Magazine du Voyageur icon
Magazine du Voyageur
  •   10 min. de lecture

Métropole multiculturelle par excellence, d’une vivacité sans égale, en mouvement perpétuel, la capitale britannique est un monde en soi qui regorge de secrets. Il y a le Londres touristique, celui qui a construit à juste titre sa renommée mondiale, et puis il y a tous les autres Londres… Y plonger dépayse instantanément tout européen, presque plus encore que la livre sterling ou la conduite inversée. Nous vous proposons aujourd’hui de quitter Buckingham Palace, Tower Bridge ou Piccadilly Circus, pour partir à la découverte de quelques-uns de ses lieux peu connus et atypiques. Vous avez votre billet pour Londres ? Lancez-vous, London’s calling !

Si vous souhaitez accéder rapidement à nos recommandations lors de votre visite, n’hésitez pas à télécharger notre carte personnalisée (Google Maps): 

1. Old Spitalfields Market

Ouvert au XVIIe siècle, ce marché dont le nom est dérivé d’un vieil hôpital du quartier fut jusque dans les années 90 l’un des plus grands marchés de fruits et légumes d’Angleterre, mais aussi d’Europe. Il est désormais l’un des plus variés et trendySitué dans l’Est londonien, à deux pas de la City et de Liverpool Street, il héberge 250 stands sous une halle classée monument historique, à l’architecture victorienne en briques rouges, au toit immense et à la façade étonnante. Vous y trouverez des articles rétros follement design ou carrément kitsch, des antiquités, divers étals de petits artisans, créateurs de vêtements ou bijoux, commerçants de produits bioOuvert tous les jours, l’ambiance y est à son comble du jeudi au dimanche.

Spitalfields Market iStock

2. Davenports Magic Shop

S’il y a un petit Harry Potter passionné en vous, faites un stop au Davenports Magic Shop avant même d’arpenter les coulisses des Studios de tournage au nord de la ville. Le lieu est insolite à bien des égards. Située au 7 Charing Cross Underground Arcade, cette boutique de magie familiale fondée en 1898 serait, selon la légende, la plus ancienne du monde. Après l’ambiance brute voire lugubre, du tunnel du métro qu’il faut emprunter pour y arriver, l’atmosphère rouge et feutrée qui y règne fait du bien. Vous y trouverez tous les livres et accessoires du parfait prestidigitateur et pourrez même y suivre un cours, en réservant à l’avance.

3. Brixton Village

Au sud de Londres, Brixton vaut le détour. Considéré dangereux dans les années 70, ce quartier afro caribéen très animé est aujourd’hui prisé des foodies, chineurs et fans de décoration d’intérieur. Brixton Village est le nom de son marché couvert qui abrite de nombreuses petites boutiques exotiques et vintage. Tout autour, c’est le paradis des bars aux couleurs chamarrées et des spots de cuisine du monde, plus authentiques les uns que les autres. Si vous y allez début août, vous profiterez au passage du Brixton Splash, un festival de rue populaire et bon enfant, bercé par le reggae, le RnB et la house music.

Les bonnes adresses y poussant comme des champignons, il est difficile d’être exhaustifs et à jour mais nous avons aimé les crêpes et pancakes géants du Burnt Toast Café, l’expresso du Federation Coffee, le burger d’Honest. Côté shopping, les mille objets pleins d’idées des boutiques Brixi et Circus ou la mode de 2nde main de chez Leftovers.

Brixton Village iStock

4. Flat Block Marina

Si vous êtes un fan inconditionnel d’Orange mécanique de Stanley Kubrick, vous savez sûrement que le film choc a été tourné en 1970 à Londres et dans sa proche banlieue. Vous situez même probablement le passage souterrain (rénové depuis) dans lequel le clochard est attaqué, au rond-point de Wandsworth Bridge, mais peut-être pas le théâtre d’une autre scène culte de ce cauchemar dystopique. C’est en effet sur le lac artificiel Southmere à Flat Block Marina, dans le quartier de Thamesmead, qu’Alex réaffirme sa domination sur ses Droogs en les tabassant, en jetant Dim à l’eau avant de lui couper la main à Binsey Walk, sur la rive ouest. Ambiance glauque assurée, dans une zone toute en béton typique des années 60, perçue à l’époque comme un fleuron de l’architecture du futur mais qui n’a, heureusement, pas tenu ses promesses.

