Le Magazine du Voyageur icon
Le Magazine du Voyageur
  •   4 min. de lecture

A mi-chemin entre le tourisme gastronomique et le tourisme d’aventures, découvrez ces petites bombes culinaires qui règnent dans des régions exotiques et lointaines. A goûter avec précaution…pour ne pas trop déguster.

Si vous en avez déjà fait l’expérience, vous savez que se risquer à ingurgiter l’une de ces plantes à l’apparence si inoffensive reste souvent comme l’un des moments mémorables d’un voyage, photos et vidéos à l’appui. En route pour l’Inde, l’Asie, l’Afrique et l’Amérique du Sud.

Le piment Jolokia, Inde

jolokiaAttention danger ! C’est le piment le plus fort du monde et il est reconnu comme tel par le Guiness Book depuis 2006. Avec une force de 1.000.000 d’unités sur l’échelle de Scoville (lire plus bas), le tabasco et ses 6.000 unités font pâle figure à côté. A réserver aux hommes, aux vrais ! Quoique…c’est une femme indienne qui détient le record du monde avec l’ingestion de 50 de ces piments en 2 minutes. Personne ne sait comment a fini l’histoire…

Il en existe différentes variétés dont les principales sont le Buth Jolokia et le Naga Jolokia. Il est originaire du nord est de l’Inde, dans la région de l’Assam, mais on le cultive dans d’autres états du pays (Nagaland, Maniput) et même au Bangladesh.

  • Force : 1.000.000 unités Scoville

L’échelle de Scoville

Comme les tremblements de terre ont leur échelle de Richter, les piments ont leur propre échelle de mesure depuis 1912. On la doit au pharmacologue américain Wilbur Scoville qui préparait à ses cobayes humains des purées de piment pur diluées dans de l’eau sucrée. Un piment de Cayenne de force 50.000 signifie qu’il faut le diluer 50.000 fois avant que la capsaïcine (la molécule responsable de la sensation de brûlure) ne devienne indétectable. L’échelle monte jusqu’à 16.000.000…

Le Habanero red savina, Antilles

habaneroOn appelle communément le piment Habanero « piment antillais ». C’est l’un des plus puissants, mais aussi l’un des plus savoureux avec son goût de citron et d’abricot. Parmi eux, le terrible Red Savina qui est longtemps passé pour être le piment le plus fort du monde avant d’être détrôné par le piment Jolokia. Les Antillais ne le mangent pas entier mais le frottent aux aliments pour les épicer. En Europe, on se contente de l’utiliser comme ornement…A manipuler avec des gants pour éviter les brûlures !

  • Force : 500.000 unités Scoville

Piment Manzana ou Rocoto, Pérou

rocotoAu cours d’un voyage en Amérique du Sud, il faut l’essayer. On le cultive sur les plateaux des Andes, à plus de 1500 m d’altitude, au Pérou et en Bolivie. Il est jaune-orangé, mesure environ 7 cm. Vous le reconnaîtrez par son feuillage velu, ses fleurs violet/mauve et ses graines noires.

  • Force : 100.000-325.000 unités Scoville

Le piment Fatalii, Afrique centrale et australe

fataliiSon nom laisse peu de doute sur sa puissance. Derrière le feu intense que ce piment provoque dans la bouche et le corps, vous découvrirez des saveurs subtiles de citron ou parfois de pêche. Si toutefois vous en êtes encore capable…Il faut aller en Afrique centrale et en Afrique du Sud, ses régions de culture, pour en faire l’expérience.

  • Force : 100.000-325.000 unités Scoville
Vous avez présumé de vos forces au cours d’un dangereux voyage culinaire ? Ne buvez pas d’eau, mais avalez rapidement du lait, du fromage ou du beurre pour neutraliser l’effet de la capsaïcine responsable de la sensation de brûlure.

Le piment thaï, Asie du Sud-Est

Comme son nom le laisse supposer, on le cultive en Thaïlande, mais aussi dans le reste de l’Asie du Sud-Est (Vietnam, Laos,…) et même en Californie. Il est tout petit, mais très costaud : à peine 15 mm de long et 0,8 mm de diamètre (donc idéal pour jouer un mauvais tour à un convive…). Il est incontournable dans la cuisine de l’Asie du Sud-Est où on l’immerge dans les soupes et les sautés au wok, ou utilisé seulement en décoration dans les salades et les pâtes.

