Le Magazine du Voyageur icon
Le Magazine du Voyageur
  •   2 min. de lecture

Confrontée à de lourdes pertes depuis plusieurs années, la compagnie aérienne française s’est lancée dans un vaste programme de restructuration de son activité qui passe par la suppression de plusieurs milliers d’emplois. Les premiers résultats positifs se font sentir, affirme le groupe franco-néerlandais Air France-KLM, au moment où il annonce une nouvelle salve de suppression de postes.

« Transform 2015 », c’est un nom de super-héros mais qui laisse un goût amer aux salariés de l’entreprise, car c’est le plan par lequel le groupe Air France-KLM à réduit de 10% les effectifs du groupe, soit 5 600 postes, entre juin 2011 et juin 2013. La compagnie qui n’entend pas s’arrêter là vient d’annoncer la suppression de 2 500 postes d’ici à 2014.

« Mais il n’y aura aucun départ contraint »,

assure la direction d’Air France, qui insiste sur ce point : il s’agit là encore d’un programme de départs volontaires.

Le mal dont souffre Air France est bien connu : la compagnie se fait tailler des croupières par les compagnies low cost sur des lignes court et moyen-courrier où elle régnait autrefois en maître, mais aussi par les compagnies du Golfe (Emirates, Qatar, et Etihad) sur les liaisons long-courrier. La perte a été de 800 millions d’euros l’an dernier (600 millions chez Air France, le reste chez KLM).

Pour reprendre du terrain cédé aux compagnies à bas-coût, Air France entend aussi poursuivre la réorganisation de son activité régionale court et moyen courrier en transférant plus de vols vers sa nouvelle compagnie régionale « HOP ! » et sur Transavia.

Cela semble porter ses fruits : à la fin du mois de juillet, Air France-KLM a annoncé des résultats en amélioration au deuxième trimestre 2013, avec une perte nette divisée par cinq sur un an (163 millions d’euros contre 895 millions). Sur la même période, le groupe franco-néerlandais a dégagé un bénéfice d’exploitation de 79 millions d’euros, contre une perte d’ampleur équivalente un an plus tôt.

Et si tout cela était vain ?

Air France n’est pas la seule compagnie en Europe confrontée à des pertes. Lufthansa et Iberia – pour ne citer que les plus importantes – ont aussi mis en place des mesures radicales pour redresser leurs comptes. Avec un certain succès semble-t-il.

Mais est-ce que cela peut suffire à sauver ces « dinosaures » du transport aérien sur le long terme ? Certains en doutent, à en croire le rapport publié il y a quelques jours par le commissariat général à la stratégie et à la prospective. Un rapport qui n’exclut pas le scénario de la disparition des compagnies traditionnelles et d’une hégémonie totale des « low cost » en Europe.

Avez-vous déjà volé avec HOP! ?

Sources : lemonde.fr, France Infos, Le Figaro
Photos : aero icarus,  / Flickr cc.

Avec Liligo trouvez le meilleur vol pour votre prochain voyage !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

footer logo
Rédigé avec pour vous