Le Magazine du Voyageur icon
Le Magazine du Voyageur
  •   1 min. de lecture

Le lion Cecil, icône du parc national Hwange au Zimbabwe, célèbre mondialement à titre posthume, a été sauvagement abattu par un chasseur qui s’est révélé être un dentiste américain qui avait payé 50 000 euros le « droit » de braconner l’animal. Relayée abondamment sur les réseaux sociaux, l’affaire a viré au scandale international.

Étrange émoi. Car jamais depuis la dernière extinction de masse il y a 66 millions d’années – celle qui avait entraîné la disparition des dinosaures – autant d’espèces n’avaient disparues de la surface de la Terre. Selon une étude publiée au mois de juin par des chercheurs de Stanford, Princeton et Berkeley, nous entrons «sans aucun doute notable» dans la sixième grande extinction de masse.

L’Union internationale pour la conservation de la nature estime qu’environ 41 % des espèces d’amphibiens et 26 % des espèces de mammifères sont menacées d’extinction rapide.

« Il y a des exemples d’espèces sur toute la planète qui sont littéralement des morts-vivants », estime par exemple l’un des auteurs de l’étude, Paul Ehrlich, professeur de biologie à Stanford.

La triste nouvelle de la disparition de Cecil était donc pour nous l’occasion de rappeler ces faits. Mais aussi l’occasion de souligner une évolution beaucoup plus positive et réjouissante : l’essor du slow safari en Afrique. Pas de véhicules tout-terrain, pas de rangers qui se laissent graisser la patte, pas de fusils ni d’armes d’aucune sorte. Tout se fait à pied et au rythme des animaux. Ça, c’est de l’aventure.

Nous recommandons aussi de consulter la liste des destinations éthiques avant de partir en voyage.

Donnez-nous votre avis !

Scandale international après la mort du lion Cecil by lemondefr


Avec Liligo trouvez le meilleur vol pour votre prochain voyage !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

footer logo
Rédigé avec pour vous