traversée en bus
| Blogueurs | Nos invités Par

Traverser le Canada en bus : les conseils de Cédric

Dans le cadre de la sélection des meilleures destinations de l’année 2017 par le Lonely Planet, liligo consacrera chaque lundi un article dédié à la première destination élue dans les différentes catégories (ville, pays, région et destination la plus abordable). Le Canada ayant été élu meilleure destination dans la catégorie « pays », nous conterons cette semaine le récit de Cédric, blogueur voyage, qui a traversé le Canada en bus. 

Il y a encore quelques années, lorsque les compagnies aériennes low-cost n’étaient pas devenues une référence et que les compagnies de bus à bas prix n’avaient pas encore envahi le marché, traverser un continent entier sans prendre l’avion pouvait s’apparenter à un vrai challenge. Ainsi Cedric, blogueur voyage et ancien PVTiste qui a fondé le blog FromYukon, a décidé, en 2009, de tenter l’aventure du Greyhound et de traverser le Canada d’Est en Ouest, de Montréal (Québec) à Whitehorse (Yukon). Une semaine pour faire près de 6000 kilomètres, une expérience fascinante dont il a tiré quelques conseils qu’il nous livre ici  ! 


Bonjour Cédric, dans quel cadre as-tu effectué ce voyage  ? 

Dans le cadre de mon PVT au Canada. Plutôt que de m’installer au Québec, comme prévu initialement, j’ai décidé – sur un coup de tête – de tenter «  autre chose  » et de profiter de cette année pour partir au Yukon. Seul souci  : y aller. Je ne voulais pas prendre l’avion mais plutôt m’orienter vers une traversée lente. Quoi de mieux donc que le bus  ? 

Quelle compagnie as-tu choisie ? Quel prix  ? Des conseils à donner sur cette étape  ? 

Pour voyager en bus au Canada, le choix est très restreint puisque seul Greyhound propose des traversées allant de Montréal à Whitehorse. Du coup, je n’ai pas eu le choix et j’ai acheté mon billet via cette compagnie. Il faut savoir qu’à l’époque (en 2009), il n’était pas possible d’acheter sur internet avec une carte étrangère. J’ai donc demandé à une amie sur place de s’en occuper en personne. Enfin, comme partout, plus vous vous y prenez tôt, moins vous allez dépenser. J’ai payé environ 110$CA (environ 70 €) pour ce voyage, ce qui n’est quasiment rien  ! 

Quand tu sais que tu vas partir une semaine, comment prépares-tu ce voyage  ? 

Honnêtement, je ne savais pas trop à quoi m’attendre. Je me suis donc contenté, avec ma collègue d’aventure, d’acheter un peu de nourriture (de la compote de pomme et du pain), d’avoir l’appareil photo chargé et un bon livre. Pour le reste, les nombreuses étapes durant la traversée (Ottawa, Wawa, Edmonton…) permettent de pallier les manquements et de se ravitailler en eau, nourriture et divertissement.

Avec le recul et l’expérience, quelles sont les choses à prendre en compte impérativement avant de se lancer dans ce type de traversée  ? 

Je crois que deux choses sont obligatoires  : de la patience et du laissez-aller. Être dans un bus pendant une semaine est certes une ode au slowtravel mais c’est également de profonds moments d’ennui, où rien ne se passe. Il faut donc savoir rester patient et avoir de quoi s’occuper et, surtout, de quoi dormir confortablement sur les sièges des bus  : un petit coussin, une couverture…

Le laissez-aller est également essentiel car, dans un tel périple, les aléas sont obligatoires. Savoir rester poli, ne pas s’énerver, rester calme  : c’est aussi l’apprentissage de la mentalité nord-américaine qui rentre au passage  ! Enfin, il ne faut pas oublier les règles habituelles du voyage en bus  : cacher les objets de valeur, toujours surveiller son sac, vérifier que les bagages soient bien transférés lors des changements, ne pas s’asseoir à côté des toilettes et bien vérifier l’avancée du trajet au fur et à mesure des escales.

Une chose à retenir  ? 

Ce fut une expérience superbe mais longue, longue, longue… Un souvenir d’exception dans tous les sens du terme  ! 

traversee en Bus_Cedric_Canada
Photos :  FromYukon par Cédric.

Laissez un commentaire