Le Magazine du Voyageur icon
Le Magazine du Voyageur
  •   9 min. de lecture

Rachel est une jeune trentenaire québécoise de Montréal. Elle est géographe de formation et a la passion du voyage, qu’elle partage sur son blog Découverte Monde. Elle a beaucoup voyagé en Asie du sud-est, un peu en Europe, mais ce sont surtout ses expériences de voyages en Amérique (Nord et Sud) qui nous ont interpellé.

Dans cette interview, il est question de road trip en van, de San Francisco, de Monument Valley, de l’Okanagan…, puis des Andes et de la mer des Caraïbes sur la Riviera colombienne. En route !

Son road trip aux États-Unis

Peux-tu nous raconter une anecdote de ton voyage en van dans l’Ouest des États-Unis ?

À chaque jour, le plus grand défi que nous avions à relever était de trouver un endroit pour faire notre toilette. Lorsqu’on voyage en van et que nous dormons dans les stationnements ou le long des routes, l’accès à une douche, un lavabo et une toilette n’est pas toujours facile. Vous me direz qu’il y a toujours les lacs et les rivières. Et bien non justement! En plein désert, les points d’eau pour se rafraîchir se font plutôt rares.

Ma van qui m’a permis de faire mon road trip de 5 mois à travers le Canada et les USA.
Ma van qui m’a permis de faire mon road trip de 5 mois à travers le Canada et les USA.

Le système D est alors une chose que l’on doit mettre en place à tous les jours. Lorsqu’on a la chance de croiser un « truck stop », c’est le Saint Graal. Mais sinon, il faut faire preuve d’ingéniosité. Les tuyaux d’arrosage, les bouteilles d’eau, mais surtout les toilettes des 7-Eleven étaient devenues le lieu de notre rendez-vous quotidien pour tenter, tant bien que mal, d’avoir un minimum d’hygiène. Pour des cheveux longs, comme les miens, les laver dans un lavabo miniature devient vite une galère. En termes de fraîcheur, j’avais déjà connu mieux. Mais ces soirées à se nettoyer à la bouteille d’eau à côté du van, à « squatter » les salles de bain des dépanneurs et des restaurants font parties des anecdotes de ce voyage que je prends plaisir à partager. Ce road trip dans l’Ouest américain demeure encore aujourd’hui l’un de mes plus beaux voyages à vie. Justement, je repars de nouveau sur les routes de la Californie dans quelques jours. J’ai vraiment très hâte.

A quoi ressemble l’ambiance lors des étapes ? Y a-t-il beaucoup d’autres jeunes sur la route comme vous ?

La plupart des jeunes, je les ai rencontrés dans la vallée de l’Okanagan en Colombie-Britannique où j’ai fait la cueillette de fruits pour financer l’achat du van et le road trip. Plusieurs jeunes Québécois traversent le Canada pour vivre cette expérience pendant leurs vacances scolaires.

Jeunes venus faire la cueillette des fruits en Colombie-Britannique.
Jeunes venus faire la cueillette des fruits en Colombie-Britannique.

Mais une fois sur la route des États-Unis, nous avons croisé peu de gens au volant d’un van comme nous. Les conditions n’étaient pas optimales pour cela non plus. Nous sommes allées en septembre, après la haute saison, et nous dormions de manière clandestine. Si nous étions allées durant la saison estivale et que nous avions fait des escales dans des campings ou des auberges jeunesses, nous aurions probablement croisé plus de routards. Un road trip dans l’Ouest américain demeure encore le rêve d’une vie de nombreux voyageurs.

Quels ont été les grands moments de votre parcours ?

Je dirais que la découverte des innombrables parcs nationaux de l’Ouest américain est mon souvenir le plus marquant de ce voyage. Je ne suis pas fan de grandes villes, je préfère les grands espaces sauvages. C’est la raison pour laquelle les villes qui font rêver bon nombre de voyageurs, telles que Las Vegas, Los Angeles et San Francisco ne m’ont pas personnellement marquée.

Las Végas la nuit.
Las Végas la nuit.

Par contre, fouler le sol d’un énorme volcan comme celui de Yellowstone, découvrir Monument Valley avec ses paysages de westerns, assister au lever de soleil sur les « hoodoos » de Bryce canyon ou encore rejoindre la magnifique « Delicate arch » en Utah sont des endroits et des moments qui ont contribué à rendre ce voyage si extraordinaire.

Au cœur des paysages de Monument Valley.
Au cœur des paysages de Monument Valley.

Le concept du road trip colle aux États-Unis. Mais selon toi un road trip vers l’Ouest canadien vaut-il le coup ?

