Magazine du Voyageur icon
Magazine du Voyageur
  •   8 min. de lecture

Etes-vous prêts à plonger au cœur de la vie de deux passionnés de voyages et de photographie animalière ? On vous présente Alexandra et Mathieu du blog La Girafe & le Grizzly. Le duo a accordé une interview au Magazine du Voyageur pour nous partager à la fois leurs récits de voyages aux quatre coins du monde et tous leurs conseils pour réussir vos photos d’animaux en voyage. 

INTERVIEW

Pouvez-vous vous présenter à nos lecteurs ? 🙂

Avec plaisir ! Alors nous, c’est Alexandra et Mathieu. On est originaires de la région bordelaise mais cela fait maintenant 10 ans qu’on habite à Paris. C’est le travail qui nous a emmené ici : on est tous les deux contrôleurs aériens à Roissy CDG. En dehors du monde fabuleux de l’aéronautique, on a trois grandes passions : les voyages, les animaux sauvages et la photographie.

1-lagirafeetlegrizzly-alexandra-mathieu

Quelles sont les raisons qui vous ont poussées à combiner votre passion pour le voyage à celle de la photographie animalière et ainsi de créer votre blog ?

Nous avons pris conscience au cours de nos différents voyages que de nombreuses espèces ont besoin d’être protégées, sans quoi elles disparaitront rapidement de la planète. Comme on avait envie de porter ce message de conservation, on a décidé de combiner nos expériences de blogueurs de voyage et de photographes animaliers. C’est comme ça qu’est né La girafe et le grizzly, blog qui cherche à mettre en valeur la biodiversité. Quand le blog aura grandi et gagné en notoriété, nous espérons réussir à le monétiser pour pouvoir reverser tous nos bénéfices à des projets de protection de la biodiversité.

2-lagirafeetlegrizzly-rhinoceros-kruger

Pourquoi l’avoir intitulé « la Girafe et le Grizzly » ?

En hommage aux fables de La Fontaine ! On a choisi ces deux animaux parce qu’ils vivent dans des endroits complètement différents. On n’est ni spécialisés dans l’Afrique, ni dans les contrées froides, on aime absolument toutes les bêtes de notre belle planète. Ce n’est en fait que plus tard qu’on s’est rendus compte qu’on pouvait s’identifier à ces personnages : Alexandra est grande, fine et élégante alors que Mathieu est plutôt du style barbu, un peu grincheux mais quand même attachant !

3-lagirafeetlegrizzly-logo
Quel matériel utilisez-vous ?

Nous sommes équipés en appareils reflex haut de gamme de chez Canon. Le problème de la photographie animalière, c’est que c’est une discipline très exigeante avec le matériel. C’est difficile de faire des images remarquables si la technique ne suit pas derrière. Nous avons un boitier plein format 5D Mark III qui est très polyvalent et qui fournit de très bons résultats même par faible luminosité. Nous avons également deux boitiers APS-C 7D Mark II qui nous donnent un cran de zoom supplémentaire souvent bienvenu et qui bénéficient d’une rafale très performante. Avoir plusieurs boitiers permet de ne pas avoir à changer d’objectifs et donc d’être plus réactifs sur le terrain. En ce qui concerne les objectifs justement, nous partons généralement avec un 500mm, un 100-400mm mais aussi avec un 24mm pour les plans plus larges. Ce matériel est un bonheur à utiliser mais il a un gros défaut : son poids et son encombrement ! Mais quand on aime…

4-lagirafeetlegrizzly-appareil-katmaiComment procédez-vous pour dévoiler aux lecteurs les caractéristiques et spécificités de toutes ces espèces que vous rencontrez ?

