oiseau-rose
| Blogueurs | Nos invités Par

Une année sur les pistes d’Asie, de l’Inde à l’Indonésie

Camille sillonne les routes d’Asie depuis 6 mois, entre l’Inde et l’Indonésie. Régulièrement, elle alimente son blog « L’Oiseau Rose » avec ses expériences, ses rencontres et ses aventures.

Bonjour Camille. Comment se passe ton voyage en Asie jusque là ? Où te trouves-tu en ce moment même ? 

Bonjour, mon voyage en Asie se passe vraiment bien, cela fait déjà 6 mois que je suis sur la route et plus le temps passe, moins je me vois rentrer en France… Je suis actuellement au nord du Laos, cela fait bientôt un mois que je parcours ce superbe pays et mon visa se termine bientôt. Je vais donc rejoindre la frontière Thaïlandaise dans quelques jours ; ce qui est une bonne nouvelle puisque je vais pouvoir profiter (comme lors de mon premier séjour en Thaïlande) de l’effervescence de la fête de l’eau ! 

Peux-tu nous refaire ton itinéraire depuis ton départ ? 

Mon premier vol m’a conduit à New Delhi. Je suis restée un mois en Inde du nord avant de me rendre au Népal par voie terrestre. En Inde, j’ai eu la chance de découvrir la fabuleuse région du Rajasthan, la folie de la capitale New Delhi, le fameux Taj-Mahal et l’étonnante ville gorgée de spiritualité de Varanasi. Pour ce qui est du Népal, j’y suis restée un mois également, et j’ai pu apprécier ce pays d’Ouest en Est, en passant essentiellement par Pokhara, Bandipur et Katmandou. Ensuite, j’ai pris un vol pour Bangkok et j’ai parcouru la Thaïlande du Nord au Sud durant deux mois avant de me diriger vers le Cambodge, le Vietnam, et maintenant le Laos. Si vous souhaitez connaître tout cela en détails, il faut vous rendre dans ma rubrique « carnet de voyage ». J’y raconte mes plus belles expériences.

Quels ont été les moments forts de ces premiers 6 mois sur la route ? 

Je dirais que les moments les plus forts que j’ai passés durant ces 6 mois se concentrent en Inde. C’est le pays le plus dépaysant que j’ai eu la chance de visiter et j’ai été agréablement surprise par cette région du monde que je redoutais un peu au départ. J’ai également été très heureuse de revoir une ancienne collègue thaïlandaise avec qui j’avais travaillé lors de mon stage en Thaïlande en 2009. Je ne pensais pas avoir la chance de la revoir un jour mais en fait, tout est possible ! Je garde également un très bon souvenir de mon exploration des temples d’Angkor en vélo durant 3 jours au Cambodge et, plus récemment, j’ai adoré la douceur de vivre du Laos dans le petit village de Muang Ngoi.

Muang Ngoi
Muang Ngoi

As-tu rencontré des problèmes, des déceptions ? 

Je suis chanceuse car, pour le moment, je n’ai pas eu énormément de soucis. Je me suis seulement fait voler une paire de lunettes dans un bus en Thaïlande et je n’ai été malade qu’une seule fois. Par contre, j’ai dû passer une nuit dehors à Koh Phi Phi à cause de ma négligence… J’ai en effet refermé la porte de ma chambre avec les clés à l’intérieur… Mais avec le recul, c’est devenu un bon souvenir ! 

Les différences culturelles sont-elles grandes d’un pays à l’autre ? 

Les différences culturelles sont palpables entre les différents pays. L’accueil envers les touristes est également différent d’un pays et d’une région à l’autre… Mais il y a évidemment moins de différences entre la Thaïlande et le Cambodge qu’entre le Laos et l’Inde par exemple… C’est toujours un plaisir de passer une frontière et de se trouver plongée dans un nouveau pays, avec de nouveaux modes de vie.

oiseau-rose_JaisalmerComment un touriste doit-il s’y prendre pour entrer en contact avec la population locale et se faire accepter ? Y-a-t-il des trucs particuliers à savoir ? 