5. Hatchards

Dans « culture alternative », aussi populaire, extravagante ou radicale soit-elle, il y a « culture ». Et plonger des heures durant dans les trésors de la plus ancienne librairie de Londres, affichée de surcroît fournisseur officiel de la famille royale, a quelque chose d’unique et d’intemporel, hors des sentiers battus et rebattus. Inaugurée en 1797, l’authentique maison Hatchards au parfum victorien se situe au 187 Piccadilly. L’atmosphère y est chargée d’histoire ; la magie opère dès l’instant où l’on franchit la porte mais s’accentue en gravissant les étages et en explorant ses multiples recoins. On y déniche des petits et grands trésors, jusqu’à des livres dédicacés et des premières éditions.

6. Richmond Park

Voici un site londonien pour le moins dépaysant, à quelques encablures seulement de la gare de Waterloo. Nettement moins connu que Hyde Park ou Regent’s Park, Richmond Park est le plus grand des 8 parcs royaux que compte la capitale britannique. Il s’étend sur 955 hectares, soit l’équivalent du Bois de Vincennes près de Paris mais près de 3 fois Central Park à New York. Réserve naturelle autrefois terrain de chasse privé du Roi Charles Ier, il abrite 30 étangs ainsi que de nombreuses espèces végétales et animales ; ce sont pas moins de 600 biches et cerfs qui y vivent en liberté

Enfin, pour l’anecdote, la photo de la pochette de Urban Hymns, le mythique album de The Verve sorti à la fin des années 90 et acclamé par les critiques du monde entier, fut prise dans le parc !

Richmond Park Londres iStock

7. Les 7 nez de Soho

Oui, vous avez bien lu. Ici les nains sont des nez 😉 Sans visage, sculptés dans les murs. Situé dans le West End, Soho brille par son ambiance décalée, ses commerces en tout genre, son caractère cosmopolite et son architecture originale ; et c’est le quartier que le facétieux artiste Rick Buckley a choisi pour 7 de ses 10 nez incongrus qu’il a cachés dans la ville. Gardez bien le vôtre en l’air car, à en croire la légende, le jeu en vaudrait largement la chandelle : celui qui les repèrerait tous deviendrait immensément riche. C’est amusant et ça ne coûte rien de tenter sa chance !

Londres Soho

8. Nager à Brockwell Lido

Étonnamment nous sommes toujours à Londres (comme le nom italien et balnéaire de lido ne l’indique pas !), où la plupart des piscines découvertes sont accessibles au public toute l’année. S’y baigner est une expérience particulière et une activité indéniablement à contre-courant des masses de touristes. Parmi les options à disposition, Brockwell Lido est une valeur sûre, bien plus qu’une simple piscine de quartier. Nichée au cœur de Brockwell Park Walled Garden, vers Brixton, elle a été construite dans le style Art Déco et son bassin fait 50 mètres.

Un équivalent à Paris ? Pas vraiment, mais en termes de style et d’histoire on pourrait mentionner la piscine Deligny ou la piscine Molitor, en versions urbaines et malheureusement réservées à une élite depuis leur rénovation.

9. Musée de Sir John Soane

Attention, pépite. Cette maison-musée, en bordure du square Lincoln’s Inn Fields dans le quartier central d’Holborn, appartenait à Sir John Soane, architecte de l’époque géorgienne visionnaire et un brin excentrique (so British !). Accessoirement serial collectionneur, il a fait de sa demeure un cabinet de curiosités où des chefs d’œuvres en tous genres saturent l’espace, du sol au plafond. On y trouve des dessins et maquettes du maître des lieux (réels ou imaginaires) et des collections d’esquisses, de peintures vénitiennes et d’antiquités, mais aussi un incroyable sarcophage égyptien, des bronzes de Pompéi ou des fragments de colonnes et de sculptures antiques.

