Magazine du Voyageur icon
Magazine du Voyageur
  •   6 min. de lecture

Heart Squad, c’est une start-up créée par Bekaï, ancien marketing manager, bien décidé à mettre à profit ses compétences pour rendre visibles et audibles les oubliés de tous et les accompagner dans leur développement. Aujourd’hui, nous avons l’honneur de lui donner la parole sur notre Magazine du Voyageur ! L’occasion aussi d’en savoir plus sur son parcours, ses expériences et sa vision de l’humanitaire.

Peux-tu te présenter et présenter ton parcours à nos lecteurs ? 🙂

Je m’appelle Bekaï et je suis fondateur de la start-up humanitaire HEART SQUAD. J’ai toujours voulu donner du sens à mes voyages et c’est pour cela que j’ai souvent consacré une bonne partie de mon temps dans les pays visités, à soutenir des causes qui me tenaient à cœur en montant, à mon humble niveau, de modestes projets solidaires. Si auparavant, la météo et la saison touristique orientaient mon choix du pays de destination, très vite, ce sont les oubliés de tous et les causes perdues qui ont dicté mes points de chute.

Durant chacun de mes voyages, je faisais ce même constat fataliste. Ces populations qui sortent du champ de vision des donateurs sont condamnées à vivre dans la précarité, faute de visibilité. L’envie d’accompagner ces oubliés de tous, l’idée est de plus en plus présente dans ma tête et elle se fait de plus en plus pressante.

C’est ainsi que je me suis lancé dans le développement d’une solution qui viendrait contribuer à l’effort de solidarité international, en accompagnant ces populations dans leur développement et ainsi permettre aux contributeurs d’une action, de prendre activement part aux projets, depuis chez eux ou directement sur le terrain.

Après 3 ans passés à voyager pour identifier des causes sous-exposées et enrichir le projet de précieux échanges avec toutes les parties prenantes, j’étais enfin prêt pour me lancer dans cette formidable (et folle) aventure humaine et entrepreneuriale. J’ai quitté le poste de marketing manager que j’occupais depuis onze années à Luxembourg et fait attester mes compétences en management de projets humanitaires (conception et pilotage) et la maîtrise de tous leurs aspects (diagnostic, planification, mise en œuvre, suivi et évaluation), par Bioforce, centre de formation des professionnels de l’humanitaire.

Aujourd’hui, à travers HEART SQUAD (qui concilie deux de mes passions dont ont dit les valeurs antinomiques, le marketing et l’humanitaire), je souhaite accompagner ces populations dans leur développement tout en éveillant la fibre solidaire qui sommeille en chacun.

Quelle est ta vision de l’humanitaire et quels sont, selon toi, ses principaux challenges et risques aujourd’hui ?

Ma vision est celle d’un marketer convaincu que ce secteur pourrait se voir offrir de nouvelles perspectives s’il entrait dans une nouvelle ère, plus interactive, plus participative, plus immersive, plus transparente, plus inclusive, où chacun pourrait être, à son niveau, un maillon de la chaîne de solidarité internationale.

Mais le challenge est grand. Bousculer le statu quo d’un tel secteur n’est pas chose aisée quand bien même il souffre d’une défiance de donateurs à la confiance ébranlée par de rares mais ô combien retentissants scandales de détournements de dons ou de dérives liées au volontourisme.

Cette nouvelle forme de tourisme, organisé par des structures peu scrupuleuses et aux valeurs douteuses, qui placent le profit au-dessus du réel impact social, ternit l’image du volontariat international et jette le discrédit sur des organisations exemplaires.

Ces structures ont fait de la misère un business en créant une honteuse place de marché où se rencontrent la (bonne) volonté de s’engager de voyageurs en quête de sens et la détresse des populations précaires que l’on met en scène, que l’on instrumentalise. Une nouvelle forme de traite humaine en quelque sorte.

Les conséquences du volontourisme sur les populations sont néfastes à plus d’un titre. Économiquement, car les volontaires, sans en avoir conscience, font le travail que des locaux certainement mieux qualifiés peuvent faire. Psychologiquement, car cela impact l’estime de soi des bénéficiaires qui se sentent dépendants et inférieurs aux « sauveurs blancs ». Enfin, émotionnellement pour les enfants, notamment dans les (faux) orphelinats, qui s’attachent aux volontaires d’un jour et pour qui, chaque départ est un nouveau déchirement.

Quelle a été ta plus belle expérience dans l’humanitaire ?

