Le Magazine du Voyageur icon
Le Magazine du Voyageur
  •   6 min. de lecture

Vous souvenez-vous de ces deux garçons un peu fous et complètement nus qui voyagent sans rien et réalisent leurs rêves ? Ils reviennent ! Nans et Mouts sont de retour pour une nouvelle saison de « Nus & Culottés » remplie de belles rencontres et d’aventures extraordinaires. Cerise sur le gâteau, Mouts nous a fait le plaisir de répondre à nos questions. Interview.

Quels sont les changements de la seconde saison ?

Disons que pour la deuxième saison, nous avons voulu pousser un peu plus la folie des rêves qui nous mettent en mouvement. Les projets de rencontrer un ours dans les Pyrénées, d’aller voir le roi de Belgique pour manger un chocolat avec lui ou de nous rendre en Islande pour admirer une aurore boréale sont un peu plus fous…

Je crois qu’on a poussé le bouchon plus loin parce qu’on avait plus confiance en notre processus de voyage, en la générosité des gens et en notre capacité à trouver des solutions quand tout semble perdu.

Du coup, on s’est permis d’aller plus loin et on a aussi voulu trouver de nouveaux moyens de transport : la péniche, le jet privé, la mobylette…Ces nouveaux moyens de transport impliquent forcément la découverte de nouveaux univers comme celui des garagistes ou des éclusiers.

Enfin, toujours dans cette logique de confiance renforcée, nous nous sommes aussi autorisés à être plus directes avec les gens que nous abordions tout en restant bien sûr polis et respectueux. Plutôt que de nous présenter, d’expliquer notre concept et de détailler notre « CV », nous avons choisi de poser les questions plus simplement. « Bonjour, est ce qu’on pourrait prendre une douche chez vous ? » Que se passe-t-il lorsque vous posez une question comme celle-là à un inconnu alors que vous êtes habillés à l’aide de branches ou de lierres ? C’est ce que nous voulions découvrir. On voulait aller plus loin dans la rencontre instantanée : « tu es qui toi? Qu’est ce qu’on a à partager pendant une heure ou trois jours ? ».

Nous avons aussi passé plus de temps chez les gens donc les rencontres ont été plus en profondeur. En fait, nous n’avons rien apporté de véritablement nouveau dans cette saison mais nous avons essayé de tout pousser un peu plus loin. Dans la même démarche, nous avons aussi donné plus de nous même en personnalisant nos cadeaux et en nous livrant plus facilement aux gens. Nous voulions équilibrer la rencontre, que chacun donne autant à l’autre.

Votre rencontre la plus mémorable ?

C’est très difficile de répondre à cette question. Toutes les rencontres nous apportent quelque chose d’exceptionnel. Je peux quand même en citer deux qui ont eu lieu lors de la seconde saison. Dans l’épisode « Objectif Paris », nous sommes partis du Larzac avec pour ambition d’arriver à Paris pour faire un bivouac sur les toits. On s’était un peu blindé en se disant qu’il serait très difficile de se faire héberger à Paris. Tout le monde nous avait conseillé de rester en province et finalement, nous avons reçu un super accueil. Au milieu de la rue, à 11h du matin, nous sommes tombés sur une femme avec qui nous avons discuté pendant une 1h30. Au bout d’un moment, elle nous a tout simplement dit : « Bon les gars, moi j’ai un rendez-vous là mais je vous laisse mes clés et on se retrouve chez moi à 20h comme ça vous pouvez aller poser vos affaires ». Elle venait à peine de nous rencontrer…C’est quelque chose qui ne nous était encore jamais arrivé.

Dans un tout autre registre, en Corse, nous avons rencontré un ancien meurtrier qui avait fait 10 ans de prison. Il avait un passé lourd avec également du proxénétisme et des braquages. Il avait purgé sa peine et payé sa dette à la société mais nous a expliqué qu’il ne se sentait toujours pas « propre » à sa sortie de prison. Il a alors senti le besoin de travailler très dur et a décidé d’élever des cochons. C’était sa façon à lui de redevenir digne et honorable.

Avoir quelqu’un comme ça en face de vous qui vous raconte son histoire droit dans les yeux, cela vous fait forcément réfléchir à votre cas personnel.

Je n’ai pas pu m’empêcher de me demander si, comme lui, je me sentais « clean » par rapport à certaines choses que j’avais pu faire dans ma vie et dont je ne suis pas fier. Je n’ai bien sûr tué personne mais il y a chez tout le monde des choses qu’on aurait préféré ne pas faire, des petits larcins, des mensonges…Est-ce que je me sens lavé de ça ? Qu’est ce que je peux faire pour avancer dans ma vie sans me traîner ces vieilles casseroles de culpabilité ? C’est le genre de rencontres qui me percutent beaucoup et qui m’invitent à me demander qui je suis par rapport à ces gens.

