Le Magazine du Voyageur icon
Le Magazine du Voyageur
  •   2 min. de lecture

Le film documentaire « Gringo Trails » sorti au mois de novembre en Amérique du Nord dénonce les effets dévastateurs du tourisme de masse dans des pays en développement.

Dans certaines régions du monde, le tourisme est devenu hors de contrôle, causant des dommages irréversibles à l’environnement mais aussi aux cultures autochtones. C’est le sombre tableau dépeint par la réalisatrice du documentaire, Pegi Vail.

Cette anthropologue se définit elle-même comme une accroc au voyage, avide d’expériences et de rencontres culturelles : elle a visité plus de 75 pays et projette de partir découvrir prochainement la Mongolie. Elle a emmené ses caméras aux quatre coins du monde pendant 10 ans pour réaliser son film, en Bolivie, en Thaïlande…

Le film est plus émouvant et instructif que moralisateur :

« Si vous aimez voyager et que vous voulez le faire de façon responsable, regardez ce film merveilleusement drôle et nuancé qui montre à la fois les joies et les horreurs du voyage, et vous donne un passeport pour des solutions possibles » – Pamela Yates, réalisatrice de documentaires.

Aucune sortie française n’est prévue à ce jour, mais s’il reçoit un bon accueil lors de sa tournée des festivals, peut-être franchira-t-il l’Atlantique.

« Ça ne coûte rien d’en apprendre sur sa destination »

CNN a interrogé la réalisatrice Pegi Vail sur la façon dont elle voit le tourisme aujourd’hui et comment voyager de façon plus responsable.Voici de courts extraits de son interview publiée au début de l’année sur le site de CNN.

CNN : Vous avez commencé à faire ce documentaire en 1999. Qu’est-ce qui vous a le plus frappé ?

Pegi Vail : Le peu de voyageurs qui ont conscience de leur impact et le peu de voix qui s’élèvent dans les zones touchées par le tourisme. Les voyageurs viennent pour la plupart de la classe moyenne des pays industrialisés et vont dans les régions les plus pauvres des pays qu’ils visitent, à la recherche de l’idée qu’ils se font de l’« authenticité ».

CNN : Y-a-t-il une bonne ou une mauvaise façon de voyager ?

PV : Si vous allez juste à Koh Pha Ngan pour la full moon party pour la cocher sur votre liste de destinations, c’est une mauvaise raison. Autant rester faire la fête chez soi, car seul le décor change. Et, oui, vous apportez peut-être de l’argent dans une ville quand vous voyagez, mais la relation avec la population locale doit être gérée – elle doit être partie prenante.

CNN : Quels sont vos conseils pour voyager de façon responsable ?

PV : Quel que soit votre budget, ça ne coûte rien d’en apprendre sur sa destination, pour en savoir plus sur l’environnement et la culture locale. On peut lire des écrivains locaux qui ont écrit sur leur propre culture, ou au minimum la partie « histoire » de son guide de voyage. Il faut aussi se renseigner sur ce que l’on peut ou ne peut pas faire. Si l’on vous dit : « Ne va pas nu sur la plage », il ne faut pas aller nu sur la plage !

Vous voulez en savoir plus ? Rendez-vous sur le site officiel du documentaire et sa page Facebook.


Avec Liligo trouvez le meilleur vol pour votre prochain voyage !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

footer logo
Rédigé avec pour vous