Magazine du Voyageur icon
Magazine du Voyageur
  •   8 min. de lecture

A l’occasion de la Journée Internationale des Droits des Femmes, nous célébrons aujourd’hui les femmes voyageuses de toutes les époques, qui ont bravé souvent bien des interdits et conventions pour pouvoir vivre leur passion ! Découvrez aujourd’hui 15 femmes dont les voyages et exploits ont marqué l’Histoire.

Annie Smith-Peck (1850-1935)

Première personne qui gravit le Mont Nevado Huascarán dans les Andes

Annie Smith-Peck était une professeur d’archéologie et de latin, mais sa passion pour la montagne et l’alpinisme la poussa à démissionner et à se consacrer à l’alpinisme, donnant également des conférences sur ses voyages. En 1895, elle se fit remarquer pour porter des pantalons lors de ses expéditions, alors que c’était interdit. A l’âge de 84 ans, encore partante pour de nouveaux challenges, elle entama un tour du monde. Malheureusement, elle tomba malade lors de l’ascension de l’Acropolis à Athènes, et dut rentrer à New-York, où elle mourut de pneumonie.

Nellie Bly (1864-1922)

Première femme qui fit le tour du monde en 72 jours

Elizabeth Jane Cochrane, surnommée Nellie Bly, était une journaliste d’investigation. En 1888, elle a l’idée de se lancer dans un tour du monde, avec pour objectif de battre Philéas Fogg et son Tour du monde en 80 jours, dans le célèbre roman de Jules Verne. Toutefois, le journal New York World qui l’emploie refuse de l’aider financièrement, estimant qu’une femme ne parviendrait jamais à réussir un tel voyage. Peu importe, Nellie Bly ne renonce pas et se lance dans son grand voyage un an après, et sans être accompagnée par un homme. Elle réussit son défi, et boucle son voyage en 72 jours. Elle raconta ensuite son histoire dans le livre Le Tour du monde en 72 jours, publié en 1890, et qui devint un best-seller.

Nellie Bly

Jeanne Baré (1740-1807)

Première femme qui fit le tour du monde

Déguisée en homme, et sous le pseudonyme de « Jean Baré », Jeanne Baret (ou Baré) embarqua en 1766 sur un bateau d’expédition avec son mari, à une époque où il était impensable d’accepter une femme à bord. Son mari étant botaniste, elle se fit passer pour son assistant et l’aida tout au long du voyage. Leur subterfuge fut malheureusement découvert par le capitaine du navire à Tahiti en 1768, mais il les laissa tout de même continuer le voyage jusqu’à l’île Maurice. Suite au décès de son mari peu de temps après, Jeanne Baré se retrouva sans ressources et ouvrit un cabaret sur l’île. Son histoire exceptionnelle et la valeur de ses travaux de botaniste furent reconnus par le roi Louis XVI qui lui accorda une rente.

Annie “Londonderry” Cohen Kopchovsky (1870–1947)

Première femme qui fit le tour du monde à vélo

Annie Cohen Kopchovsky était une femme libre et indépendante ! Même si elle n’avait jamais fait du vélo auparavant, elle se lança un sacré défi : pédaler autour du monde pendant 15 mois, tout en gagnant 5 000 dollars, afin de prouver que les femmes peuvent subvenir seules à leurs besoins. Pour cela, elle se fit sponsoriser par la compagnie des eaux Londonderry Lithia, et se transforma en panneau publicitaire vivant, posant des publicités sur son vélo et ses vêtements. Elle partit des Etats-Unis et voyagea à travers la France, l’Egypte, Jérusalem, Singapour, Hong-Kong, la Chine, voyageant également grâce à des bateaux à vapeur.

Annie Londonderry

Freya Stark (1893-1993)

Première femme non Arabe qui voyagea en Iran de l’ouest

Freya Stark était une célèbre exploratrice et écrivaine britannique du XXe siècle. Elle parcourut de vastes régions du Moyen-Orient, notamment l’Iran, l’Irak, l’Arabie et le Yémen, en établissant des liens avec les populations locales. Ses récits de voyage captivants lui valurent une renommée internationale. Elle fut une pionnière parmi les femmes exploratrices de son époque et laissa un héritage important dans le domaine de l’exploration et de la littérature de voyage.

