| L'actualité du voyage | Par Corentin

Une grève perturbe (une nouvelle fois) le trafic aérien

La semaine risque d’être agitée dans les aéroports français. Plusieurs syndicats ont débuté une grève contre un projet de loi sur le «  service minimum  » . Le mouvement entraîne déjà de grosses perturbations ce lundi matin.

Il ne faut pas remonter bien loin dans le temps pour trouver la dernière grève qui a créé la pagaille dans les aéroports français, c’était à Noël. Eh bien rebelote ! Dès ce lundi matin et jusqu’à jeudi, il faut s’attendre à des annulations et à des retards de vols, en provenance et à destination des aéroports de l’Hexagone.

Air France – la compagnie la plus touchée – prévoit d’assurer aujourd’hui plus de 80% de ses vols courts et plus de 85% de ses long-courriers. Mais des dizaines de vols ont déjà été annulés : 56 au départ de Charles de Gaulle et 49 au départ d’Orly.

Les aéroports de province ne sont pas épargnés : Toulouse-Blagnac où 25 départs ont été annulés (toutes compagnies confondues), mais aussi les aéroports de Nice, Lyon, Nantes, etc.

Les syndicats protestent contre le projet du gouvernement «  d’encadrer  » le droit de grève dans le secteur aérien, en instaurant un système de service minimum, comme il l’a fait quelques années plus tôt avec la SNCF et la RATP.

« Le mouvement sera très suivi, dire combien c’est toujours très compliqué, mais il y aura du monde qui fera grève »,

, a prévenu dimanche le président du syndicat national des pilotes de ligne.

Les aéroports de Paris communiquent sur l’évolution de la situation sur Twitter, mais conseillent avant-tout aux passagers de consulter directement leur compagnie aérienne pour se tenir informés des éventuels retards et annulations.

Vous devez prendre l’avion cette semaine ? Bonne chance à vous ! 

Photo : brunobord / Flickr cc.

1 réaction

  • sebastien Répondre

    Bonjour
    Pour info concernant les transporteurs aériens.
    La réglementation européenne prévoit que les compagnies aériennes doivent indemniser les passagers qui subissent une annulation ou un retard de plus de 3 h : de 250 à 600 € par passager en fonction de la distance du vol. Les passagers y ont droit même si la compagnie finit par les ré-acheminer à destination sur un autre vol. En plus de cela les frais annexes doivent eux aussi être remboursés par la compagnie.
    Pour plus d’info, vous pouvez aller sur le site de skymediator.