Le Magazine du Voyageur icon
Le Magazine du Voyageur
  •   3 min. de lecture

La grande compagnie low cost irlandaise change de cap et perd de l’altitude : pour la première fois de son histoire, elle réduit son nombre de liaisons et opèrera moins de vols cet été que le précédent. Sa stratégie semble viser à la repositionner sur les grands aéroports, au détriment des plateformes secondaires.

C’est en tout cas ce qu’il ressort d’une analyse issue du magazine internet « anna.aero » (pour Airline Network News and Analysis). Ce site britannique qui est dédié à l’étude du trafic aérien est régulièrement cité dans les grands médias, tels que la BBC.

Reprenant des données du site Innovata, anna.aero détaille le programme estival de Ryanair qui assurera 1312 liaisons au mois d’août, contre 1396 à la même période un an plus tôt : 138 routes vont être lancées et 222 vont êtres supprimées. Soit une perte nette de 84 liaisons.

Les pertes sèches de routes par aéroport : Gérone (18), Düsseldorf-Weeze (17), Stockholm-Skavsta (14), Oslo-Rygge (9) et Bergame (9).

C’est en réalité à l’aéroport Chopin de Varsovie que la réduction est la plus importante, 26 routes, mais la situation est un peu particulière car l’aéroport a dû fermer pour maintenance de sa piste.

Ce sont avant tout les petits aéroports secondaires qui sont affectés par cette réduction du nombre de vols Ryanair. Il s’agit en fait d’une stratégie mise au point par l’entreprise, explique anna.aero : après avoir longtemps fondé son développement sur les petits aéroports régionaux – et profitant de nombreuses subventions publiques et ristournes fiscales – la low cost semble voir son avenir dans les grands plate-formes aéroportuaires.

Ainsi, Ryanair augmente son programme de vol estival au départ et à destination de plusieurs grands aéroports : Rome-Fiumicino (+112), Varsovie Modlin (+100), Londres Stansted (+93), Bruxelles-Zaventem  (+91), etc.

Tout ceci, analyse anna.aero, relève de la stratégie globale de la compagnie – bien connue des lecteurs de notre magazine – d’opérer une montée en gamme de l’image de la marque Ryanair. Nouveau site internet, nouvelle communication, il s’agit de rassurer !

Le bras de fer à Paris-Beauvais

On le sait, la compagnie Ryanair est fortement décriée pour sa « voracité », pour ses méthodes brutales vis-à-vis de ses partenaires publics et pour le peu de cas qu’elle fait des droits sociaux de ses employés.

« Ryanair emploie des méthodes de flibustier et de voyou ! », tempêtait par exemple le président du Conseil général de Charente en 2009, sur la question des activités de Ryanair à Angoulême.

Le journal « Les Échos » rappelle que des conflits ont opposé Ryanair aux acteurs publics dans plusieurs aéroports.

« Nous avons subventionné Ryanair à hauteur de 4,4 millions d’euros depuis 2003. Pourtant, la compagnie fait ce qu’elle veut. Elle ouvre des lignes puis les ferme sans que nous ayons quelque chose à dire. On ne négocie pas : leur offre, c’est à prendre ou à laisser »,

témoignait le président de la Chambre de Commerce et d’Industrie Pau-Béarn en 2010, peu avant que la compagnie plie bagage à l’aéroport de Pau-Pyrénées…

Les regards se tournent aujourd’hui vers l’aéroport de Beauvais-Tillé, le hub parisien de Ryanair, en quelque sorte. Les bénéfices engrangés par l’aéroport ont fondu et l’année 2014 devrait voir une baisse du trafic de 200 000 passagers par rapport à l’an dernier. Dans ce contexte difficile, les exigences de Ryanair passent mal, explique le « Courrier Picard ». Mais sans elle, l’aéroport n’a plus qu’à fermer boutique : 3,3 millions de passagers transportés sur un total de 3,9 millions sont le fait de la compagnie irlandaise.

Photo : The Travelling Bum, purple poulpe / Flickr cc.

Avec Liligo trouvez le meilleur vol pour votre prochain voyage !


Réponse à “Moins de vols Ryanair cet été

  1. Enfin ! Et la disparition souhaitée par les populations de tous ces aéroports de campagne qui n’atteindront jamais le million de passagers rentable. Angoulême, La Rochelle, Agen, Limoges, Bergerac, Grenoble, Clermont-Ferrand, Pau, Chambéry, Carcassonne : A DEGAGER !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

footer logo
Rédigé avec pour vous