Le Magazine du Voyageur icon
Le Magazine du Voyageur
  •   3 min. de lecture

Canulars, paris idiots, mauvaises blagues, gestes de colère ou de désespoir…Voici les véritables raisons de la plupart des alertes à la bombe dans le domaine aérien. Retrouvez-ici quelques histoires savoureuses et grotesques. Le fameux « coup de l’alerte à la bombe » !

La dernière en date…

«La bombe qui est à bord explosera à 16h GMT à moins que nos demandes ne soient satisfaites».

Cette menace d’attentat placardée sur la porte des toilettes de l’avion qui assurait le vol British Airways Tokyo-Londres du 12 février dernier avait été laissé par un steward de la compagnie de 22 ans. L’avion et ses 150 passagers se sont posés comme prévu à l’aéroport d’Heathrow. Quant au steward – mauvais blagueur ou en colère, nous ne le savons pas – il a été arrêté dès son arrivée sur le tarmac. Preuve s’il en est que, question sécurité aérienne, mieux vaut ne pas se laisser aller à ce genre de choses.

Pour ne pas rater son vol

Si vous êtes en retard et craignez de rater votre avion, connaissez-vous une meilleure solution que de retarder son décollage avec le fameux « coup de l’alerte à la bombe » Cela fini généralement mal pour leurs auteurs…

La palme revient à ce jeune journaliste allemand de 27 ans qui n’a pas hésité à déclencher une alerte à la bombe pour ne pas rater son vol Vérone-Vienne, où il devait couvrir le championnat d’Europe de football, en 2008. L’aéroport a été fermé pendant environ deux heures et deux vols à destination de Vérone ont dû être déroutés vers un autre aéroport.

Non satisfait de sa performance, le jeune homme, a ajouté la bêtise à la stupidité : au guichet d’embarquement, il s’est emporté contre le personnel lui signifiant qu’il était trop tard pour lui, expliquant que de toute façon le vol était retardé. Aucune annonce n’ayant été faite, c’est depuis sa cellule qu’il a dû suivre le match…si toutefois elle avait une télévision.

Un « canular terroriste » par amour

L’amour rend fou. Il y a un an et demi, un vol Toronto-Karachi a dû atterrir d’urgence en Suède suite à une alerte à la bombe. Quelle n’a pas dû être la surprise de ce jeune Canadien à bord, extrait de l’appareil pour soupçons de sabotage. Son ex petite-amie transie d’amour avait tout tenté pour l’empêcher d’aller se marier au Pakistan…jusqu’à appeler la police canadienne pour les « informer » que le futur marié détenait une bombe à bord….

Juste pour la (mauvaise) blague…

« Il faut que les gens comprennent que c’est sérieux. On ne peut pas faire de blagues sur les bombes dans les valises ».

C’est comme ceci que la porte-parole de la Sûreté municipale de Québec a justifié l’incarcération d’un étudiant français de 25 ans au début de l’année. L’individu – sous l’emprise de l’alcool, selon la presse canadienne – avait cédé à la tentation d’une mauvaise blague en rétorquant « une bombe » à l’hôtesse qui lui demandait ce que contenait son bagage à main. Résultat : débarqué de l’avion illico et poursuites judiciaires à la clé. Avouez que pour une blague, si bonne puisse-t-elle paraître dans le feu de l’action, cela ne vaut pas le coup.

« Lorsqu’un passager démontre un comportement qui est perçu comme étant menaçant à la sécurité ou au confort de nos passagers, il est nécessaire d’agir dans l’intérêt de la majorité des passagers, et cela peut inclure le débarquement d’un passager dans certains cas ».

, a ajouté le porte-parole du transporteur.

Vous souvenez-vous de Pierre Richard dans « La chèvre » qui ne veut pas rater son avion ? Ne faites jamais comme lui !

Photos: TineyHo, Roby Ferrari, oxox, Remy Sharp / Flickr CC.

Avec Liligo trouvez le meilleur vol pour votre prochain voyage !


2 réponses à “Les alertes à la bombe les plus grotesques

  1. Bonjour
    Pour info concernant les transporteurs aériens.
    La réglementation européenne prévoit que les compagnies aériennes doivent indemniser les passagers qui subissent une annulation ou un retard de plus de 3 h : de 250 à 600 euros par passager en fonction de la distance du vol.
    Les passagers y ont droit même si la compagnie finit par les ré-acheminer à destination sur un autre vol.
    En plus de cela les frais annexes doivent eux aussi être remboursés par la compagnie.
    Pour plus d’info, vous pouvez aller sur le site de skymediator.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

footer logo
Rédigé avec pour vous