Il faut prendre son temps. Si vous ne restez que 2 ou 3 jours dans une ville, il vous sera difficile de nouer des relations. Alors que si vous séjournez plus longtemps, les gens apprendront à vous connaître petit à petit et le contact sera plus chaleureux au fil des jours. J’utilise parfois Couchsurfing également, pas forcément pour trouver un toit mais plutôt pour fixer des rendez-vous avec des locaux, prendre un verre ou discuter autour d’un repas… C’est une bonne occasion de rencontrer des personnes qui parlent correctement anglais et avec qui les conversations peuvent êtres approfondies.

Comment sillonne-t-on l’Asie : en train, en voiture, en bateau, en avion ? Et pour se loger ? 

En bus principalement. Il est évidemment possible de prendre l’avion mais c’est une option bien moins économique que le bus… Et il est extrêmement facile de se loger, des guest houses fleurissent un peu partout et les prix sont généralement très bas. Inutile de réserver à l’avance lorsque l’on arrive dans une ville car il est facile de trouver un super logement bon marché en quelques minutes seulement (et sans réservation, c’est bien mieux pour trouver les meilleurs tarifs).

oiseau-rose_koh-Phangan

Croises-tu la route d’autres backpackers  ? 

Oui, régulièrement. Je suis d’ailleurs parfois étonnée du nombre de voyageurs qui décident de tout quitter et de parcourir le monde pendant 6 mois ou un an. J’ai comme l’impression que ce concept est « à la mode »… Mais il faut dire que je suis aux bons endroits pour rencontrer ce genre de voyageurs ! Je tiens également à préciser qu’il y a beaucoup de Français qui voyagent en Asie  ; j’ai pu ainsi passer quelques soirées à parler de « fromage » et de « pommes de terre », car ce qui manque le plus au Français qui voyagent, c’est indéniablement la nourriture.

Tu aimes particulièrement la Corée du Sud. Qu’est-ce qui te plaît tant dans ce pays que l’on ne retrouve pas dans les autres pays asiatiques ? 

J’apprécie la Corée du Sud car je suis depuis des années déjà « accro » aux dramas (les séries télévisées Coréennes) et à la K-pop (musique pop coréenne). J’avais commencé à apprendre le Coréen et me rendre en Corée du Sud était alors mon plus grand rêve… Je n’ai pas été déçue lorsque j’ai enfin décidé de m’y rendre car c’est un pays où il fait bon vivre.

De façon plus anecdotique : plusieurs reportages diffusés récemment en France ont montré la vague de la chirurgie esthétique en Corée du Sud. Est-ce quelque chose que tu as constaté toi-même ? 

Oui je suis au courant et je ne suis pas étonnée de cette tendance en Corée du Sud. Il faut dire que les Coréens font extrêmement attention à leur apparence et notamment à la qualité de leur peau. Il n’est pas rare de croiser des femmes au teint blanchâtre, couvert de BB-crème et le nombre de boutiques de crèmes pour la peau est significatif ! Moi-même j’utilise des produits Coréens pour ma peau car ils sont, à mon sens, en avance par rapport à la France. Aussi, il n’est pas forcément courant de croiser des individus qui sont « passés sur le billard » en Corée du Sud (ou alors c’est tellement bien fait que ça ne se voit pas). Je dirais que c’est à la télévision (dans les clips et les films Coréens) que l’on remarque le plus facilement ses « poupées refaites » et, il faut le dire, un peu trop semblables les unes aux autres…

Merci Camille et bonne fin de voyage ! 

Pour suivre ses aventures, rendez-vous sur le blog de l’Oiseau Rose. Depuis que nous l’avons interviewé, Camille se trouve en Thaïlande.

Laissez un commentaire