| L'actualité du voyage Par

Des sodas « alter » contre la « Coca-Colanisation »

Il y a des touristes qui se jettent dans le premier McDo venu à peine atterris d’un vol de plusieurs milliers de kilomètres. Il y en a d’autres qui évitent comme la peste tout ce qui pourrait ressembler de près ou de loin à quelque chose de familier. A quel groupe appartenez-vous ? 

Avant d’aller plus loin, disons-le d’emblée : nous ne parlons pas ici des arnaques,imitations, sous-marques, etc., mais bien de véritables colas avec leur propre histoire, leur propre goût et leur propre procédé de fabrication. Always Coca-Cola ? Pas si sûr…

« Afri-Cola » en Allemagne

Cologne, 1931 : la société allemande F. Blumhoffer Nachfolger GmbH enregistre la marque « Afri-Cola », un nom très exotique pour une bouteille brassée et embouteillée en Allemagne depuis plus de 80 ans. Après la perte de sa prédominance sur le marché allemand dans les années 1960, la marque a trouvé un nouveau souffle, avec un nouveau design et un nouveau slogan : « Tout est dans l’Afri Cola ». Aujourd’hui, la boisson est toujours brassée selon la recette originale, mais son taux de caféine, initialement très élevé, a été revu à la baisse.

« Inca Kola » au Pérou

Sucré et de couleur jaune, il ne ressemble absolument pas à du Cola, mais c’en est pourtant. Créé par un immigrant britannique, José Robinson Lindley, utilisant de la citronnelle comme ingrédient principal. Il a explosé sur le marché des boissons juste avant les années 1950 pour devenir une boisson phare au Pérou. Par la suite, Coca-Cola est arrivé…et cela n’a rien changé, Inca Kola est resté roi. Aujourd’hui encore, le Pérou est le seul pays où Coca-Cola n’est pas la boisson N°1.

« Zam Zam » en Iran

Voici un autre cola avec sa propre histoire. Zam Zam doit son nom à un puits de La Mecque dans lequel le prophète Mahomet aurait étanché sa soif. Après que l’Arabie Saoudite ait banni le Coca-Cola , Zam Zam est devenu la boisson officielle du Hajj (le pèlerinage vers La Mecque) et est aujourd’hui extrêmement populaire dans tout le Moyen-Orient où la boisson est perçue comme une alternative aux symboles du capitalisme occidental que sont Coca-Cola et Pepsi.

« Cockta » en Slovénie

Le Cockta slovène est encore une alternative de qualité à Coca-Cola. La porte de l’industrie des boissons gazeuses a été ouverte à Ljubljana en 1953 avec une boisson produite à partir d’ingrédients locaux et des arômes de rosa canina (églantier), de grenade et de caramel. Cette boisson alternative a été exporté principalement vers les autre républiques yougoslaves où elle fut la boisson la plus populaire jusqu’aux années 1980 et l’arrivée massive de produits occidentaux.

« Cola Turka »…en Turquie

Cette boisson n’a pas connu une histoire bien longue, et pour cause, elle est née en 2003, quelques semaines après l’éclatement de la dernière guerre d’Irak en date. Ce n’est pas un hasard, elle a été voulu comme un signe d’opposition aux États-Unis. Signe révélateur : la publicité pour le Cola Turka met en scène l’acteur américain Chevy Chase et sa famille devenir turcs après avoir bu la fameuse boisson. On la trouve essentiellement en Turquie mais aussi en Allemagne, où la population turque est nombreuse, et dans une moindre mesure dans de petites épiceries en France et au Bénélux.

Ubuntu Cola en Angleterre

« Je suis ce que je suis grâce à ce que nous sommes tous », voici ce qu’affirme la philosophie africaine Ubuntu qui a donné son nom – entre autre – à cette boisson créée il y a 5 ans à peine par la Fairtrade Foundation. C’est le seul soda britannique estampillé « équitable » car les sucres utilisés pour sa fabrication proviennent de coopératives rigoureusement contrôlées, en Zambie et au Malawi. Le soda est vendu dans tout le Royaume-Uni mais aussi en France, en Italie, en Belgique, au Luxembourg, en Suède et en Norvège.

Voilà pour ce petit tour du monde des Colas alternatifs. Vous en avez déjà goûté d’autres au cours d’un voyage ? 

Images : Barry Kent (Wikipedia), Zalium, Jack Christian Haugen, osamukaneko, de façon permanente écervelée, Iker Merodio, Julien Menichini / Flickr cc.

2 réactions