Notre principale source d’information vient des guides locaux. Ils connaissent mieux que personne les espèces qu’ils côtoient quotidiennement. On remplit des carnets entiers de notes quand on est sur place ! Il y a également les livres qu’on entasse de plus en plus à la maison… Et enfin, même s’il peut parfois être indigeste, le site de la liste rouge de l’UICN est une mine d’or pour avoir des informations fiables, précises et à jour sur les statuts de conservation des espèces. Le plus difficile pour nous est en réalité de trier et de sélectionner les informations qu’on va mettre en avant. On veut que notre propos reste digeste et que tous nos visiteurs passent un bon moment quand il viennent sur La girafe et le grizzly, même s’il ne sont pas tous aussi mordus de vie sauvage que nous.

5-lagirafeetlegrizzly-elephant-poussiere

Quelles sont vos méthodes pour observer et photographier ces animaux ? (Se lever à l’aube, patienter parfois des heures, simplement avoir de la chance…)

Il y a un peu de tout ça ! Il faut bien évidemment faire preuve de patience. Les animaux que nous photographions sont sauvages et ce sont eux qui décident quand ils se présentent à nous. Ensuite, avoir un guide est souvent un plus indéniable. Mais nous aimons aussi les endroits où nous pouvons être autonomes comme le parc Kruger en Afrique du Sud. Nous pouvons y faire les choses à notre convenance, sans avoir à nous adapter à un groupe ou à devoir rentrer parce que le chauffeur doit prendre une pause… Quand on est en autonomie comme ça, on a remarqué que connaître les animaux est un gros avantage : cela permet de mieux anticiper leur comportement et donc de se préparer au mieux pour réussir la photo. On ne va quand même pas se mentir, certaines photos qu’on a prises sont le résultat de gros coups de bol : on était au bon endroit au bon moment ! Mais bon, mathématiquement, plus on passe de temps sur le terrain, plus on augmente la probabilité de trouver des situations cools et donc de revenir avec des clichés canons.

6-lagirafeetlegrizzly-lionne-chasseQuel est le cliché dont vous êtes le plus fiers ? Et pourquoi ?

Ce cliché de famille d’ours veut dire beaucoup pour nous. Nous avons vraiment dû sortir de notre zone de confort pour l’obtenir. Nous avons campé pendant une semaine au fin fond de l’Alaska sans électricité ni eau courante. Pendant qu’il faisait 35° à Paris, il faisait à peine 12° dans le parc national de Katmai ! Les trois jours de pluie continue pendant lesquels il nous était impossible de faire sécher nos vêtements ont été durs pour le moral. Pour atteindre l’endroit où on a photographié cette petite famille, il nous aura fallu marcher pendant deux heures, à traverser des rivières avec de l’eau jusqu’à mi-cuisse et tout notre matériel sur le dos. On a ensuite attendu pendant des heures avant que cette femelle n’apparaisse avec ses deux petites boules de poils. A ce moment-là, même si l’envie était très forte de nous approcher pour obtenir des portraits serrés, nous sommes restés à une distance respectueuse et ce sont finalement eux qui se sont approchés de nous après avoir réalisé que nous n’étions définitivement pas une menace. Ce sont tous ces facteurs réunis, l’adversité, les efforts, la patience et enfin le respect de l’animal (qui nous le rend en mille) qui font que cette image est celle dont on est le plus fiers.

7-lagirafeetlegrizzly-ours-familleY a-t-il des espèces plus difficiles à photographier que d’autres ? (Les oiseaux, mammifères marins, autres espèces…)

La bête la plus difficile à photographier pour nous, c’est Luigi, notre chat ! Ce petit polisson fait tout ce qu’il peut pour ne pas nous faciliter la tâche. Mais dans la nature, comme nous ne faisons pas de photo sous-marine, nous trouvons qu’il est compliqué de photographier les mammifères marins. On ne sait jamais où ils vont sortir et ils sont souvent bleu-gris dans une mer bleu-gris. Difficile dans ces conditions de les mettre en valeur. C’est frustrant car les baleines sont des animaux absolument exceptionnels et une rencontre avec elle est une expérience de laquelle on ressort toujours plus humble. Photographier les oiseaux est également un vrai défi : le temps de les cadrer correctement et de faire le point, ils sont souvent envolés depuis longtemps !

