Le Magazine du Voyageur icon
Le Magazine du Voyageur
  •   2 min. de lecture

On le sait, le secteur aérien est un gros pollueur. Des quotas d’émissions de carbone (CO2), déjà imposés à d’autres secteurs de l’économie, sont entrés en vigueur pour les compagnies aériennes ce 1er janvier. Explications.

Depuis le 1er janvier, toute compagnie aérienne – qu’elle soit européenne ou non – survolant le territoire de l’Union, est soumise à une taxation de ses émissions de gaz à effet de serre. Les transporteurs aériens devront donc s’acquitter de l’équivalent de 15% de leurs émissions. Si elles contreviennent à cela, la loi européenne prévoit des amendes de 100 euros par tonne de CO2 et une interdiction de vol dans l’UE.

La taxe carbone, comment ça marche ?

Glissons-nous quelques instants dans la peau de Michel Chevalet pour tenter d’expliquer aussi clairement que possible la taxe carbone, « Comment ça marche ? ».

Chaque État de l’Union doit comptabiliser les émissions de carbone totales en prenant en compte les vols au départ et à l’arrivée des aéroports situés sur son territoire. En France, cette tâche reviendra au ministère de l’écologie.

Des quotas basés sur ces résultats sont ensuite attribués à chacun de ces pays. La « taille » de la compagnie est tout de même prise en compte car, comme le précise le site 20minutes.fr, des quotas gratuits sont attribués à hauteur de 97% des émissions « historiques » des compagnies aériennes.

Si une compagnie dépasse ses quotas, elle peut racheter les « droits de pollution » d’une compagnie qui n’ pas atteint les siens, ou les acheter parmi les 15% de quotas mis aux enchères sur ce grand marché du carbone.

Les USA se fâchent tout rouge

La taxe carbone n’est pas la panacée. Elle subit des critiques au sein même de l’Union européenne, jugée « injuste » et « inefficace » et même parfois qualifiée d' »escroquerie ». Le moins que l’on puisse dire, c’est que cette nouvelle réglementation ne fait pas que des heureux. Les compagnies non-européennes – Chine, Russie et Inde – ont tout tenté pour bloquer sa mise en place et menacent de représailles économiques. Plus grave : les États-Unis ont contre-attaqué avec une loi pénalisant toute compagnie US qui se plierait à la loi européenne !

La législation est entrée en vigueur, mais il faudra attendre 2013 pour qu’elle s’applique réellement. Espérons qu’elle porte ses fruits, mais rien n’est moins sûr…

Êtes-vous favorables à cette nouvelle taxe et pensez-vous qu’il faille pousser plus loin les mesures en faveur de l’environnement ?

Photo : pfala, studebaker2008 / Flickr cc.

Avec Liligo trouvez le meilleur vol pour votre prochain voyage !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

footer logo
Rédigé avec pour vous