| L'actualité du voyage | Par Corentin

Ryanair menace d’ajouter des frais supplémentaires sur les vols vers l’Espagne

Face à l’augmentation des taxes aéroportuaires envisagées par les autorités espagnoles, la low cost irlandaise menace d’ajouter des frais supplémentaires pour ses passagers. Elle se livre à une «  guéguerre  » d’influence pour éviter que la situation espagnole ne fasse tâche d’huile en Europe.

L’austérité qui sévit en Espagne devrait atteindre rapidement le secteur aéroportuaire et donc les passagers des compagnies aériennes en provenance et à destination des aéroports espagnols. Le gouvernement espagnol souhaiterait – c’est encore du conditionnel – augmenter les taxes d’aéroport imposées aux compagnies aériennes. Ryanair a vivement réagit et promis de faire payer la note à ses passagers.

La compagnie a d’ores et déjà envoyé un mail à ses usagers qui dit en substance : si les taxes d’aéroport augmentent pour nous, c’est vous qui paierez ! Tout cela bien évidemment dans le but de mettre la pression sur les autorités espagnoles…et les autres gouvernements qui pourraient être tentés (ou plutôt contraints) de suivre cette voie.

 «  Nous pourrions être contraints de taxer les passagers pour toute augmentation des taxes d’aéroport imposée par un gouvernement. Si une telle taxe est introduite après que votre réservation a été effectuée, vous serez obligés de payer avant le départ  » - Ryanair.

Même les passagers ayant déjà acheté leurs billets en bonne et due forme seront donc contraints de passer une seconde fois à la caisse avant leur vol.

La patron de la compagnie low cost a indiqué dans son style coutumier, c’est à dire relativement peu diplomatique : 

 «  Vous pouvez bien sûr refuser ces frais supplémentaires, annuler votre vol et ne pas voler avec nous, si vous le souhaitez  » .

Tous les aéroports d’Espagne seraient touchés, mais ceux de Madrid et de Barcelone plus particulièrement. Si les taxes doublent comme croit savoir Ryanair, cela pourrait augmenter le prix du billet de manière conséquente, de 5 à 10 euros.

Photo : Flickr cc.

6 réactions

  • isab72 Répondre

    Non non pas d’accord. J’ai un billet d’avion qui a été payée au mois de janvier alors je ne comprends pas !  !  !  !  !  ! 

  • isab72 Répondre

    Voici un texte de loi du Droit français

    En raison du caractère définitif des contrats (mandat, transport) et des règles du droit civil des contrats sur le consentement des parties et le prix (articles 1134 et suivants), la compagnie ne peut remettre en cause unilatéralement et a postériori le prix des services qu’elle a vendus, directement ou via les agences de voyages.

    - La difficulté du cas espagnol réside en ce que la loi de finances votée le 30 juin 2012 applicable dès le 1er juillet, semble rétroactive. Cela est pourtant contraire au droit européen qui exige un délai de 2 mois pour informer les consommateurs d’une hausse de tarif.

    - La compagnie ne peut donc modifier ses prix que pour les billets non encore vendus. Elle devra absorber les taxes pour les billets émis et continuer à gérer les conséquences de cette hausse des taxes avec les autorités espagnoles.

    - Attention aux compagnies qui annuleraient les billets, débiteront automatiquement la carte bancaire utilisée pour l’achat ou encore émettront des ADM pour récupérer les taxes supplémentaires.

  • Scaravelli Répondre

    Que faire si on nous demande de payer alors ?  ? Reçu mail ce jour pour vol le 26 août réservé il y a 2 mois…

  • isab72 Répondre

    Moi j’attends j’ai aussi réservée des vols Paris Madrid et Madrid Gran Canaria donc je dois payée 3 taxes sur 4 billets X par 3 personnes.
    Je pense que les autorités Espagnoles doivent respecter les droits sur l’Europe.
    Départ de Madrid 9.12 x 2 BILLETS x 3 personnes et 1.92 x3 PERSONNES ; 
    Je trouve cela scandaleux d’appliqué une règle après avoir acheté N/billet.

  • isab72 Répondre

    La nouvelle augmentation des taxes d’aéroport espagnoles fait polémique. Elle ne serait pas justifiée et ne peut être si vite appliquée.
    Les associations de défense des agences de voyage, la Gebta et l’Ectaa interpellent la Commission européenne et dénoncent cette mesure qui ne respecte pas la réglementation européenne. Celle-ci exige un délai de deux mois afin d’informer publiquement les passagers des révisions de tarifs.
    Les autorités espagnoles doivent encore confirmer si les passagers ayant fait une réservation avant le 1er juillet mais partant après devront quand même payer un supplément. Thomas-Cook annonce déjà prendre en charge le supplément jusqu’au 10 août pour toutes réservations précedant le 1er juillet. Brussels Airlines et Ryanair ne se sont pas encore prononcé.
    isabelle Le Mans

  • isab72 Répondre

    Eh oui les frais sont ajoutés et réglés. En plus 60 € pour 3 personnes.