Le Magazine du Voyageur icon
Le Magazine du Voyageur
  •   4 min. de lecture

Plus de deux millions de Français vivent à l’étranger et beaucoup d’autres envisagent de s’expatrier – au moins temporairement – pour trouver un travail, découvrir un pays, s’immerger dans une nouvelle culture… Quels sont les avantages, quelles sont les difficultés ? Voici l’aventure new-yorkaise d’une famille française arrivée en 2007 à NYC.

Le blog Romain in New-York a récemment attiré notre attention. Il présente de manière simple et sincère la vie d’une famille d’expatriés Français dans The Big Apple. On y découvre les affres de l’adaptation, les heureuses découvertes et les aventures du quotidien de Romain et de sa famille. Nous avons contacté Séverine, sa maman, pour en savoir un peu plus. Qui sait, après cette lecture, vous vous jetterez peut-être sur un vol New York, pour tenter l’aventure ?

Pouvez-vous vous présenter aux lecteurs du blog du voyageur ?

J’ai débarquée il y a 6 ans à New York avec 6 valises, mon mari et notre petit garçon de 2 ans et demi, a l’époque. La famille s’est agrandie 3 ans plus tard avec un petit américain (un petit franco-américain pour être exact).

Dans quelles circonstances êtes-vous arrivés à New York ?

Mon mari, à l’époque consultant, a eu une proposition d’emploi par son client à NYC où il était en mission depuis quelques mois et où il se rendait toutes les 2 semaines. On a sauté sur l’occasion pour se lancer dans l’aventure de vivre à l’étranger (la seconde pour moi car j’avais déjà passé près d’un an en Allemagne). Nous ne sommes pas des expat’ avec le « package » appart’-école-retraite-avion, nous sommes en contrat local. Notre visa me permet de travailler ici, la condition pour que l’expérience soit viable.

Dans un ancien train a Times Square pour le 100eme anniversaire de la gare de Grand Central.

Qu’est-ce qui vous a le plus marqué à votre arrivée ? Avec votre expérience américaine, pouvez-vous tordre le cou à des clichés sur NYC et les USA ?

Cela fait 6 ans déjà … On oublie beaucoup de choses. Ce qui marque le plus c’est la gentillesse des gens, ils engagent la discussion très facilement et on se sent en sécurité à NYC beaucoup plus qu’à Paris. La ville ne s’arrête jamais, le métro marche jour et nuit et il y a toujours de l’animation.

L’acclimatation a-t-elle été facile ? Comment Romain s’est-il adapté à ce changement de vie si jeune ?

Les premiers mois sont difficiles, il faut trouver un logement, une école, un boulot. On recommence tout a zéro car ici pour trouver un logement il faut avoir un « credit history », un historique de crédit qui prouve qu’on paye bien nos dettes (les Américains vivent à crédit, c’est bien connu), mais on n’en a évidemment pas en arrivant.

L’acclimatation pour les enfants est plutôt facile quand ils sont jeunes. Les premiers jours de crèche furent difficiles car Romain ne parlait pas un mot d’anglais, il était propre alors qu’ici les enfants le sont souvent un an plus tard et il n’était pas habitué à la nourriture de la cantine (« finger foods »). Mais en quelques mois, il avait acquis la langue et aujourd’hui on ne peut pas se rendre compte en l’entendant parler qu’il est Français. Pour nous, la maîtrise parfaite de la langue est plus longue comme celle de la culture. On a beaucoup d’amis Français ou internationaux mais des Américains pure souche, très peu.

Qu’est-ce qui vous a motivé à entretenir un blog ?

Au début, c’était pour la famille. Ensuite, les lecteurs ont grossi et nous avons aussi créé l’apéroblog NYC qui encourage à faire vivre le blog. Mais au bout de 6 ans on s’essouffle un peu et on manque de temps.

Romain le pompier new yorkais (FDNY) sur un toit de Harlem, avec vue sur la skyline.

Quels conseils donneriez-vous à des visiteurs d’un week-end à NYC ? Vous qui connaissez bien la ville, avez-vous des infos que l’on ne trouve pas dans les guides, des secrets, à partager avec des voyageurs motivés par un voyage à NYC ?

J’ai écris pour les guides GlobeKid dédiés aux familles dans lesquels on retrouve beaucoup de conseils. Il est consultable gratuitement (aussi téléchargeable et imprimable pour quelques euros). Profitez des musées pendant les périodes gratuites, équipez-vous de bonnes chaussures car à NYC on marche beaucoup, allez faire un tour en voilier (et pas en bateau classique de touristes Circle Line), allez prendre un verre sur un rooftop (le fameux 230 Fifth, par exemple), mettez les pieds a Brooklyn …

Comment convaincriez-vous une personne de sauter le pas de l’expatriation aux USA ?

Il fait chaud et beau plus de 6 mois de l’année, on est au bord de la mer et la ville est pleine de parcs, les horaires sont plus cools généralement qu’a Paris (pas dans tous les secteurs) et les gens ne font pas la tête et ne sont pas agressifs comme dans le métro parisien. Mais attention il ne faut pas se lancer dans l’aventure n’importe comment. Il vous faudra décrocher un visa et la vie new-yorkaise est chère (surtout si vous avez des enfants).

Vue sur Central Park depuis le rooftop de notre 2eme appartement, au 44eme étage

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

footer logo
Rédigé avec pour vous