Le Magazine du Voyageur icon
Le Magazine du Voyageur
  •   2 min. de lecture

Dernier site qui permettait d’admirer les œuvres de Gaudi gratuitement, le parc Güell va devenir payant à partir du mois d’octobre. Pour pallier à la surpopulation, l’accès sera également limité à 400 visiteurs par demi-heure. Une décision qui fait débat auprès de la population locale.

Vous avez réservé un billet d’avion pour un séjour à Barcelone avant le 25 octobre ? Vous ferez alors partie des derniers chanceux à pouvoir admirer les œuvres de Gaudi gratuitement au sein du Parc Güell…En effet, la municipalité de la ville a décidé de faire de cet espace public un lieu à l’accès contrôlé. Il vous faudra désormais débourser 8 euros et faire preuve de patience pour faire partie des 400 privilégiés par demi-heure qui pourront se balader au sein de la cité jardin bâtie par l’architecte catalan.

Préserver le site et avoir les moyens de l’entretenir

La mairie de Barcelone justifie ce changement par la nécessaire préservation du site face au tourisme de masse et par le financement de l’entretien du parc et la création de 50 emplois. Selon les estimations de celle-ci, 9 millions de personnes visitent chaque année le Parc Güell. Les jours de forte fréquentation, c’est plus de 3000 touristes par heure qui envahissent les lieux. Un nombre qui sera réduit à 400 par demi-heure avec la nouvelle réglementation auxquels il faudra ajouter 100 Barcelonais par heure qui pourront y accéder gratuitement. Pour les habitants des quartiers voisins, l’accès restera libre et gratuit. En effet, nombreux sont ceux qui traversent le parc simplement pour se déplacer et rejoindre le métro. Enfin, dernier point : la zone réglementée ne dépassera pas 7,9% des 17,9 hectares qui constituent le parc mais les principaux monuments seront bien sûr concernés.

Une nouvelle réglementation qui fait débat

Si la limitation de l’accès semble nécessaire et permettra sans aucun doute une visite bien plus agréable, c’est le fait de rendre le lieu payant qui fait débat. Parc public depuis 1923 et son acquisition par la municipalité, le parc Güell est le dernier endroit où l’on peut encore admirer des œuvres du célèbre architecte gratuitement. Plusieurs associations protestent contre cette taxe touristique. « Il s’agit d’un parc municipal et non d’un musée ou d’une cathédrale. Personne ne devrait avoir à payer », a expliqué Dani Torrents du collectif « Defensem el Parc Güell » au journal The Local. « Il y a d’autres façons de recueillir des fonds, y compris, par exemple, faire payer pour le stationnement des cars de tourisme privés », ajoutait celui-ci. Une pétition est disponible en ligne sur change.org et a déjà obtenu plus de 50 000 signatures. Suffisant pour faire plier la municipalité ?

Crédits photos : GYlo, dr_tr, marek lipczak / Flickr cc.

Et vous, que pensez-vous de cette nouvelle réglementation ?


Avec Liligo trouvez le meilleur vol pour votre prochain voyage !


8 réponses à “A Barcelone, le Parc Güell devient payant

  1. On en viens … On découvre un parc ou il faut maintenant débourser plus de 25 euros pour nous 4 alors qu’il y a 8 ans on s’y baladait tranquillement. Nous voila tous confiné sur les hauteurs du parcs sans avoir le moindre accès aux oeuvres de Gaudi . Autant dire tout de suite que n’étant pas au courant de cette nouvelle politique de tarification, nous n’avons pas participer à cette taxe purement touristique qui pourrait être avant tout moins onéreuse. Une honte !

  2. Gaudi avait l’intention de créer une cité harmonieuse et agréable à vivre. Cette décision de faire payer le parc change totalement la donne : le sens même de l’oeuvre de Gaudi est bafoué. Les visiteurs ne profitent plus d’un bain de soleil sur l’esplanade, mais prennent fébrilement des photos, sans s’asseoir, sans rire, sans plaisanter ni flirter … cela perd tout son sens !
    Une décision qui montre combien nous avons perdu notre art de vivre pour gagner des euros qui ne nous serviront surement pas à être heureux. La municipalité de Barcelone a oublié la movida et tout ce qui fait l’attrait de cette belle ville de Barcelone. Tant pis, laissons la place aux Chinois qui viendront toujours en masse faire la queue pendant des heures, debout, pendant que nous prendrons encore un peu de soleil dans un coin du parc (le jardin de la villa de Gaudi est encore libre d’accès, profitez-en !)

  3. En direct de Barcelone. Premier jour de la mesure, grande pagaille. Passé une heure à différents points d’accès pour m’entendre dire que mon billet combiné (MUHBA) n’était plus valable pour la visite du parc !
    Désarroi de nombreux touristes non prévenus de la nouvelle réglementation.

    Par ailleurs, un autre billet combiné de musées est passé de 7 à 6 musées pour les mêmes 30 € et on découvre en route qu’un des 6 musées est fermé. Bref 5 pour le prix de 7. Avec la crise, Barcelone devient inabordable. La Perdrera de Gaudi est à 15€ !!!

  4. Je pense que comme le souligne l’article il y a des bons et mauvais côté à rendre ce parc payant auprès des touristes , cependant c’est dommage que le nombre soit limité à 400personnes… et c’est aussi dommage pour les étudiants ayant des petits budgets qui du coup n’iront pas forcément tous visiter le parc faute d’argent.

  5. Bien que je pense que la fermeture d’un parc public est un peu de mauvaise foi, je pense aussi que si elle contribue à préserver (spécialement le lézard) le parc, alors la discussion est terminée. Et si les voisins de Barcelone peuvent encore entrer sans problèmes, même mieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

footer logo
Rédigé avec pour vous