 

Partant des hauteurs corses, Nans et Mouts progressent au fil des rencontres jusqu’a  Bonifacio. Debarqueront-ils en Sardaigne pour y peindre une fresque murale ?

Quelles sont les pires difficultés que vous avez rencontré lors de vos périples ?

La pire des difficultés est sans aucun doute d’affronter le froid au début de l’aventure. Ce n’est pas quelque chose de très habituel de se retrouver tout nu par 0° et de marcher pieds nus dans la nature. Il y a aussi tout ce qui est de l’ordre de la faim et de la soif mais on relativise finalement assez rapidement. On prend tout ça avec suffisamment de recul parce que nous avons choisi ces conditions difficiles.

C’est même ce que l’on recherche : définir nos limites et comprendre qui nous sommes.

Il y a quelque chose de très initiatique dans ces voyages et c’est pour cela que l’on ne pourrait pas les dupliquer à l’infini. Il faut à chaque fois y mettre nos tripes du début à la fin. Dans ces conditions difficiles, pour continuer à avancer, il faut que nous y trouvions un sens. Il y a également la difficulté de trouver un hébergement pour la nuit. Quand on fait du porte à porte et que personne ne veut nous héberger, qu’il pleut, qu’il fait froid et qu’on est épuisé…et bien il faut quand même garder le sourire, de l’enthousiasme et persévérer. Ce n’est pas facile mais, en même temps, c’est à ce moment là que tout se joue. C’est là qu’il faut aller chercher les ressources que l’on pense ne pas avoir. Il faut retrouver le chemin vers cette énergie que l’on a tous au fond de nous. On a tous vécu une épreuve à un moment de notre vie que l’on pensait insurmontable : un accident de voiture, une rupture amoureuse, un licenciement…Pourtant, la plupart du temps, on finit par se relever.

On imagine que ces difficultés peuvent aussi devenir sources de conflit, même entre deux très bons amis comme vous…

Il y a bien sûr des moments où l’on n’est pas d’accord. Des moments où à un croisement, il veut tourner à droite et je veux aller à gauche. D’autres fois où on est nu, on a froid et on nous offre un pull. On est deux, comment fait-on ? Qui le garde ? Des trucs comme ça, il nous en arrive plein. Et on a beau être très bons amis, se connaitre de mieux en mieux, il arrive un moment où nous sommes simplement humains, avec nos peurs, nos angoisses, nos envies, nos rêves. Il n’est jamais évident de marier tout ça. Mais ce n’est rien de trop ou de très particulier par rapport à un couple, un binôme de travail ou des voisins dans une cage d’escalier. Il faut simplement apprendre à vivre ensemble.

C’est sûr que lors de nos voyages, nous n’avons aucune intimité vis à vis de l’autre puisque l’on part nu, que souvent on partage le même matelas, les mêmes repas, les mêmes vêtements. Cette promiscuité met encore plus en exergue les petits conflits qui peuvent apparaître. Il nous a fallu apprendre à bien communiquer et à savoir se dire clairement les choses : où on en est, comment on se sent, de quoi on a besoin, ce qui a pu nous ennuyer, nous froisser, nous mettre en colère mais aussi ce qui fait qu’on est content d’être là.

On a appris à mettre beaucoup de clarté dans notre communication et à prendre le temps de parler. C’est d’ailleurs l’un des enrichissements majeurs de ces voyages. Mais de toute façon, on s’est toujours dit sans vraiment se le dire que la priorité était notre amitié. Elle passe avant le voyage, avant l’émission, avant tout.

Retrouvez la seconde partie de l’interview avec Mouts de Nus & Culottés la semaine prochaine. Il nous racontera sa rencontre avec Nans, la genèse de l’émission et nous parlera de sa vision du tourisme et des voyages.

Retrouvez Nus & Culottés sur France 5 le jeudi à 20h35 à partir du 25 juillet !

NUS & CULOTTÉS – Objectif Belgique (bande-annonce) by BonnePioche


Avec Liligo trouvez le meilleur vol pour votre prochain voyage !


Réponse à “NUS et CULOTTES saison 2 – « On voulait aller plus loin »

  1. Quel concept original et intelligent ! On est au coeur de l’authenticité . Belle leçon de vie à chaque nouvel épisode . Toutes ces rencontres donnent à réfléchir . Nans et Mouts sont deux garçons vraiment extraordinaires. J’espère les revoir très bientôt ….En attendant , je serais ravie qu’ils m’envoient un petit mot .Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

footer logo
Rédigé avec pour vous