L'aéroport d'Istanbul
| L'actualité du voyage Par

Le nouvel aéroport d’Istanbul sera CO-LOS-SAL ! 

Istanbul est en train de construire ce qui sera le plus grand aéroport de la planète, avec celui de Jebel Ali, à Dubaï. La tentaculaire mégalopole turque compte ainsi tirer profit au maximum de sa position de carrefour entre l’Orient et l’Occident et donner un sérieux coup de pouce au développement de Turkish Airlines.

60 millions de passagers transitent chaque année par les deux aéroports de la ville d’Istanbul  : Sabiha Gökçen, mais surtout l’aéroport Atatürk. La croissance du trafic en Turquie est telle que les capacités aéroportuaires arrivent à saturation.

 « Les deux aéroports ne peuvent pas soutenir les perspectives à long terme de la croissance de la demande » ,

explique un expert dans le journal « latribune.fr ».

Situé au nord-ouest de la ville, donc dans sa partie occidentale, l’aéroport deviendra un point de connexion majeur pour les flux aériens entre l’Europe, l’Asie et même l’Afrique de l’Est.

 « Cet aéroport sera un point de passage entre l’Occident et l’Orient, entre l’Orient et l’Occident, entre l’Afrique et l’Europe » ,

a estimé le ministre turc des Transports, Binali Yildirim.

Le projet en chiffres

  • 6 :  le nombre de pistes de décollage et d’atterrissage, contre seulement 2 pour l’aéroport de Londres Heathrow, à ce jour le plus grand aéroport d’Europe.
  • 90 millions :  le nombre de passagers annuels que pourra accueillir l’aéroport dès son ouverture. 
  • 150 millions :  le nombre de passagers annuels que pourra accueillir l’aéroport à l’horizon 2020-2025.
  • 80 millions :  la superficie du projet en mètres carrés.
  • 7 milliards :  le coût du projet.

Turkish Airlines, la compagnie qui décolle

Nul doute que dans un futur très proche, la compagnie aérienne Turkish Airlines comptera parmi les acteurs majeurs du transport aérien, aux côtés d’autres compagnies du Golfe arabo-persique telles que Emirates et Qatar Airways. « Latribune.fr » rappelle que la compagnie transport près de 40 millions de passagers par an, faisant jeu égal avec Air France, et compte doubler sa flotte comptant aujourd’hui 200 appareils d’ici à 2020. Le nouveau hub en création devrait lui donner un sérieux coup de pouce pour réaliser ces desseins.

Avez-vous déjà visité Istanbul ? Relisez notre article Istanbul pour les fêtards.

Crédits photos : Itbaspotter KavakkoruItbaspotter Kavakkoru / Flickr cc.

4 réactions

  • Hasan Répondre

    En tant qu’utilisateur très régulier d’Istanbul Atatürk, je peux confirmer que l’aéroport n’arrive plus du tout à répondre à la demande… C’est un fait incontestable ! le nombre de vols est tel que les avions doivent attendre, comme des canards, les uns derrière les autres pour décoller… Ce nouvel aéroport est plus qu’une nécessité ! 

  • Corentin Répondre

    Bonjour et merci pour votre réaction, quoique qu’un peu trop véhémente pour un article qui n’a d’autre ambition que de relayer une information, et l’étonnement suscité devant la démesure du projet.

    Pour ce qui est de NDDL : nous avons fait de notre mieux pour poser – modestement, mais sans biais – les enjeux du débat (hautement légitime), ce qui est, vous en conviendrez, assez délicat étant donné la tournure symbolique qu’il a pris.

    http : //www.liligo.fr/blog-voyage/news/2012/11/26/notre-dame-des-landes-pour-comprendre-la-controverse-13103/

    cordialement.

  • antoine Répondre

    Y en a vraiment assez de ce genre d’article au ton triomphateur, qui ne prend aucun recul.
    La révolution de GEZI Park à Istanbul en juin dernier a été provoquée par ce genre de projet d’urbanisation colossal, qui détruira 80 millions d’hectares de forêts au nord d’Istanbul.
    C’est comme pour l’aéroport de Nantes : ce sont des gros contrats de TP juteux mais y en a pas besoin, les deux aéroports existants sont très loin de la saturation. C’est un usager régulier des deux qui le dit. Il faudrait juste qu’ils mettent plus de douaniers aux guichets et tout irait plus vite.
    A bon entendeur…

    • beko Répondre

      en tant qu usager regulier je peut vous dire que l aeroport d Ataturk est bien a saturation…mettre 100 douaniers n y changeras rien le probleme c est qu il n y a pas assez de pistes et de place pour les avions dernierement j y ai attendu plus de 45 min apres avoir pris place dans l avion pour décoller et c la meme pour l atterrissage …ce nouvel aéroport qui se situera en dehors de la vieille istanbul est une nécessité ….