À Cuzco, au Pérou, se trouve un refuge qui recueille de jeunes filles, âgées de 8 à 16 ans, victimes de violences sexuelles. Elles y vivent recluses et y apprennent à se reconstruire malgré leur douloureux passé. L’avortement étant interdit même en cas de viol dans ce pays conservateur, certaines, portent l’enfant de leur agresseur. Dans ce refuge où les hommes étaient bannis, il fallait se conformer à une exigence capitale : éviter tout contact physique avec les filles. Le moindre contact physique avec un homme pouvait avoir des conséquences désastreuses et réduire à néant les progrès réalisés, dans l’acceptation des hommes. Je garde un souvenir ému du départ. La directrice du refuge a pris la parole pour me remercier et souligner à quel point, mon passage dans la vie de ces jeunes filles, aussi fugace était-il, était une étape franchie avec succès dans leur parcours de reconstruction et l’acceptation du genre opposé.

Qu’est-ce qui t’a donné envie de te lancer dans l’aventure Heart Squad ? Et de créer un site visant à digitaliser l’expérience humanitaire ?

La brutalité de chaque retour de voyage ! Comment reprendre mon quotidien à Luxembourg, un des pays les plus riche du monde lorsqu’hier encore, dans un des pays les plus pauvres au monde, je partageais un repas et un toit avec les plus démunis, qui n’ont rien et qui donnent tout, s’excusant même de ne pas pouvoir m’offrir de conditions d’hébergement suffisamment décentes à leurs yeux. L’idée selon laquelle je me sentirais beaucoup plus utile en mettant mes compétences en marketing au profit de causes plus nobles s’est imposée comme une évidence.

Pourquoi le nom : “Heart Squad” ?

Pour chaque action, une petite escouade de volontaire qui se rendent sur le terrain pour concrétiser de formidables projets à l’initiative du cœur… l’escouade du cœur donc. Pour un projet à dimension internationale, la langue de Shakespeare l’emporte sur celle de Molière… donc HEART SQUAD. Ça claque non ?! 😉

Quelles sont les principaux objectifs de Heart Squad ?

Avant tout, rendre visibles et audibles les oubliés de tous (que la crise de la COVID-19 a davantage fragilisés) et les accompagner dans leur développement. Mais aussi permettre à tout un chacun d’être un maillon de la chaîne de solidarité internationale, en prenant part à la conception de projets solidaires interactifs et participatifs, et d’avoir une chance de se rendre sur le terrain, intégralement pris en charge, pour les concrétiser !

Peux-tu nous parler de la première action Heart Squad ?

Nous avons identifié de nombreuses causes sous-exposées à travers le monde. Difficile de dire, à l’heure actuelle, quel sera notre premier pays d’action mais nous nous tenons prêts pour la réouverture des frontières. Plusieurs thématiques seront abordées. L’aide et la protection de l’enfance, la lutte contre l’exclusion, la pauvreté et la faim, la protection animale et environnementale… Toutes les actions s’inscriront dans les Objectifs de Développement Durables établis par les États membres des Nations Unies.

Comment soutenir Heart Squad ?

En participant à notre campagne de financement participatif ! Celle-ci nous permettra de financer les colis de première nécessité qui seront remis aux populations les plus précaires.

Ces paquets, constitués selon les besoins exprimés par les leaders de communautés et dont les composantes sont achetées sur place pour soutenir l’économie locale, permettent jusqu’à 4 semaines de subsistance à une famille entière.

Chaque colis sera personnifié avec le portrait du généreux donateur accompagné d’un message de soutien personnalisé (traduit en langue locale). Tous les contributeurs recevront une photo de la livraison de leur colis et pourront (lors de distributions collectives) vivre ce moment riche en émotions, comme s’ils y étaient, en s’immergeant dans des vidéos à 360°.

Tous les contributeurs de cette campagne de financement auront droit (en plus de nombreuses et superbes contreparties), à une chance d’être tiré au sort* pour intégrer l’escouade de cette première action, intégralement pris en charge (vols, hébergements, formalités d’entrée dans le pays, vaccins, assurances…) pour contribuer à la concrétisation des projets !

Un petit mot pour la fin ? 🙂

Bah Alors ??? Vous n’avez pas encore fait votre sac à dos ?!? Cette belle aventure humaine, nous la souhaitons belle avec chacun d’entre vous. Rejoignez l’escouade !

Likez leurs pages Facebook, Instagram et Linkedin pour ne rien manquer !

*1 chance d’être tiré au sort (sous contrôle d’huissier), est incluse dans toutes les contributions à partir de 25 €.
Crédits : Heart Squad

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *