Le Magazine du Voyageur icon
Le Magazine du Voyageur
  •   2 min. de lecture

Deux récentes études ont épinglé les mauvaises manières des chauffeurs de taxi de Vienne. Les autorités autrichiennes tapent du poing sur la table et annoncent qu’elles vont avoir recours à des détectives privés (Humphrey Bogart ?). Non mais !

Vienne 18ème sur 22 !

La première étude a été conduite par le plus grand automobile-club d’Allemagne (ADAC). Il a testé 10 taxis, au hasard, et le moins que l’on puisse dire, c’est que les résultats ne sont pas tristes. Huit d’entre eux ont été incapables de conseiller une attraction touristique et sept n’ont pas su répondre à leurs clients-testeurs qui leur demandaient où trouver un bon restaurant. Beaucoup plus grave, deux d’entre eux se sont révélés être de véritables chauffards, grillant des feux rouges et utilisant leur téléphone portable, sans utiliser de kit mains libres.

  • Résultat : sur les 22 villes testées, Vienne pointe à la 18ème place.

Une seconde étude confirme

Un peu déstabilisée par ce piètre résultat pour une ville qui se veut une destination touristique phare en Europe, l’Office du tourisme de Vienne a mené sa propre étude pour en avoir le cœur net.  Beaucoup plus sérieuse d’ailleurs, car 133 taxis ont été testés.

  • Itinéraire : 12% se sont trompés d’itinéraire ou ne connaissaient pas le chemin
  • Anglais : presque la moitié des taximen parlaient un anglais « insuffisant », même pour comprendre la destination souhaitée
  • Propreté : plus d’1 taxi sur 5 (22%) était sale et en désordre
  • Climatisation : 58% des taxis ne disposent pas de l’air conditionné

L’AFP rapporte par exemple le témoignage d’un chauffeur qui raconte que l’un de ses collègues a littéralement « trimbalé » une femme dans toute la ville plutôt que de la conduire directement à son hôtel. La facture a été salée : 70 € !

Des détectives privés réquisitionnés !

Depuis la publication de ces deux études, les autorités de la ville ont pris les choses en main. Objectif : identifier les chauffards et les chauffeurs incompétents, à l’aide de ces détectives privés professionnels, pour les punir et même les retirer de la circulation, si nécessaire.

Les chauffeurs doivent être dans leurs petits souliers car, depuis que les métros tournent aussi la nuit, leur clientèle a diminué et la mairie estime qu’environ un millier de taxis sont de trop dans la ville. Espérons que les détectives ne soient pas trop durs avec ces taximen quand même. La connaissance de l’anglais ne sera pas un critère a assuré la mairie de Vienne. Il ne nous reste plus qu’à apporter notre petit lexique d’allemand.

Si seulement tous les chauffeurs avaient la classe de Ryan Gosling dans le film « Drive »…

Où avez-vous connu votre pire expérience avec un taxi ?


Avec Liligo trouvez le meilleur vol pour votre prochain voyage !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

footer logo
Rédigé avec pour vous