Le Magazine du Voyageur icon
Le Magazine du Voyageur
  •   3 min. de lecture

Des chercheurs mandatés par l’Organisation des Nations Unies viennent de remettre leur premier rapport sur l’état du bonheur dans le monde, « The World Hapiness Report ». Résultat : c’est en Europe du Nord que l’on est le plus heureux, la France décroche une triste 23ème place.

Comment définir le bonheur ? Comment le mesurer ? Et surtout, comment les États peuvent-ils contribuer à rendre leur population plus heureuse ? A l’initiative du royaume du Bhoutan, d’éminents spécialistes planchent depuis lundi sur ces questions plus délicates qu’il n’y paraît, au siège de l’ONU à New York.

Pourquoi le Bhoutan ? Car il fait figure de pays précurseur dans la mise en place de politiques en faveur du bonheur de sa population. Son roi Jigme Singye Wangchuck a proclamé dès 1972 la nécessité de bâtir une société et une économie dont le but ultime serait le bonheur collectif et individuel de ses administrés.

Bhoutan, le pays du bonheur brut (Crédit photo : Laihiu - Flickr)

Selon les auteurs du rapport, le bonheur est une chose à prendre très au sérieux :

« Le bonheur fournit un spectre plus large de possibilités de construire un monde meilleur, incluant de meilleures solutions pour combattre la pauvreté, la maladie et la guerre ».

Leur thèse est que le bonheur n’est pas qu’individuel. Les conditions de vie et les changements sociaux influencent aussi le taux de satisfaction d’une population. Bien plus importants que le salaire, voici les principaux déterminants du bonheur selon cette étude :

  • Liberté politique
  • Bons liens sociaux
  • Absence de corruption

« Des salaires à la hausse peuvent augmenter le bonheur, surtout dans les sociétés pauvres, mais favoriser la coopération et l’esprit de communauté peut faire encore plus, spécialement dans les sociétés riches ».

« Force est d’admettre que chercher sans relâche à faire croître le Produit National Brut (PNB) à l’exclusion des autres objectifs revient à quitter le chemin qui mène vers le bonheur »,

explique Jeffrey D. Sachs, l’un des chercheurs en charge du rapport.

Le top 25 des pays où l’on est le plus heureux, selon l’ONU

Disons d’emblée que les résultats qui suivent ne sont pas parole d’Évangile et sont à prendre avec des pincettes. Pour faire bref, le thermomètre utilisé par l’ONU n’est sans doute pas parfait, mais voyons tout de même ce qu’il nous dit.

Et les gagnants sont…les Danois ! D’une manière générale, c’est en Scandinavie que l’on trouve les populations qui se disent les plus heureuses. Les États-Unis pointent à la 11è place, quant à la France, elle fait grise mine…

Vol Copenhague

A l’opposé, ce serait en Afrique principalement que le bonheur est le plus rare. Au Burundi, en Sierra Leone, au Bénin et au Togo.

C’est bien sûr subjectif, car comme s’interroge Olivier Zajec – directeur adjoint « Prospective stratégique » au cabinet de conseil et d’études CEIS – vit-on mieux dans le centre-ville dévasté de Detroit que dans une famille de pêcheurs au Cap-Vert ?

Maintenant vous savez où aller pour vous immerger au sein d’une population stable et épanouie, et où ne pas aller pour ne pas céder à la déprime. Cela peut-il influencer vos prochains choix de destinations ?

Source : WORLD HAPPINESS REPORT, Edited by John Helliwell, Richard Layard and Jeffrey Sachs.

Avec Liligo trouvez le meilleur vol pour votre prochain voyage !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

footer logo
Rédigé avec pour vous