Le Magazine du Voyageur icon
Le Magazine du Voyageur
  •   3 min. de lecture

La joyeuse anarchie qui règne sur le canal le plus célèbre du monde contribue incontestablement à l’atmosphère si particulière de la ville « Sérénissime ». Cela pourrait changer après un accident de gondole qui a coûté la vie à un touriste, rapporte l’Agence France-Presse.

Y-a-t-il trop de bateaux sur le « Canal Grande » ? Ceux qui ont eu la chance d’aller passer un week-end à Venise savent fort bien de quoi il s’agit : gondoles et vaporetti qui sillonnent le canal se croisent et s’entrecroisent dans un chaos total, sans aucune règle apparente de circulation, les jours de forte influence, c’est à dire presque tous les jours. Tout cela dans la détente et la bonne humeur, ce qui ne manque pas de ravir les touristes dépaysés.

Un vaporetto, des vaporetti…

Mais il y a quelques jours, un touriste allemand est mort dans une collision entre une gondole et un vaporetto (un petit ferry à moteur). Le maire de la ville a décidé de sévir. Le pittoresque d’accord, mais la sécurité avant toute chose :

« Ce qui s’est passé est sans doute un fait du destin, mais il y a aussi un problème de régulation du trafic toujours plus intense sur le Grand Canal »,

a-t-il considéré en présentant un plan destiné à encadrer le trafic qui propose :

  • l’interdiction de promenades en gondole tôt le matin aux heures de pointe,
  • la réduction du nombre de ferries et de bateaux privés,
  • l’instauration de contrôles sur les gondoliers (les enquêteurs ont découvert que le gondolier impliqué dans l’accident était sous l’influence de haschich et de cocaïne).

3000 embarcations empruntent chaque jour le canal et ce chiffre peut atteindre 4000 les jours de pointe. C’est beaucoup moins que pendant la Renaissance quand les habitants de la ville se déplaçaient au moyen de 10.000 gondoles. Mais à cette époque, il n’y avait pas de bateaux à moteur… Les gondoliers qui constituent un des symboles forts de la ville depuis des siècles protestent contre l’augmentation du nombre de ces bateaux qui, en plus des problèmes de sécurité entraînés, causent des nuisances sonores pour les riverains et des pollutions de l’eau et de l’air, comme le précise l’AFP.

Une chose est certaine, Venise ne serait plus Venise sans ses gondoliers, véritables dépositaires de l’image de la ville et gardiens de son âme. Ils sont aujourd’hui plus de 400 à Venise, en t-shirt rayé, à livrer les secrets du glorieux passé de la Sérénissime à leurs clients.

Vous êtes tentés par le voyage ? On trouve des vols low cost pour Venise au départ de plusieurs villes françaises.

Avez-vous déjà visité Venise ?

Crédits photo : -Jérôme-, dalbera, Spiterman, Alex & le temps qui passe / Flickr cc.

Avec Liligo trouvez le meilleur vol pour votre prochain voyage !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

footer logo
Rédigé avec pour vous