Le Magazine du Voyageur icon
Le Magazine du Voyageur
  •   3 min. de lecture

Rien ne va plus au pays du Soleil Levant. Alors que la population japonaise a enfin trouvé un moyen d’échapper au stress quotidien de la vie tokyoïte, le gouvernement se prépare à adopter une loi protégeant les droits des animaux qui pourrait remettre en cause les « cafés à chats » qui font des émules depuis 5 ans.

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un café à chats ? Ce n’est pas évident. Il s’agit d’établissements – des bars ou des cafés – proposant à leurs clients de se détendre en caressant un félin. On les appelle les « Neko Cafe ».

L’ambiance y est zen, les félins se promenant à leur guise de client en client. Tout est fait pour qu’ils – les chats – s’y sentent bien : paniers, jeux, nourriture… Les règles à suivre sont strictes pour respecter la tranquillité de ces bars : on se déchausse à l’entrée, on se lave les mains et tout ce qui pourrait perturber la tranquillité des animaux est proscrit (parler fort, faire des gestes brusques, etc.).

Le phénomène de ces Neko Cafes connait une véritable explosion depuis que les premiers ont ouverts, il y a 5 ans. Ce sont particulièrement les employés de bureau qui les fréquente à la sortie du travail, mais aussi les jeunes.

Vol Tokyo

Un phénomène de société

Il faut dire qu’on ne plaisante pas avec les chats au Japon. Ils y sont vénérés car censés porter chance à leur maître et éloigner les mauvais esprits. Nous en voulons pour preuve le temple boudhiste « Gotokuji », le temple du chat qui célèbre la légende du chat « Tama », symbole de prospérité.

On le sait, au Japon sans doute plus qu’ailleurs, le stress est un mal de société. Or, il se trouve que les animaux de compagnie, particulièrement les chats, sont un facteur de relaxation et permettent de lutter contre les effets néfastes du stress : hypertension, dépression, mal de dos, etc. Si si, c’est avéré scientifiquement.

Mais il se trouve aussi qu’il est très difficile de posséder et d’entretenir son propre animal de compagnie chez soi dans les petits appartements de la capitale japonaise, les propriétaires s’y opposant le plus souvent.

La fin des Neko Cafés ?

Les amateurs de ce type de détente ont appris la nouvelle avec consternation : le gouvernement japonais s’apprêterait à imposer la fermeture de ces établissements après 20h, pour ménager le stress subi par ces matous.

« Dans ces cafés, il y a énormément de passage. Du matin au soir, les chats se font caresser par des inconnus. Pour les animaux, c’est une source de stress énorme. »,

confirme à l’AFP une vétérinaire, membre de l’association japonaise du bien-être animal.

En grande habituée des Neko cafés, Ayako Kanzaki, une jeune femme de 22 ans, ne voit pas les choses sous le même angle :

« Pendant la journée, les chats sont souvent endormis, ou complètement amorphes. Il n’y a pas d’interaction. C’est pour ça que je viens le soir. »

Affaire à suivre…

Photos : dat ‘, melanie_ko, oladybug0 / Flickr cc.

Avec Liligo trouvez le meilleur vol pour votre prochain voyage !


Réponse à “Japon : il faut sauver les « cafés à chats » !

  1. C’est vrai que ça doit perturber les chats d’être caressé comme ça toute la journée. En même temps je ne peux pas avoir non plus d’animaux chez moi (appart trop petit) et je dois dire que j’aimerais vraiment bien aller dans un de ces cafés de temps en temps !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

footer logo
Rédigé avec pour vous