10. Le cimetière animalier de Hyde Park

À l’instar de celui de Highgate où reposent Karl Marx et George Michael, de nombreux cimetières londoniens méritent d’être visités mais celui-la a vraiment de quoi surprendre qui réussit à le trouver. Tout au nord de Hyde Park, les tombes modèles réduits de ce mythique cimetière animalier sont bien cachées derrière les buissons et se laissent entrevoir à travers la clôture (sauf si vous tombez sur une date de visite guidée payante). À en croire les inscriptions partiellement effacées, c’est la dernière demeure d’animaux de compagnie de tout poil et de toutes plumes. Officiellement fermé depuis 1903, certaines rumeurs laissent pourtant penser qu’une mascotte des Royal Marines y aurait été enterrée en 1967.

11. Faire du shopping à Seven dials

Les fans d’Agatha Christie ayant lu « Les Sept Cadrans » vous le diront sûrement : oubliez la folie d’Oxford Street en période de soldes, privilégiez l’ambiance village de Seven Dials en plein coeur de la ville, entre Covent Garden, Soho et Leicester Square ! Ce quartier lifestyle par essence où l’on trouve tout pour passer un bon moment (petites boutiques concepts, spas, cafés cosy, restaurants, cinémas et théâtres) s’articule autour d’un simple rond-point vers lequel convergent 7 jolies rues. Il invite à la flânerie et un peu à la dépense aussi, tellement tout est joli (et on ne parle même pas des périodes de Noël). 

Enfin, avant qu’il ne soit trop tard, faites une pause au Seven Dials Market, le nouveau food hall imaginé par Kerb, l’incubateur de petits business londoniens dédiés à la street food. Sous une grande halle, vous trouverez 25 stands avec des spécialités venues des quatre coins du globe, des tables communales et comptoirs à partager, une librairie spécialisée, un bar et une scène où se produisent des artistes live certains soirs de la semaine.

Pour tout savoir sur le shopping dans le quartier www.sevendials.co.uk/

Seven Dials, à Covent Garden iStock

12. Frank’s Café

Le vrai Londres, improbable, c’est ça, pas le London Eye ! Prendre de la hauteur et s’offrir une vue époustouflante sur la ville aux beaux jours, du haut d’un parking ! On n’y arrive pas par hasard, à droite du cinéma sur Peckham Rye l’entrée est impossible à détecter par un public non averti qui, certes, a sérieusement tendance à se raréfier au fil des années. Le Frank’s Café reste néanmoins l’un de nos rooftops préférés. Il appartient à Bold Tendencies, une organisation artistique à but non lucratif, et coiffe désormais plusieurs étages d’espace dédié aux petits entrepreneurs artisans de l’économie solidaire et sociale (Peckham Levels). Simple mais parfaitement atypique, dans un cadre ultra-urbain, il se mérite et inclut une part de risque puisqu’on y monte à pied et qu’on ne peut pas réserver. Mieux vaut donc arriver tôt pour profiter de ses bonnes vibes, de délicieux cocktails (notamment à base de Campari) et d’une cuisine de saison à un prix tout à fait décent au vu des standards de la capitale britannique.

13. Little Venice

Oui, Londres aussi a sa « Petite Venise », paisible et pittoresque. Rien d’anormal en cela, on ne compte plus le nombre de villes veinées de canaux qui se font appeler ainsi. On pense instantanément à Bruges en Belgique mais rien qu’en France, de l’Alsace au Languedoc, de nombreuses régions en revendiquent une ! À Londres, on la trouve au centre de la ville dans le quartier de Maida Vale (district de Westminster), à la jonction du Grand Union Canal et du Regent’s Canal. Petit paradis vert et chic bordé de maisons victoriennes, elle a été source d’inspiration pour de nombreux artistes et poètes britanniques du XIXe siècle, Robert Browning en tête, un peu comme le fut Barbizon près de Fontainebleau pour les impressionnistes et écrivains français.