8-lagirafeetlegrizzly-macareux-handa-island

Parmi vos nombreux voyages, quelle a été l’espèce animale la plus insolite que vous ayez pu rencontrer ? 

Sans hésitation le ratel ! Cet animal n’a peur de rien ni personne. Pas plus grand qu’un chien de taille moyenne, il est capable de se défendre face à n’importe quel prédateur, même le lion. C’est que c’est un petit malin : il n’hésite pas à mordre les testicules de son agresseur ! Il a déjà été vu tomber dans le coma après avoir été mordu par un serpent venimeux qu’il convoitait. Après quelques minutes d’inconscience, il s’est relevé et est parti attraper le reptile pour le manger. Cette petite bête est vraiment incroyable ! Et en plus, c’est le seul animal de la planète avec nous, êtres humains, à être capable de courir en marche arrière !

9-lagirafeetlegrizzly-ratel-krugerVous êtes-vous déjà fait quelques frayeurs en tombant nez à nez avec une espèce en particulier ?

Un soir où nous campions en Namibie, Mathieu était en train de faire une photo du camp sous les étoiles pendant qu’Alexandra était déjà dans la tente. Il était dans le noir complet à une petite dizaine de mètres du 4×4 quand il a entendu du bruit derrière lui. Quand il s’est retourné et a allumé sa lampe torche, deux yeux étaient en train de le regarder ! Sur le coup, il a effrayé l’animal en tapant dans ses mains pour revenir à la tente en quatrième vitesse ! La bête a ensuite tourné autour du camp pendant plusieurs minutes sans qu’on ne réussisse à vraiment voir de quoi il s’agissait. Elle semblait toutefois avoir des allures de petite hyène. Le lendemain matin, après avoir fait quelques recherches, on a trouvé qu’il s’agissait en fait d’un protèle, animal se nourrissant principalement de termites. Même s’il ne risquait pas grand chose, Mathieu a quand même eu un sacré coup de frousse !

10-lagirafeetlegrizzly-etoiles-namibie

Parfois on peut avoir l’impression que certains animaux jouent les starlettes et prennent la pause devant l’objectif, est-ce un art que maîtrisent à la perfection nos amis les bêtes ? :-p ou s’agit-il d’un coup de chance ? 

Les primates donnent parfois vraiment l’impression de prendre la pose devant l’objectif. C’est marrant parce que de tous les animaux, ce sont eux qui nous ressemblent le plus. Ensuite, les lions sont assez faciles à prendre en photo. Ils sont tellement dominants dans leur environnement qu’il sont très calmes et regardent souvent dans notre direction en maintenant le regard. Mais la plupart du temps, il faut saisir les instants au vol. Au départ, c’était effectivement beaucoup de coups de chance mais on se rend compte maintenant qu’avec l’expérience, le ratio de photos réussies (bien cadrées, bien exposées et bien nettes) est de plus en plus élevé.

11-lagirafeetlegrizzly-chimpanze-kibale

Avez-vous d’autres projets de voyages et de photos en cours ?

Oui ! Nous partons dans quelques jours en direction de la côte ouest australienne. L’Australie est un pays que nous affectionnons particulièrement. Sa faune est tellement différente de ce qu’on trouve dans le reste du monde… Pour la suite, comme l’appel de l’Afrique est toujours très fort chez nous, on va découvrir le Kenya à la fin du printemps. On sera en pleine saison des pluies là-bas et on espère pouvoir en ramener de belles images.
Plus proche de la maison, nous avons trouvé récemment un martin-pêcheur dans le bois de Vincennes. Comme on aime beaucoup tous les deux ces petits oiseaux très colorés, on était très excités ! On n’avait bien entendu pas nos appareils avec nous. Donc dès qu’on va trouver un moment, on va repartir à sa recherche, mais avec nos boitiers cette fois-ci !

11-lagirafeetlegrizzly-chimpanze-kibale

Photos : La Girafe et le Grizzly

Avec Liligo trouvez le meilleur vol pour votre prochain voyage !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

footer logo
Rédigé avec pour vous