C’est clair ! Ce voyage de cinq mois s’est fait majoritairement dans l’Ouest canadien. Le Canada n’a rien à envier à son voisin du Sud. La diversité de ses paysages ravira certainement les amateurs de road trip en quête de grands espaces. Notons, par exemple, la promenade des glaciers qui traverse les Rocheuses canadiennes. Elle serait l’une des routes les plus panoramiques au monde. Pour une virée plus agro-touristique, la vallée de l’Okanagan, dont les fruits ont un goût exquis, est un endroit à visiter. La charmante ville de Vancouver, les grandes forêts d’arbres géants, la côte du Pacifique ou les étendues sauvages du Yukon sont autant de lieux où l’on pourrait passer des semaines entières sans jamais s’ennuyer.

Le lac Peyto sur la promenade des glaciers en Alberta.
Le lac Peyto sur la promenade des glaciers en Alberta.

Les terres à café de la Colombie

Tu as passé un mois en Colombie, dans les Andes, au bord de la mer des Caraïbes, dans les terres à café et dans la famille d’Adriana, ta partenaire de voyage. C’est une destination qui s’ouvre peu à peu mais dont on se méfie encore. Qu’est-ce qui t’as marqué dans ce pays ?

Sans hésitation, je dirais la gentillesse et la bonne humeur des Colombiens. J’ai eu la chance de visiter le pays pendant la coupe du monde de football. L’ambiance était hallucinante. Spontanément, les gens nous invitaient à festoyer avec eux. Le contact était très facile, autant avec les enfants que les adultes. Il y a une chaleur humaine assez unique et la population a un réel intérêt pour les voyageurs qui prennent le temps de venir découvrir leur pays malgré la mauvaise image dont il est victime.

Fête dans les rues après une victoire de la Colombie.
Fête dans les rues après une victoire de la Colombie.

Quelles sont les plus belles choses que tu as vu ?

Difficile à dire. Ce qui est bien avec la Colombie, c’est justement la grande diversité de ses régions. Un voyage dans ce pays peut très bien être ponctué d’un séjour à la montagne, d’une exploration dans la jungle ou de farniente à la plage. J’ai beaucoup aimé les petits villages coloniaux comme Villa de Leya et Barichara, tout comme j’ai adoré me balader dans le parc Tayrona en bord de mer, visiter Cocora avec ses énormes palmiers de cire ou encore grimper en haut de la pierre de Penol pour admirer, en contrebas, l’énorme lac turquoise entrecoupé d’îles. Mon seul petit regret serait de ne pas avoir eu la chance d’aller dans la jungle. Ce sera pour une autre fois.

La vue du lac Guatape d’en haut de la piedra del penol.
La vue du lac Guatape d’en haut de la piedra del penol.

Niveau sécurité, y-a-t-il des choses particulières à savoir avant de partir ?

Sincèrement, à part à Bogota où j’ai ressenti un peu l’insécurité lors de mon arrivée en fin de soirée, je me suis sentie très bien dans ce pays. La réalité est bien loin de l’image qui lui est associée. Si l’on respecte les règles de base en sécurité que l’on applique habituellement en voyage, il ne devrait pas y avoir de problème.

Street art dans les rues de Bogota.
Street art dans les rues de Bogota.

Le meilleur conseil que je pourrais donner est de ne pas anticiper le danger partout. C’est souvent cette appréhension qui crée des situations d’inconfort. L’imagination est très puissante et elle peut nous jouer de vilains tours parfois. À quelques reprises, j’ai imaginé le pire, alors qu’il n’y avait absolument rien à craindre. Osez aller découvrir ce pays, je vous le dis, vous ne serez pas déçus !

L’Amérique centrale est très peu connue par nous autres Français/Européens. Toi qui est passée au Guatemala et au Costa Rica : Comment présenterais-tu ces destinations pour donner envie d’aller y voir de plus près et à quels types de voyageurs s’adressent-elles ?

De manière générale, il faut être un peu aventurier pour visiter l’Amérique centrale. Les deux pays que j’ai visités sont très différents. Le Guatemala, par exemple, fut vraiment une très belle découverte. Dans ce même petit pays, tous les types de voyageur peuvent y trouver leur bonheur. Ce petit pays permet de faire une variété de choses différentes dans un cours laps de temps.

Pour les amateurs d’histoire et de vieilles pierres, les ruines archéologiques tels que Tikal en raviront plus d’un. Lorsque le soleil se fait trop chaud, les plages permettent de se rafraîchir et se reposer avant d’aller découvrir les bassins d’eau turquoise en pleine jungle sauvage ou faire l’ascension de volcans actifs. Bref, les aventuriers seront choyés. Pour ceux qui aiment les petites villes coloniales, la charmante Antigua est une base parfaite pour visiter la région.

