Le Magazine du Voyageur icon
Le Magazine du Voyageur
  •   3 min. de lecture

« Gémir n’est pas de mise aux Marquises ». C’est sur ces paroles en hommage à l’île qui l’a adopté que le « Grand Jacques » a tiré sa révérence en 1977. Il n’est d’ailleurs pas le seul artiste a avoir succombé aux charmes de cet archipel perdu quelque part dans l’Océan Pacifique.

On ne peut évoquer les îles Marquises sans penser à Jacques Brel. C’est dans ce petit archipel polynésien que le chanteur belge a choisi de finir sa vie, fasciné par la beauté de l’endroit.

« L’homme à l’avion »

Grand passionné d’aéronautique, le chanteur est connu sur l’île comme « l’homme à l’avion ». Il a obtenu sa licence de vol en juin 1965 et se plait à faire le taxi-taxi pour les habitants entre l’île d’Hiva-Oa et Tahiti. Il baptise son bimoteur – un Beechcraft Twin-Bonanza – « Jojo », en hommage à son ami Georges Pasquier. « Jojo » est aujourd’hui exposé dans le centre culturel d’Atuona. De la présence du chanteur, il reste aussi l’aéro-club des Marquises-Jacques Brel.

«  Les Marquises », la dernière merveille de Brel

Rongé par la maladie, Jacques Brel sort de sa retraite aux Marquises pour enregistrer un nouveau 33 tours à Paris en 1977. « Brel », son dernier. La chanson « Les Marquises » clôt l’album qui s’achève sur ces paroles : « Veux-tu que je te dise / Gémir n’est pas de mise / Aux Marquises ». Il a tiré sa révérence et décède quelques mois plus tard.

Cette chanson à l’orchestration épurée est d’autant plus poignante que Brel la chante avec un seul poumon, très diminué par la maladie. Il y parle de la beauté et de la quiétude de son refuge dans le Pacifique.

Le rire est dans le cœur
Le mot dans le regard
Le cœur est voyageur
L’avenir est au hasard
Et passent des cocotiers
Qui écrivent des chants d’amour
Que les sœurs d’alentour
Ignorent d’ignorer
Les pirogues s’en vont
Les pirogues s’en viennent
Et mes souvenirs deviennent
Ce que les vieux en font
Veux tu que je dise
Gémir n’est pas de mise
Aux Marquises

Paul Gauguin et Jack London

La tombe de Gauguin
La tombe de Gauguin (christopherbrown / Flickr cc.)

Jacques Brel repose dans le cimetière d’Atuona aux Marquises, tout près du peintre Paul Gauguin qui a vécu trois ans dans le village jusqu’à sa mort en 1903. Car Brel n’est pas le seul grand artiste à être tombé amoureux de la Polynésie.

Dans son roman « La croisière du Snark » publié en 1913, le célèbre écrivain-voyageur américain Jack London raconte son tour du monde et son escale aux Marquises. A propos de la vallée de Taïpi sur l’île de Nuku Hiva, il écrit : « Petit garçon, j’ai lu un livre d’Herman Melville qui portait le titre de « Typee », et ces pages m’ont fait rêver pendant des heures. Et pas seulement rêver. Je décidai que tôt ou tard, d’une manière ou d’une autre une fois que j’aurais gagné en force et en âge, j’irais moi aussi dans la vallée de Typee. Car ce livre fit saisir à ma jeune conscience toutes les merveilles du monde, ces merveilles qui m’ont conduit dans bien des pays, et dont la séduction ne s’est jamais affadie. »

L'île de Nuku Hiva
L'île de Nuku Hiva (steveberardi / Flickr cc.)

Pour aller aux Marquises

La compagnie aérienne Air Tahiti assure des liaisons entre Tahiti et les îles Marquises au départ de Papeete. Elle assure des vols quotidiens sur l’Archipel. Comptez environ 3h30 de vol.

Vous avez aussi la possibilité de faire la traversée en bateau avec le cargo mixte Aranui 3 qui assure des liaisons 16 fois par an. C’est évidemment beaucoup plus long mais comme le chante Brel, « le temps s’immobilise aux Marquises ».

Vol Tahiti

Connaissiez-vous la passion du « Grand Jacques » pour l’aviation et pour les Marquises ? Vous retrouverez plus de « destinations musicales » lors de prochains articles ! Toute suggestion est la bienvenue !


Avec Liligo trouvez le meilleur vol pour votre prochain voyage !


Réponse à “Destination musique : Jacques Brel et les Marquises

  1. Jacques BREL! Un très grand Monsieur .
    Le choix des Marquises n’a certainement pas été un hasard. Partager , se rendre utile auprès des habitants et Vivre loin des paillettes et de l’hypocrisie, c’est déjà Beau.
    Ce voyage est dans notre tête depuis longtemps ( mon épouse et moi) et nous rêvons de pouvoir le réaliser un jour.
    Merci pour votre site qui a su établir un lien très fort entre les Hommes ( j’y associe GAUGUIN et J LONDON mais aussi des inconnus), la musique et l’authenticité des Marquises et de cette nature.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

footer logo
Rédigé avec pour vous