julien australie
| Blogueurs | Nos invités Par

Les photographes de liligo.com – Vincent en Australie, un vaste pays de contrastes

Vincent est un passionné d’art et de voyages. Ces deux passions l’ont mené à la photographie, et principalement à la photographie de paysage. Il partage aujourd’hui avec les lecteurs du « Magazine du voyageur » des clichés saisissants de villes d’Australie et nous révèle avec précision ses techniques pour réussir une photo de voyage.

Le Magazine du Voyageur diffuse tout le mois de juillet des interviews avec des photographes amateurs qui nous ont raconté leurs voyages. Après Julien en Nouvelle-Zélande, et Marine à Manchester, découvrez le troisième volet de notre série spéciale  «   Les photographes de liligo.com   »  .

liligo - photographie

Vincent, qu’est­-ce qui t’a donné envie de voyager en Australie ? 

Déjà, qui n’a jamais voulu aller dans ce pays “au bout du monde” ?  ! Non, ce qui m’a vraiment attiré, c’est surtout les paysages de rêves avec cette faune et cette flore si diversifiées. De plus, étant passionné par le requin depuis tout petit, je voulais absolument voir de mes propres yeux le grand requin blanc.

Aussi, la découverte d’une nouvelle culture et aller à la rencontre des gens me plaît beaucoup. Le contexte historique avec la culture aborigène m’attire, connaître l’histoire au sein du pays, savoir comment les gens la vive au quotidien. Bien sûr, l’appareil photo était une évidence, je ne pouvais pas le laisser chez moi. L’envie de prendre des photos a aussi été une motivation.

Quelles sont les villes que tu as visité ? 

Pendant un an j’ai pu faire le tour du pays sauf au centre (pour des raisons financières). J’ai visité, Melbourne, Sydney, Canberra, Byron Bay, Brisbane, Cairns, Perth, Broome, Darwin, Adelaide, Perth, Exmouth et pleins d’autres. J’ai visité des petites villes de banlieue, et après au­-delà de ces villes… et bien c’est le désert.

Sur tes photos, on a l’impression que l’architecture en ville est très géométrique. Aucune forme qui ne sorte des lignes droites. Dirais­-tu que cela reflète également une certaine mentalité dans le pays ? 

Oui, les villes en Australie se ressemblent du point de vue de l’architecture. Les villes sont quadrillées et victoriennes (sûrement une influence américaine), avec ces différents quartiers qui reflètent bien ces grandes villes cosmopolites. Généralement, seul le CBD (Central Business District) est quadrillé (lignes horizontales et verticales), dès qu’on en sort il y a très peu de hauts immeubles. A l’origine, les villes australiennes sont faites pour que tout le monde ait une maison, mais il faut sortir du centre pour voir les premières maisons.

La mentalité australienne se reflète plutôt en banlieue : on y vit de manière relax, avec moins de stress. Les Australiens sont patients, polis et instaurent une confiance entre les personnes. Bien sûr, je parle ici en mon nom, de ma propre expérience, de mon ressenti. Ceci n’est sûrement pas une vérité absolue.

australie 7

Quel est ton plus beau souvenir lors de ce voyage ? 

Hmmm… je dirais la traversée de la région des Kimberley qui se situe au nord entre les villes de Broome et Darwin. Neuf jours passés dans un 4×4 en pleine nature, dormir à la belle étoile avec des paysages à couper le souffle. J’ai pu observer en milieu naturel des crocodiles, des serpents, etc., dormir à la belle étoile avec un ciel étoilé comme je n’en avais jamais vu, me baigner dans des endroits perdus et fabuleux.

Depuis quand pratiques-­tu la photographie et qu’est­-ce qui t’a mené à elle ? 

Je pratique la photographie depuis maintenant sept ans. Ce qui m’y a mené, c’est sûrement l’attrait de l’art en général ; pouvoir construire une œuvre à partir de sa créativité avec un instrument (appareil photo, pinceau, crayon….), pouvoir figer un instant tout en racontant une histoire. Mon père travaillait avec un argentique (c’était aussi un passionné), sur un boîtier Konica Minolta. J’ai décidé en 2008 d’essayer moi aussi et je suis directement tombé amoureux ! J’ai tout de suite su que c’était ma manière de m’exprimer. Aujourd’hui j’utilise un numérique (Nikon D750), mais de temps en temps je prend le temps d’acheter une pellicule et de faire une session photo argentique avec l’appareil de mon père.

« Toujours en mode manuel »

Utilises­-tu des procédés techniques particuliers ? 

Aujourd’hui je fais principalement de la photo de paysage. Pour cela, il faut savoir s’armer de patience car, il faut trouver le bon spot, attendre le bon moment pour avoir la bonne lumière (lever du soleil et coucher du soleil), savoir mettre son sujet en valeur et composer son cadre. Au niveau du réglage de l’appareil, je suis toujours en mode manuel, pour pouvoir contrôler tous les paramètres du boîtier et donc créer l’image que je veux et non l’image que voudrait imposer l’appareil en mode automatique.

Le diaphragme -  toujours à petite ouverture pour avoir une profondeur de champ (zone de netteté) la plus grande possible. Les ISO toujours le plus bas possibles pour garder un maximum de qualité. Et pour l’obturateur, on peut se fier à l’indicateur de mesure de lumière qu’on trouve dans le viseur des appareils photos.

Pour avoir une photo originale, j’utilise parfois des filtres (polarisants, ND…) pour donner des effets à celle-­ci. Je me munis également d’un trépied en cas de basse lumière pour éviter les flous.

En ce qui concerne la post production, j’utilise Lightroom. La retouche à une limite, qu’il faut savoir reconnaître, car il faut valoriser la photo sans la changer.

As-­tu d’autres projets de voyages ? 

Oui toujours ! Je pense que mon prochain projet de voyage, sera de partir sur Vancouver et après rester dans les Rocheuses pendant un certain temps. La Côte Ouest américaine m’attire aussi ainsi que l’Amérique du sud.

Retrouver sur Flickr une belle série de photographies de Vincent.

australie 2 australie 3 australie 4 australie 5 australie 6 australie 8 australie 9 australie

Laissez un commentaire