Au sommet du volcan actif Paccaya.
Au sommet du volcan actif Paccaya.

Le Guatemala, c’est aussi une explosion de couleurs et de sons. Les populations indigènes portent encore l’habit traditionnel et les marchés sont un vrai plaisir pour les sens. Le Guatemala est définitivement un pays à ne pas manquer en Amérique centrale. Sa diversité et sa culture très riche fait de cette destination un endroit où l’on pourrait s’attarder pendant des semaines.

Les marchés sont un lieu de rencontre très vivant au Guatemala.
Les marchés sont un lieu de rencontre très vivant au Guatemala.

Le Costa Rica est très différent. On ne va pas dans ce pays pour sa culture ou son patrimoine. On y va principalement pour sa nature omniprésente et très riche. Ici, les grandes villes n’ont pas trop la cote. La plupart de petits villages sont assez bien intégrés avec la nature environnante. Un voyage au Costa Rica, c’est un contact avec cette nature généreuse. On peut y voir des volcans, marcher dans la jungle, admirer des animaux exotiques en liberté et profiter des belles plages sauvages tout en s’adonnant au surf. C’est un pays plus adapté aux sportifs et aux aventuriers.

Moment contemplatif au parc Manuel Antonio au Costa Rica.
Moment contemplatif au parc Manuel Antonio au Costa Rica.

Un grand avantage de l’Amérique centrale c’est la petitesse de ses pays et la facilité à passer de l’un à l’autre. Sans compter son climat idéal. Ensuite, il ne reste qu’à connaître vos champs d’intérêt pour choisir le pays le plus adapté à vos envies.

Tu prévois de faire un tour du monde d’un an d’ici quelques années. Tu as déjà commencé à le préparer dans ta tête ?

Oui en effet c’est dans mes plans futurs. Je prévois ce long voyage pour 2018. Je remue cela dans ma tête depuis un bon moment déjà. Jusqu’à maintenant, mon itinéraire a changé à plusieurs reprises et il sera probablement bien différent lorsque viendra le temps de partir. J’ai un peu de difficulté à faire des choix. Par contre, depuis un certain temps déjà, je pense avoir campé sur un certain itinéraire. L’Asie étant mon continent de prédilection, je planifie donc, de nouveau, ce grand voyage dans cette région.

A quoi ressemblera-t-il ? Quelles en seront les étapes incontournables ?

Je compte d’abord visiter l’Asie centrale avant d’entrer par l’Ouest de la Chine. Si cela est possible, j’aimerais bien visiter le Tibet avant de continuer vers le Népal. Le Bangladesh reste encore à définir avant mon entrée en Inde et au Sri Lanka. Viendraient ensuite les Philippines et la Taïwan avant de revenir vers l’Est de la Chine d’où je prendrais le trans-mongolien, avec un arrêt en Mongolie, avant de poursuivre avec le transsibérien à travers la Sibérie pour rejoindre Moscou en Russie. Mon itinéraire devrait en partie ressembler à cela.

À Shangri-La dans le Yunnan lors de mon premier voyage en Chine.
À Shangri-La dans le Yunnan lors de mon premier voyage en Chine.

J’ai déjà parcouru une bonne partie de l’Asie du Sud-Est ainsi qu’une partie de la Chine du Sud, la Corée du Sud et un peu du Japon. Cet itinéraire me permettrait de découvrir de nouveaux pays, ou nouvelles régions, que je n’ai pas visités et qui m’attirent énormément par leurs facettes encore sauvages, bien souvent en dehors des circuits habituels. Les choses peuvent encore changer surtout que je prévois tout de même quatre voyages par an, d’ici là, qui pourront peut-être m’amener dans ces endroits avant le grand départ. En attendant, j’ai tout le plaisir de préparer ces plus courts voyages tout en rêvant à celui-ci qui s’en vient. J’ai très hâte malgré toutes les appréhensions face à un aussi long départ.

Si jamais vous voulez suivre mes aventures autour du monde, vous pouvez les retrouver sur mon blog voyage Découverte Monde et les réseaux sociaux associés. Au plaisir de vous y retrouver !

Réponse à “Rachel des États-Unis à la Colombie

  1. Sacré parcours déjà pour Rachel, qui a toujours su me faire rêver à travers ses récits de voyage et ses photos magnifiques. Je la suivrai de près pour son tour du monde de 2018 c’est certain.
    Merci pour cette interview 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

footer logo
Rédigé avec pour vous