OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Miguel en voyage avec The Killers et Leonard Cohen dans les écouteurs

Après Amélie et Dani, c’est au tour de Miguel, notre blogueur en charge du Magazine del Viajero, de parler de sa passion pour le voyage : sa manière à lui de voyager, ses destinations préférées, ses souvenirs et ses anecdotes.

Miguel, tu es plutôt « city break » ou voyage en sac à dos ? 

J’aime les deux, mais pas en même temps. Je m’explique : comme je n’aime pas prendre avec moi trop de bagages, je préfère organiser deux voyages, avec différents programmes.

Pendant un city break, j’aime visiter les musées, prendre quelques photos de la ville, prendre un verre dans un café, sortir… ce genre de choses. Donc je prends des affaires plutôt « polyvalentes » : t-shirt et jeans assez confortables et assez habillés pour aller à l’opéra, et aussi assez hipster pour aller dans un bar underground branché. Mais ni trop hipster ni trop branché pour aller dans un bar simple. En ville, je ne prends pas toujours mon appareil reflex, et si je le prends, je n’apporte que mon objectif 30 mm.

J’aime aussi le voyage en sac à dos dans la nature. J’adore faire de la randonnée avec mes amis, en prenant des photos. Je m’habille en Décathlon, avec des chaussures de randonnée, des jumelles, des guides de nature, et je prends bien sûr mon appareil photo reflex avec un ou deux objectifs : généralement une macro et un grand angle.

Racontes-nous le meilleur voyage que tu as fait.

Difficile de dire lequel était le meilleur… J’ai vraiment apprécié celui dans les îles Cies, sur la côte atlantique, au large de la Galice. C’est un paradis : eaux cristallines, plages sauvages, falaises… Vous pouvez aller à la plage de Rodas, la plus belle plage du monde en 2007 selon « The Guardian », et faire de la randonnée dans l’après-midi pour profiter de la flore et de la faune… ou vice versa. Il n’y a pas de voitures (on arrive en ferry) alors on profite vraiment de la nature. A savoir : l’été est toujours bondé. Nous y sommes allés en avril, juste après l’ouverture du camping.

Islas Cies

Quel est ce que tu as préféré de ton voyage à Cuba ? 

Je me suis sentis tout de suite à la maison. Nous les Espagnols, nous avons cette chance : même à des milliers de kilomètres, on peut trouver des personnes qui parlent la même langue. Et bien sûr, les Cubains sont connus pour leur hospitalité : ils sont toujours heureux de communiquer et ils peuvent même vous inviter chez eux juste après vous avoir rencontré. Nous avons passé quelques nuits dans le « Malecon » , en écoutant des histoires et des chansons des habitants. Ils sont très heureux si vous les invitez pour une « Planchao » (du rhum cubain typique et pas cher, vendu en petites briques, comme les jus de fruits). Aussi – sans entrer dans aucune controverse ou porter de jugement – c’est vraiment intéressant de voir un pays communiste des Caraïbes, même du point de vue touristique.

Cuba che

L’endroit le plus fou où tu as passé une nuit en voyage ? 

Une fois je suis allé à Vienne pour rendre visite à un ami. Comme il vivait dans un petit appartement, j’ai dû dormir dans une sorte de garde-robe avec un lit. Je me sentais comme Adrien Brody dans « The Jacket » et je n’ai pas vraiment dormi…

Et le meilleur endroit ? 

Une fois je suis allé à Venise avec un ami et plusieurs de ses amis que je ne connaissais pas. Il s’est avéré que l’oncle de la petite amie de l’un des amis de mon ami, nous a prêté les clés de son appartement à Venise. Non seulement il était en plein centre-ville, mais il disposait d’un accès direct aux canaux avec une gondole amarrée juste devant ! La maison était décorée avec des œuvres d’art luxueuses. Donc finalement, j’ai dormi dans un canapé du salon, au milieu des peintures de Picasso, Warhol, Vasarely… et gratuitement ! Je ne veux même pas penser à combien cela aurait pu coûter à louer…

Une catastrophe en voyage ? 

C’était aussi au cours de ce voyage. Le deuxième jour, j’étais le dernier à sortir de la maison. J’ai claqué la porte sans attendre leur réponse, à savoir s’ils avaient bien pris les clés. Ce n’était pas le cas… Nous avons passé une demi-journée entière à chercher une solution, nous avons même demandé aux pompiers et à la police (dans notre lamentable italien, à cette époque). Nous avons même pensé à fracturer la porte ! Finalement, il s’est avéré que les voisins avaient une copie des clés…

London China Town foodLe plat le plus « intéressant » que tu as essayé ? 

Un hamburger au zèbre à Londres, à Camden Market ! J’aime toujours essayer de nouveaux aliments, et en tant qu’Espagnol, je suis habitué à manger des crustacés, des mollusques, des parties étranges du porc (les oreilles , le museau …). Cela ne veut pas dire que j’aime tous les aliments, mais je suis très scientifique, donc j’essaie d’abord et après je me fais mon opinion.

Si tu pouvais te télé-transporter quelque part, ce serait où ? 

Je dirais… au Japon. C’est dans ma liste des endroits à voir. Pour ce que j’en ai entendu, pour un Européen, c’est comme aller sur une autre planète ! Et si c’est possible, j’aimerais bien passer par deux des destinations Liligo de 2014  : Rome (ma destination fétiche) et l’Islande (parce que : les photos de ma collègue Mateja et le film « Walter Mitty »).

Quelle est la musique qui t’accompagne en voyage ? 

La chanson la plus « on the road » pour moi, c’est The Cardigans « My Favourite Game ». A part ça, j’ai toujours quelques morceaux de The Killers, de Leonard Cohen et d’Arctic Monkeys dans mon téléphone.

A bientôt sur El Magazine del Viajero ! 

1 réaction

  • chrissand Répondre

    J’adore lire les interviews de voyageurs, ca donne à la fois envie de repartir visiter les pays qu’ils ont pu faire. On peut comparer nos expériences, nos mauvaises expériences et également ça nous permet de découvrir leur site ! 

    PS : Si jamais vous êtes en panne de blogueurs, je veux bien me prêter au jeu de l’interview ; )