Le Magazine du Voyageur icon
Le Magazine du Voyageur
  •   2 min. de lecture

Pas de panique. La célèbre plateforme internet qui permet aux voyageurs de trouver un canapé pour la nuit est toujours en ligne. Mais l’esprit du couchsurfing, est-il encore vivant, lui ? La dernière version de son site récemment dévoilée est loin, très loin, de satisfaire les couchsurfers de la première heure. Ils lui reprochent avant tout une orientation plus commerciale et l’abandon de fonctionnalités qui limitaient les risques de mauvaises rencontres. Qui aime bien, châtie bien.

L’idée de Coushsurfing – fondé en 2003 – est tout simplement géniale. Le réseau met en relation les voyageurs avec des personnes qui leur offre l’hospitalité pour une ou plusieurs nuits, gratuitement. C’est parfait pour les voyageurs aux moyens modestes, mais aussi pour ceux qui conçoivent le voyage comme un moyen de rencontrer les habitants des pays visités. Un bout de canapé dans le salon, un modeste repas, mais une soirée conviviale. Voilà en gros le concept couchsurfing qui a rapidement séduit et attiré toute une communauté mondiale.

Une philosophie explicitée comme ceci sur son site :

« Rapprocher les personnes et les lieux dans le monde, créer des échanges de savoir, élever la conscience collective, diffuser la tolérance et faciliter la compréhension interculturelle ».

Mais la popularité croissante du service a eu des effets secondaires. Forcément. En 2011, le site qui était jusque-là financé par les dons de ses membres a abandonné son statut non-lucratif, s’attirant les premières critiques de la communauté. On dénonçait alors l’enrichissement personnel des cofondateurs, mais surtout le manque de transparence de la nouvelle politique de confidentialité. Une dérive proche de celle qui est reprochée aujourd’hui à Facebook.

Couchsurfing.org est mort, vive Couchsurfing.com ?

couchsurfing2

La nouvelle interface du site lancée à la fin du mois de novembre semble entériner cette évolution vers du plus « commercial ». De nombreuses fonctionnalités ont été supprimées, notamment celles qui permettaient de limiter les risques de mauvaise rencontre.

  • Suppression du dernier emplacement de connexion, pourtant important pour savoir si la personne est vraiment là où elle prétend se trouver
  • Suppression du système de vouchers que s’échangeaient les surfers fiables et leurs hôtes (comme un club exclusif, attestant du sérieux de ses membres)
  • Suppression de la recherche par expériences passées
  • Vous ne pouvez plus voir les contacts de vos amis
  • L’appartenance à un groupe est masquée dans les profils, alors que c‘était bien pratique pour identifier d’autres membres avec des centres d’intérêts communs

Pour la sécurité, il faut passer à la caisse. Vous voulez être validé par la communauté ? C’est 25 $ !

C’est moins important, mais quand même : les vétérans du site déplorent aussi les nouvelles pages de profil, moins customisables, plus uniformes.

Face à ces critiques, Couchsurfing a choisi pour le moment de faire la sourde oreille.

Vous êtes un couchsurfeur ? Que pensez-vous de la nouvelle plate-forme ?


Avec Liligo trouvez le meilleur vol pour votre prochain voyage !


2 réponses à “Couchsurfing est-il mort ?

  1. Chaque changement apporte son lot due mécontents. L’évolution de du site n’échappe pas a la règle.
    Néanmoins il remplit encore mieux sa fonction en supprimant certaines fonctionnalités qui donnaient une fausse impression de sécurité car facilement contournables (localisation, vouch…) quand a l’appartenance a des groupes, il suffit d’indiquer les liens dans son profil pour qu’ils soient visibles. Mais objectivement, les rares groupes actifs sont ceux des émergencies a destination des voyageurs non prévoyants qui s’y prennent a la dernière minute.
    Le vrai sujet est le modèle économique viable qui permette le financement de ce service a destination des jeunes et moins jeunes (je viens d’héberger un couple de 50 ans).
    Ce service a un énorme potentiel et est tout a fait adapté a qui sait s’en servir dans l’esprit initial qui celui du partage et de nouvelles expériences (bonnes ou mauvaises) dans ce monde consumeriste. 😉

  2. Pour ma part, je trouve l’idée même du couchsurfing parfaite pour les jeunes et préfère qu’il y ai plus de sécurité, en tant que fille! Certaines plateformes, dans le même esprit, ont trouvé un angle d’attaque aussi très intéressant. J’ai testé dernièrement le Nightswapping, et j’ai adoré. Je suis plus proche de cette manière de voyager, plus confortable, plus secure et très bien pensée… Oups j’ai sans doute un peu vieillit:-)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

footer logo
Rédigé avec pour vous