Amelia Earhart (1897- 1937)

Première femme pilote qui traversa l’Atlantique en avion en solitaire

Infirmière puis assistante sociale, Amelia Earhart mit de l’argent de côté pour se payer des leçons d’aviation, et finalement acheter son propre avion. Son premier exploit fut de battre le record d’altitude pour une femme pilote en 1922, à 4 300 m d’altitude. Après avoir traversé avec succès l’Atlantique en avion en 1932, Amelia tenta ensuite de faire le tour du monde en vol en 1937. Malheureusement, son avion disparut au dessus de l’Océan Pacifique. Malgré de nombreuses recherches, on ne retrouva jamais son avion, et de nombreuses hypothèses circulent encore aujourd’hui sur les circonstances de sa disparition, ajoutant à la légende.

Amelia Earhart

Louise Arner Boyd (1887-1972)

Chercheuse et exploratrice dans le Grand Nord

Originaire d’Amérique, Louise Arner Boyd était une exploratrice connue pour ses explorations révolutionnaires au Groenland et dans l’Arctique. Issue d’une famille aisée, elle a utilisé ses ressources pour financer plusieurs expéditions scientifiques dans l’Arctique, une région rarement visitée par les femmes à l’époque. Les voyages de Boyd n’étaient pas seulement destinés à son aventure personnelle. Ils ont également contribué de manière significative à la compréhension géographique et scientifique de la région arctique. Son travail lui a valu des éloges et le respect dans un domaine dominé par les hommes.

Rosie Swale-Pope (1946- )

Course autour du monde pendant 5 ans, récoltant 250.000 dollars pour des associations

En 2003, et à l’âge de 57 ans, Rosie Swale-Pope entama son incroyable course autour du monde, seule et avec un équipement minimal, seulement une petite remorque qui lui servait de lit. Elle parcourut plus de 32 000 km en 5 ans, en passant par la Russie, le Canada, les Etats-Unis (où elle s’offrit une petite « pause », pour courir le marathon de Chicago), l’Islande… Mais outre l’exploit sportif, son objectif était également humanitaire, puisqu’elle est parvenue à récolter durant son tour du monde 250 000 dollars pour un orphelinat en Russie, et pour la sensibilisation au cancer de la prostate, qui avait emporté son mari un an auparavant.

Rosie Swale Pope

Gertrude Bell (1868-1926)

Écrivaine et archéologue britannique qui a exploré le Moyen-Orient, l’Asie et l’Europe

Ses livres sur ces régions sont encore étudiés aujourd’hui. Contemporaine de T.E. Lawrence, elle a apporté des terres étrangères inconnues aux bibliothèques de la Grande-Bretagne dans le but de relier les peuples, les cultures et les détails intimes des lieux que la plupart ne verront jamais. Parmi ses ouvrages les plus connus : « Safar Nameh », « Poems from the Divan of Hafiz », « The Desert and the Sown », « The Thousand and One Churches » et « Amurath to Amurath ». L’objectif de Bell à l’époque : prôner l’idée que les reliques et les antiquités devraient être conservées dans leurs pays d’origine. Son travail a finalement conduit à la création du Musée national d’Irak, qui abrite la plus grande collection d’antiquités mésopotamiennes au monde​​.

Kay Cottee (1954- )

Première femme qui fit le tour du monde à la voile, sans arrêt et sans assistance, pendant 189 jours

Kay Cottee est une navigatrice australienne de renom. En 1988, elle réalisa un exploit exceptionnel en devenant la première femme à effectuer un tour du monde en solitaire et sans escale à bord de son voilier « Blackmores First Lady ». Ce voyage de 189 jours et 29 000 milles marins fut une prouesse historique. Son courage et sa détermination ont inspiré de nombreuses femmes à se lancer dans des aventures maritimes. Kay Cottee est une icône de la voile et un symbole de l’émancipation féminine dans le domaine des sports nautiques.

Kay Cottee

Berthe Cabra (1864-1947)

Voyageuse belge audacieuse, première femme européenne à traverser l’Afrique centrale d’Est en Ouest

Pionnière et intrépide, la Belge Berthe Cabra fut la première femme européenne à traverser l’Afrique centrale d’Est en Ouest. Son périple l’a conduite à travers des territoires inexplorés et souvent dangereux. Armée d’une curiosité insatiable et d’une volonté de fer, Berthe a non seulement bravé les dangers physiques mais aussi défié les normes sociales de son époque. Son voyage permit de révéler l’immense potentiel des femmes dans l’exploration, à une époque où elles étaient souvent reléguées au second plan.

