Accueil Brésil
| Blogueurs | Nos invités Par

Brésil 2014 :  « Les Français seront très bien accueillis » 

Installée à Sao Paulo depuis 4 ans, Amélie est responsable des éditions Brésil pour le média des Français de l’étranger lepetitjournal.com. Elle nous livre son regard sur les préparatifs de la Coupe du Monde et quelques bons plans pour profiter au mieux d’un séjour au pays du football.

Bonjour Amélie. Peux-tu nous raconter comment la communauté française installée au Brésil a-t-elle vécu la qualification des Bleus ? 

Les gens étaient très heureux car beaucoup d’entre eux sont venus au Brésil en perspective de la Coupe du Monde et des JO. Tout le monde aurait été triste si la France n’avait pas été présente au rendez-vous.
Il y a beaucoup d’arrivées de Français depuis quelques mois. Les gens ne viennent bien sûr pas uniquement pour voir les matches mais aussi pour profiter de la dynamique économique. Les jeunes veulent trouver du travail ou monter des business parce qu’ils savent que le Brésil est très en vue actuellement et la Coupe du Monde y participe. Il y a aussi deux attitudes différentes chez les Français comme chez les Brésiliens. Certains veulent absolument être là tandis que d’autres veulent quitter le pays pendant 5 semaines car ils craignent le chaos.

Justement, selon toi, le pays est-il prêt pour accueillir un tel événement ? 

Absolument pas. Les stades ne sont pas finis, il n’y a pas assez de chambres d’hôtels, les transports en commun pour se rendre au stade sont catastrophiques et la circulation dans toutes les villes qui vont accueillir des matches risque d’être un enfer. Non, il faut être honnête, le Brésil n’est pas prêt.

Mais il faut aussi savoir que même si plein de choses ne sont pas finies à temps, les Brésiliens sont habitués à ce mode de fonctionnement. Même si tout sera un peu fait à la dernière minute, ils trouveront une façon de s’en sortir. Ils feront tout ce qu’il faut pour que les stades soient prêts et que la fête soit belle.

Itaipava Arena, le stade de Salvador où les Bleus disputeront une rencontre
Itaipava Arena, le stade de Salvador où les Bleus disputeront une rencontre

Les stades seront-ils pleins ? 

Le gouvernement brésilien a vraiment essayé de contrôler les prix. Cela a donné lieu à un véritable bras de fer avec la FIFA mais les tarifs sont restés raisonnables pour les locaux. Le Brésil voulait une Coupe du Monde pas trop chère avec des stades pleins et accessibles aux Brésiliens. Beaucoup de matches affichent déjà complets.

En fait, toute une catégorie de billets, les moins chers, étaient réservés aux Brésiliens et aux résidents au Brésil. Le gouvernement s’est également battu pour garder sa politique du demi-tarif pour les étudiants et les personnes de plus de 60 ans ainsi que pour celles qui bénéficient de l’aide des services sociaux.

A quel accueil les supporteurs français peuvent-ils s’attendre de la part des Brésiliens ? 

Ils seront toujours très bien accueillis. Les Brésiliens aiment beaucoup les Français et ont du respect par rapport à l’équipe de France de football. Nous sommes un peu leur bête noire. C’était d’ailleurs assez amusant avant le match retour face à l’Ukraine car, alors que les journaux français étaient assez pessimistes, c’était les Brésiliens qui disaient « oh ce serait vraiment dommage que la France ne se qualifie pas, tellement triste. Il faut que la France soit là, on ne peut pas avoir une Coupe du Monde sans eux ». Ils aiment notre équipe. Si les Brésiliens sont très chauvins dans le monde du foot, ils sont globalement toujours chaleureux et ravis de rencontrer des nouvelles têtes.

Supporteurs brésiliens

Quels sont les principaux conseils à donner aux touristes qui veulent se rendre au Brésil pour profiter de la Coupe du Monde ? 

Il faut absolument réserver le plus vite possible ses billets d’avions et ses nuits d’hôtel. Il faut aussi trouver des hôtels dans le centre-ville car sinon on se retrouve vite dans des quartiers peu fréquentables. Côté sécurité, il faut aussi prendre quelques précautions : éviter de traîner dans les mauvais coins des villes, ne pas porter de montre, être le plus discret possible. Des choses assez basiques qui peuvent aider. Je recommande aussi aux touristes d’apprendre quelques mots de portugais dans l’avion. Les Brésiliens discutent très facilement et ils apprécieront ce petit effort. Ce sera un bon moyen de faciliter la communication.

Le Brésil est un pays immense. Quel mode de transport recommandes-tu pour se déplacer de ville en ville ? 

Tout dépend vraiment des distances entre les villes. Les bus peuvent être une bonne solution entre Sao Paulo et Rio ou Belo Horizonte par exemple. Mais pour les trop grandes distances, il vaut mieux prendre l’avion. En s’y prenant suffisamment en avance, il est habituellement possible de trouver des billets moins chers.

La conduite est également difficile ici avec des routes pas toujours en très bon état et des mauvaises indications. La location de voiture est donc risquée. Pour venir jusqu’au Brésil, il est bon de savoir qu’à partir du mois de mars, la compagnie Air France va ouvrir une ligne entre Paris et Brasilia. Il y a aussi des vols intéressants avec Singapour Airlines en passant par Barcelone ainsi que via Casablanca avec Royal Air Maroc.

Si certains supporteurs n’ont pas la chance d’aller au stade, comment leur conseillerais-tu de vivre les matches au Brésil ? 

Le pays va s’arrêter de vivre pendant la compétition. Les vacances scolaires des enfants ont même été avancées pour qu’ils soient libres dès le début de la Coupe du Monde. Tout le monde va être dans la rue ou dans les bars. Il y aura des écrans géants partout. Pour les supporteurs des Bleus, il faut aussi savoir qu’il y a pas mal de bars ou restaurants français à Sao Paulo et Rio. D’autres ont également ouvert à Belo Horizonte, Brasilia et Salvador.

Praia Do Forte au nord de Salvador
Praia Do Forte au nord de Salvador

Que peux-tu nous dire sur Porto Alegre, Salvador et Rio, les trois villes où joueront les Bleus en phase de poules ?  

Même si sur un plan touristique, il n’y a pas des milliers de choses à y faire, Porto Alegre est une ville très agréable. Il ne faut pas manquer d’aller manger une bonne viande rouge, spécialité de la région du sud du Brésil. Le Vermelho Grill est une bonne adresse.

A Salvador, le centre historique, qui s’appelle le Pelourinho est magnifique ! En revanche, attention à la sécurité…Il est indispensable de manger une moqueca, la spécialité de la région à base de poisson ou de crevette et de lait de coco. Il est également possible de louer une voiture et de monter sur la côte Nord, vers Praia do Forte, ou de prendre un bateau et d’aller sur les îles de Morro de Sao Paulo ou Boipeba

Et enfin Rio ! Totalement mythique évidemment…Se promener le long de Copacabana et Ipanema, monter au Pao de Açucar, au Corcovado, etc.

Comment toi, personnellement, vivras-tu cette Coupe du Monde ? 

J’ai été très heureuse d’avoir des billets pour 4 matches. Il était hors de question de ne pas en profiter au stade ou dans la rue devant les écrans géants. C’est mythique une Coupe du Monde au pays du football, il ne fallait pas rater ça ! 

La vue depuis le Pain de Sucre à Rio
La vue depuis le Pain de Sucre à Rio
Photos : Amélie Perraud-Boulard, ME/ Portal da Copa/ Março de 2013, Sophie / Flickr cc

2 réactions