  • Force : 50.000-100.000 unités Scoville

Le piment de Cayenne, Guyane

cayenneIl s’est rapidement imposé comme l’épice la plus connue du monde après avoir été introduit en Europe par un compagnon de voyage de Christophe Colomb. Depuis, on le cultive un peu partout, où il agrémente de nombreux plats et son utilisation s’est diversifiée. Il est par exemple à la base de la sauce Tabasco qui accompagne le cocktail Bloody Mary.

  • Force : 30.000-50.000 unités Scoville (cela laisse imaginer la puissance des piments précédents…).

Voici pour ce « top des pires piments ». Si vous avez déjà fait des expériences épicées – heureuses ou pas – au cours d’un voyage, racontez-nous !

Photos : buggolo, suxxle, graibeard, Arria Belli, wstryder / Flickr cc.

Avec Liligo trouvez le meilleur vol pour votre prochain voyage !


9 réponses à “Tour du monde des piments les plus démoniaques

  1. Pas besoin de voyager pour goûter tout ces piments. on trouve les graines facilement dans le commerce, surtout chez kokopeli qui offre une grande gamme.
    Dans votre article vous parler du piment fatalii. Je viens de le goûter, contrairement à ce que vous dites ‘des saveurs subtiles de citron ou parfois de pêche’, moi je trouve que après le piquant il te laisse un goût de savon dans la bouche… Enfin, c’est une belle plante, j’en mettre peut-être, mais pur ornemental

    1. Bonjour,
      Merci d’avoir partagé votre point de vue. Effectivement, il est tout à fait possible d’acheter ces piments dans le commerce. Cependant, le fait de découvrir ces saveurs dans leur pays d’origine est une toute autre expérience. Premièrement parce que le goût peut être différent (le sol, la façon de cultiver, la météo sont d’importants facteurs à prendre en compte). Deuxièmement parce qu’en plus de pouvoir goûter ces piments, vous pourrez découvrir des traditions locales et de nouveaux plats. Troisièmement parce qu’une fois de retour chez vous, ces piments ne seront plus de simples piments, ils seront votre madeleine de Proust !
      Bonne journée !

  2. je suis originaire de l’ile de la Reunion je réside dans le sud de la France je suis amateur des piments trés fort.
    Dans mon jardin j’ai planté plusieurs variétés de piments.
    -scotch bonnet
    -habanero red
    -piment oiseau
    -piment pili pili
    -Trinidad moruga scorpion piment le plus du monde en 2013 réservé pour les connaisseurs pas pour les enfants de cœur
    maintenant ils sont tous en fleurs avec des petits piments.
    cette année je vais avoir un bonne récolte

  3. Votre article sur les piments m’a beaucoup intéressé. Etant moi-même d’origine malgache, je consomme beaucoup de piment-oiseau .

  4. Salut à tous pour info le piment le plus fort du monde depuis 2013 et le carolina reaper avec 2 millions d’unité scoville j’en ai acheté et il décoiffe comparer au trinidad moruga scorpion vous pouvez trouver c’est piment sur le site capsicum, bon courage.

  5. Bonjour,
    Très sympa votre article, c’est une bonne mise en bouche !
    L’univers des piments est vaste et ceux qui s’y intéressent découvre régulièrement des saveurs et des plantes qui n’offrent pas que du piquant !
    J’ai longtemps essayé la culture du Rocoto, mais il ne se plait partout et son développement est assez délicat.
    En tout cas un grand bravo pour votre initiative, il faut populariser les piments en France, ça manque terriblement !
    Et chapeau aux photographes les clichés sont superbes.
    Bonne continuation

  6. J’ adore les piments fort j’ aimerait savoir comment peut-on trouver la sauce au piment jolokia à 1 000 000 d’ unité à l’ échelle de Scoville. J’ attend de vos nouvelles merci à l’ avance

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

footer logo
Rédigé avec pour vous