Le Magazine du Voyageur icon
Le Magazine du Voyageur
  •   1 min. de lecture

Selon l’IATA, 15 000 incidents graves liés à l’alcool ont eu lieu depuis 2007 à bord des avions. Un nombre en augmentation qui pourrait pousser les compagnies aériennes à supprimer l’alcool à bord.

Nous vous avions parlé au mois de septembre dernier de ces fêtards écossais un peu trop éméchés qui avaient obligé un vol de la compagnie Ryanair à se poser à l’aéroport de Beauvais… au lieu de Ibiza ! Depuis 6 ans, les problèmes liés à l’alcool et les incivilités se multiplient à bord des avions et l’Association Internationale du Transport Aérien (IATA) est décidée à y mettre un terme.

Aeroflot et Aer Lingus en pionnières

« Notre association compte bien se saisir de la Conférence de Montréal, en mars prochain, pour obtenir un accord général élargissant les droits des pilotes et de l’équipage envers ces fauteurs de troubles », a expliqué le directeur adjoint de l’IATA, Tim Colehan. Comment ? Tout simplement en supprimant totalement la consommation d’alcool à bord – comme l’ont déjà fait Aeroflot ou Aer Lingus sur certaines lignes « à risques » (Ibiza – Dublin) – ou en interdisant la consommation des bouteilles d’alcool achetées en duty-free avant le départ du vol.

Il faut dire que les problèmes liés aux passagers qui abusent de l’alcool dans les nuages ont un coût. Toujours selon l’IATA, ces derniers représentent une somme qui peut aller de 8 000 euros pour des dégradations matérielles à plus de 160 000 euros pour un atterrissage d’urgence. Sans compter les désagréments causés aux autres passagers et aux membres d’équipages…

Enfin, n’oubliez pas qu’il existe beaucoup d’autres moyens que l’alcool pour lutter contre la peur de l’avion !

Crédit photo : Jason Jones / Flickr cc.

Avec Liligo trouvez le meilleur vol pour votre prochain voyage !


4 réponses à “Bientôt la fin de l’alcool dans les avions ?

  1. Bonjour,
    L’alcool est avant toute chose l’échappatoire de ceux qui ont peur de l’avion et qui pensent pouvoir y trouver une solution. Précisons que l’alcool a un effet désinhibiteur largement détaillé, mais il a aussi une tendance à augmenter la tension artérielle ainsi que le rythme cardiaque… cela rapproche au final les utilisateurs d’une crise de panique !

  2. Encore une fois, plutôt que de taper sur les doigts des fauteurs de troubles on prive tout les voyageurs, à croire que le modèle français de déresponsabilisation s’étend maintenant globalement.
    Si à cause d’un c*nnard on doit détourner un avion ou le restaurer, rien n’empêche la compagnie à ce moment là de lui envoyer la facture ! Un ou deux exemple cinglant devrait calmer les futurs candidats !
    A moins que cette décision soit beaucoup plus subversive…Et politique…
    Cessé de nous priver de nos libertés et commencer à responsabiliser et corriger les gens, serait une bien meilleure démarche !

  3. Vers toujours plus de privation de liberté… De l’entrée dans l’aérogare jusqu’à l’avion, on ne vit que dans les interdits. Ce qui génère des frustrations énormes…

  4. Pour passer 22 heures en vol Paris-Nouméa, Londres-Sydney, etc., et de ne pas être capable de boire un verre serait pénible et mettra certainement fin à mes déplacements long-courrier pour les affaires. Si on veut voyager sans alcool, je prie des passagers à prendre des spécialistes comme la Saudia, par exemple.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

footer logo
Rédigé avec pour vous