Téléphoner dans l’avion, c’est pour bientôt

Voici une nouvelle devrait réjouir les accrocs au téléphone portable. Les spécialistes sont catégoriques, passer des appels à 10.000 mètres d’altitude sera bientôt une banalité. Chez Virgin Atlantic, c’est même déjà possible.

C’est un grand classique des voyages en avion : à peine de retour sur la terre ferme mais encore assis dans leur siège, les passagers ont tous la main sur le portable, prêts à dégainer. Qui pour prévenir ses hôtes de ses 5 minutes d’avance ou de retard, qui pour annoncer l’heureux dénouement de ces quelques heures passées en altitude - «  Je suis bien arrivé  » - mais aussi souvent par simple réflexe. Seulement il y a cette voix de l’hôtesse :  «  Nous vous rappelons que les téléphones mobiles et autres appareils électroniques doivent rester éteint jusqu’à la descente de l’appareil.  »  Eh oui, les interférences…

En fait, saviez-vous que la Commission européenne autorise l’utilisation des téléphones portables dans les avions, et ce depuis déjà plus de 4 ans (depuis le 7 avril 2008, précisément) ? Une avancée permise par l’harmonisation des paramètres techniques permettant de protéger les réseaux radioélectriques au sol.

Comment ça marche ? 

Virgin Atlantic s’est donc associée avec AeroMobile pour lui fournir l’accès téléphonique dans ses appareils. Le système de bande passante sera limité et dans un premier temps, il ne sera donc pas possible de passer plus de quelques coups de fil simultanément dans l’avion. Ce n’est pas forcément une mauvaise chose car il faut rappeler que les frais de roaming internationaux en vigueur s’appliqueront aux utilisateurs, et la facture peut vite devenir salée, jusqu’à l’indigestion. Précision d’importance : les appels au moment des moments critiques que sont le décollage et l’atterrissage resteront interdits.

  • Les passagers seront facturés sur leur facture téléphonique normale
  • Appels interdit au moment du décollage et de l’atterrissage
  • Aucun risque d’interférence avec les systèmes de navigation de l’appareil

Pour commencer, seul un nombre limité d’appareil seront équipés avec cette nouvelle technologie. Ce sont les passagers de la liaison New York-Londres – sur Airbus A330 – qui en auront la primeur, mais Virgin Atlantic a prévenu que 10 autres routes devraient en êtres équipées à leur tour d’ici la fin de cette année.

D’ailleurs, Virgin Atlantic n’est pas la seule compagnie à évoluer dans ce sens puisque Qantas, Emirates et Lufthansa ont d’ores et déjà signé un accord avec AeroMobile. Il y a fort à parier que cela va se généraliser rapidement. Téléphoner dans l’avion, c’est pour demain…. ou presque.

Photos : Global X, Mark Winterbourne / Flickr cc.

1 réaction

  • Loi HADOPI Répondre

    Il y a aussi les opérateurs satellites qui pourraient être utiles dans l’avion, mais ils sont chers. Pour geeker dans l’avion c’est parfait !