
    tres agacant a force
    tout lieu publique de n importe quelque classe
    t.v +foot

    pour l instant l argentine a garde ses valeurs identitaires
    pour sympathiser faut du temps
    ils ont plus l esprit espagnol alors que le bresil portugais

    comme disait coluche

    choisis ton camps camarade

    tout n est pas parfait

    mais 1 grande difference entre le bresil et l argentine

    meilleur education et meilleur partage des richesses ici

    la france a 1 grande histoire dans ce pays et combien de descendant de chez nous
    surtout du sud ouest de la france
    et je vous raconte pas les architectes francais qui ont edifies des immeubles a buenos aires a la haussman
    on se croit a paris
    pour celui qui a beaucoup d argent c est le moment de venir acheter des blocs entiers
    des avenues memes tellement que c est surprenant et BEAU

    mais ya du travail apres pour renover les interieurs
    l exterieurs on n y touche pas
    1 coup de carcher et c est tout
    on vend apres aux QUATARIES qui en feront des pallaces et que sais-encore
    ya du potentiel ici quand on est riches

    le probleme c est l instabilite economique et politique

    AU BRESIL C EST PIRE
    on parlait meme d un putch militaire apres l election presidentielle et la victoire de dilma

    je sens que ca peut arriver a n importe quelque moment car le bresil entre dans une crise economique tres grave et que les promesses vont passer a la poubelles car ya plus d argent

    une nouvelle revolte sociale pire que l annee derniere
    et apres les militaires ariivent avec l opposition et prise du pouvoir

    comme c est deja ecrit surement

    je me permet de parler comme ca car je le connais bien
    et ca toujours ete comme ca
    mallheuresement pour le bresil

    il n y a pas d ordre
    tout le monde se plaint
    et les riches ne veulent pas partager

    le maroc
    je connais depuis plus de 40 ans
    c est ma destination favorite
    et qu elle effort fait par le nouveau roi mohamed 6
    TRES FORT
    j y retournerai l annee prochaine
    je les appelle ou carte postale de n importe qu elle endroit du monde
    j ai appele casa et tanger d ici

    pour revenir a gringo
    je vous invite a aller dormir chez lui en venant de ma part et visiter la ville la plus acceuillante du bresil et l interieur de l etat et d autres amis la
    il n ya que joao pessoa ou je rencontre de bonnes personnes au bresil
    contactez moi si vous le voulez
    on peut faire equipe
    le monde est ma maison sinon je m ennuie
    je suis comme vous
    mais moi j attend que l on m invite

    j ai 20 000 fotos de tous mes voyages que j ai repris depuis deja 3ans et demi

    ils sont a votre disposition

    s il existe 1 site: j irai dormir…………..

    ca m interesse de le connaitre

    tres sincerement MR ANTOINE

    VOUS ME FAITES BIEN REVER ET RIRE POUR VOTRE CULOT

    J APPRECIE

    j irai sur le site fr.5 pour des infos sur l emission

    SAMI

    A BIENTOT POUR 1 REPONSE

  2. la seule émission authentique que l’on a la chance de voir à la télévision!!
    En plus le « mec » est super sympa!!! De bons moments quand on n’a pas la chance de pouvoir voyager!!

  3. Bonjour,
    Enfin une interview avec des questions différentes, j’apprécie.
    Antoine fait rêver beaucoup de monde avec un concept très simple, c’est juste génial.
    Yves

  4. Superbe interview ! La suite devrait être intéressante !
    Un bémol cependant au rédacteur/trice : LES FAUTES D’ORTHOGRAPHE !!!!!!!

  5. Super interview ! Pour ceux qui n’ont pas l’occasion de voir les épisodes en direct, ils sont disponible pendant une semaine après leur diffusion sur le site de france télévision : pluzz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

footer logo
Rédigé avec pour vous