Le Magazine du Voyageur icon
Le Magazine du Voyageur
  •   1 min. de lecture

L’État veut contraindre les sites d’hébergement de courte durée à prélever la taxe de séjour sur leur clients.

Le succès de sites d’hébergement qui court-circuitent l’hôtellerie traditionnelle représente un manque à gagner pour l’État. Ils craignaient que ce dernier leur impose une taxe sur leur chiffre d’affaires.

Vendredi, le ministre des Affaires étrangères et du Développement international, Laurent Fabius, a écarté cette possibilité. En revanche, il a confirmé l’obligation pour Airbnb ou encore Abritel de collecter la taxe de séjour auprès de leurs clients. Il faut donc s’attendre à payer un supplément lors de sa réservation. Si toutefois la mesure est effectivement appliquée… Pour vos week-ends à l’étranger, vous êtes plutôt Airbnb ou chambre d’hôtel traditionnelle ?


Avec Liligo trouvez le meilleur vol pour votre prochain voyage !


Réponse à “La taxe de séjour, ça concerne aussi Airbnb

  1. Comment cela va-t-il se passer pour les sites qui ne font que diffuser des annonces et ne collectent pas nécessairement l’argent des réservations, par exemple abritel ?
    Ou encore, qu’en est-il de la taxe de séjour pour un propriétaire étranger, qui possède un logement en France et qui effectue une réservation via un site qui n’a pas de filiale en France?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

footer logo
Rédigé avec pour vous