Pour plonger dans l’ambiance, vous pouvez faire un tour en péniche, louer un bateau et ainsi vous promener à votre guise ou bien passer la nuit à bord d’une barge rénovée et amarrée aux quais.

little venice Londres

14. The Attendant Coffee Roasters

L’humour anglais n’a pas de limite et c’est rafraîchissant, au sens propre du terme dans ce cas précis ! Situé au sous-sol du 27A Foley St., pas loin d’Oxford Street, The Attendant est certes arrivé finaliste en 2013 pour le Prix du meilleur café de Londres ; pourtant, c’est loin d’être ce qui le rend le plus unique. Car si dans cette antre de trentenaires branchés la qualité du produit est bien au rendez-vous, le 2nd degré et l’irrévérence aussi. Il s’agit en effet d’anciennes toilettes publiques qui ont été transformées pour l’occasion, en conservant et détournant la décoration initiale de style victorien ! Les urinoirs en porcelaine font désormais office de comptoir, les chasses d’eau de cache pots et le local de madame-pipi d’espace dégustation. C’est original, heureusement fait avec un certain goût dans le cadre donné, et très amusant.

15. Le East End de Jack l’Éventreur

Icône pop ? Peut-être pas. Mais cette affaire sordide de la fin du XIXe donna lieu à des centaines d’hypothèses, impliqua tout autant de suspects et inspira plus d’œuvres en tout genre encore (y compris du cinéma érotique d’horreur japonais !). Le terme ripperology (« éventrologie ») fut créé pour désigner les études concernant les faits et en 2006, les lecteurs du BBC History choisirent Jack l’Éventreur comme « le pire britannique des 1 000 dernières années » ! Bref, il est LA représentation parfaite du Mal, et même si en 2019 il aurait été identifié comme étant Aaron Kosminski, un barbier émigré polonais de 23 ans, beaucoup continueront sûrement à entretenir ce mythe moderne.

Si cela vous intéresse donc, partez sur les traces du tueur en série, de Old Spitalfields Market à Whitechapel. Car oui, si aujourd’hui vous y prenez l’apéro et y dénichez des merveilles vintage la journée, la nuit le East End regorge de fantômes ! C’était à l’époque la lie des bas-fonds, le quartier le plus surpeuplé, pauvre et mal famé de Londres. De nombreuses visites guidées – certaines en français et à la nuit tombée pour plus de réalisme – sont proposées vers les 5 lieux où Jack a officiellement frappé.

16. Columbia Road Flower Market

Dans un Londres au ciel souvent bas et à la lumière naturelle rare, voici une jolie manière d’apporter une vraie touche de couleur à votre escapade. Le Columbia Road Market est un petit marché aux fleurs très animé à l’est de la ville, dans l’authentique district de Tower Hamlets, près de Brick Lane et de Spitalfields. Tous les dimanches matins, il regroupe des dizaines d’étals dont les vendeurs prolongent souvent une longue tradition familiale sur place. Malgré le monde dans les allées, l’ambiance est accueillante, cool et relax, à la londonienne.

Aux alentours, vous trouverez également de nombreux petits commerces indépendants, charmants cafés, galeries d’art, boutiques de cupcakes, bougies artisanales, parfums ou savons, magasins de déco ou de vêtements vintage, épiceries fines ; de quoi parfaitement couvrir le reste de la journée !

marché aux fleurs Columbia Road market  londres

Vous avez d’autres bons plans insolites, underground ou originaux à partager sur Londres ? N’hésitez pas à les ajouter en commentaire ! Et pour bien préparer votre séjour à Londres, suivez les conseils d’un grand voyageur sur le blog OKvoyage.

Pour trouver les meilleurs prix pour Londres et d’autres destinations en Europe rendez-vous, chaque semaine, sur notre page consacrée aux offres de vols pas cher.

Crédits : iStock

7 réponses à “Londres insolite : 16 idées de visites hors des sentiers battus

  1. Bonjour,
    Votre article est super, vous m’avez donné de bonnes idées pour mon prochain week-end à Londres. Cependant en regardant sur internet je vois qu’il est noté que le rooftop dont vous parlez est “fermé définitivement” savez-vous si c’est le cas ?
    Merci d’avance ! 🙂

    1. Bonjour,
      Merci et ravis de vous avoir donner envie d’aller à Londres :).
      Le rooftop que vous mentionnez est toujours fermé en hiver mais il va réouvrir cet été !
      Bonne journée !

  2. Merciiiii ! Meilleur article sur les lieux à visiter de londres que j’ai pu lire pour l’instant !

  3. Merci pour toutes ces bonnes idées ! Je vais à Londres au mois de Septembre et je ne manquerai pas d’aller sur le bar rooftop ! 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.