Sophia Danenberg (1972- )

Première femme noire et Afro-américaine qui parvint au sommet de l’Everest

Sophia Danenberg découvrit l’alpinisme après ses études, et cela devint une véritable passion. A l’âge de 34 ans, elle décida de se donner le challenge de grimper sur la plus haute montagne du monde, l’Everest, pensant qu’elle s’arrêterait au camp 4 comme la majorité des alpinistes, le trajet vers le sommet étant extrêmement dangereux. Et pourtant, elle fit encore mieux et parvint à atteindre le sommet le 19 Mai 2006, à 8 848 m d’altitude.

Sophia Danenberg

Ida Pfeiffer (1797-1858)

Véritable pionnière du voyage en solo, Ida Pfeiffer a parcouru des dizaines de milliers de kilomètres à travers le globe

Ses aventures l’ont menée de la Terre Sainte à Istanbul à Jérusalem et Gizeh, où elle a voyagé jusqu’aux pyramides à dos de chameau. Entre 1846 et 1855, Ida sillonne l’Asie du Sud-Est, les Amériques, le Moyen-Orient et l’Afrique et réalise deux tours du monde. Ses voyages, souvent solitaires, lui ont permis de collecter des spécimens de plantes, d’insectes, de mollusques, de vie marine et de minéraux. Traduits en sept langues, ses journaux de voyage ont rencontré un grand succès. Malgré son immense bravoure, elle fut finalement exclue de la Royal Geographical Society de Londres en raison de son sexe​​.

Laura Dekker (1995- )

Plus jeune personne à faire un tour du monde à la voile et en solitaire, à 16 ans

Laura avait la voile dans le sang. Née dans une famille de passionés de voile, elle voit le jour en Nouvelle-Zélande pendant un voyage à la voile d’une durée de 7 ans entamé par ses parents. Elle commença à naviguer seule à l’âge de six ans, et entra rapidement dans des compétitions. A l’âge de 10 ans, elle s’acheta un bateau de 7 mètres avec ses économies, et commença peu après à préparer son tour du monde. Toutefois, la justice hollandaise refusa de la laisser s’embarquer seule si jeune. Au terme de presqu’un an de bataille judiciaire, ses parents retrouvèrent sa garde, et la laissèrent partir réaliser son rêve. Elle partit en août 2010, et finit avec succès son tour du monde en janvier 2012.

Laura Dekker

Isabella Bird (1831-1904)

Exploratrice, écrivaine, photographe et naturaliste anglaise, première femme admise à la Royal Geographic Society de Londres

Malgré une maladie chronique, de l’insomnie et une tumeur à la colonne vertébrale, Bird défie les ordres des médecins pour voyager à travers l’Amérique, l’Australie, Hawaï, l’Inde, le Kurdistan, le golfe Persique, l’Iran, le Tibet, la Malaisie, la Corée, le Japon et la Chine. Elle gravit des montagnes, parcourt des volcans et chevauche sur des milliers de kilomètres, à cheval et parfois à dos d’éléphant. Son dernier voyage au Maroc eut lieu à l’âge de 72 ans. Bird est également devenue une auteure prolifique avec des livres illustrés de ses propres photographies​​.

Ces histoires vous inspirent ? Découvrez aussi notre article sur Mae Jemison, première femme noire à avoir conquis l’espace !

Photos : Annie Londonderry, Rosie Swale-Pope, Kay Cottee, Sophia Danenberg, Wikimedia commons, Wikipedia

7 réponses à “15 femmes exploratrices dont les voyages ont marqué l’Histoire

  1. J’aimerais tant voyager aussi comme elles mais je n’est que 16 ans et je ne sais pas du tout comment faire car je ne sais pas du tout parler l’anglais alors que c’est la langue internationale ou autres , pour cela j’aimerais aussi partir avec une adulte qui sais parler bien anglais mais comme je n’est personne de ma famille qui sais bien parler anglais c’est compliquer. Puis j’aimerais partir loin de chez moi pour penser à autres choses et puis découvrir de nouvelles cultures et des pays… sinon elles sont si courageuses. Désolé de raconter ma vie ??

  2. ilmanque Alexandra David-Néel qui fut la première à enter dans la ville interdite du Tibet. Sinon c’est super car on connait des explorateurs mais pas d’exploratrices

  3. l’exploratrices Alexandra David Néel est franco belge sa c’est super car au mois ,il y a eu une francaise

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *