| Conseils pratiques | Par Corentin

Conseils pour passer des vacances écologiques

L’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe) a mis en ligne un pense-bête à destination des vacanciers, afin de passer un bel été, mais respectueux de l’environnement.

C’est un fait, le tourisme en général et les grandes vacances d’été en particulier génèrent de fortes contraintes sur l’environnement. Selon l’ONU, le tourisme contribue de 4 à 6% aux émissions de gaz à effet de serre dans le monde, en raison du transport aérien (pour 40%), des transports automobiles (pour 32%) et des hébergements (21%). Il existe des petits gestes simples qui permettent de réduire – un peu – cet impact écologique.

Éteindre les appareils électriques avant de partir

Ordinateur, télévision, lecteur DVD, chaîne Hi-Fi, décodeur, etc., finissent par consommer plus “éteints” qu’allumés ! La solution de l’Ademe, utiliser des multi-prises permettant de tout éteindre facilement. De même, l’agence recommande de vider puis éteindre son frigo et de couper le chauffe-eau.

Quel mode de transport ? 

Le train, la voiture ou l’avion ? Il ont chacun leurs avantages, et leurs inconvénients. L’un est plus rapide, l’autre est plus confortable, le troisième est plus écolo. L’Ademe donne cet exemple : pour un Paris-Genève effectué par deux voyageurs, l’avion est plus cher, plus rapide et le moins écolo, la voiture moins chère mais lente et peu écolo, et le train plus cher que la voiture mais plus rapide, et beaucoup plus léger pour l’environnement.

Pour vous aider à faire votre choix, l’ADEME a mis en place un «  Eco-Comparateur  » . Il compare le temps, le prix et les émissions CO2 enter les offres d’avions et de trains proposées sur le site Voyages-sncf.com à votre voiture personnelle sur les principales destinations en France et en Europe proche.

Rouler moins vite

Pour bien voyager, il faut voyager léger. Cela permet d’économiser du carburant. De même, 10 km/h en moins sur l’autoroute = 5 litres de carburant économisés sur un trajet de 500 kilomètres. Autre astuce pour limiter sa consommation et ainsi limiter ses dépenses et les impacts sur l’environnement : n’utiliser la climatisation qu’en cas de températures extrêmes. La clim’ entraîne en effet une surconsommation de carburant de 10% sur route et de 25% en ville.

Choisir un hébergement éco-labellisé

Le choix de l’hébergement aussi compte. Il convient de privilégier un hébergement peu gourmand en énergie. Pour vous aider à trouver ces hébergements écolos, des labels ont été créés. Deux écolabels sont délivrés en France : la marque «  NF Environnement  » pour le marché français et l’ «  Écolabel européen  » pour le marché de l’Union européenne. De plus en plus d’hôtels, de gîtes, de chambres d’hôtes et de résidences touristiques sont maintenant écolabellisés.

Consommer local

Cela vaut pour les vacances comme pour le reste de l’année : il faut, autant que possible, consommer des produits locaux et de saison plutôt que des produits qui ont voyagé en avion sur des milliers de kilomètres.

Pour en savoir plus, consultez le site de l’Ademe. Bonnes vacances ! 

Photos : ODHD / Flickr cc

3 réactions

  • hotel Répondre

    Et pourquoi pas choisir un hôtel ecologique, comme par exemple : Le Coq-Gadby à Rennes, L’Eco-Hôtel La Grée des Landes, Le Morgane à Chamonix etc. Si ces hôtels luxueux sont souvent inaccessibles pour beaucoup d’entre nous, ils nous invitent tous au rêve.

  • IKINAT Répondre

    Il n’y a pas que les hébergements éco-labellisés ! Beaucoup de petites et moyennes structures (gîtes, chambres d’hôtes, …) n’ont pas de label, et pourtant cela n’empêche pas leur propriétaire d’avoir une démarche écologique et environnementale très forte.

    La preuve sur http : //www.ikinat.com, l’annuaire des locations de vacances écologiques et naturelles ! On trouve des dizaines d’adresses d’hébergements de vacances où l’on pourra manger et respirer sainement, dans des bâtiments qui ne sont pas énergivores et qui ont soit été éco-conçus soit éco-rénovés.

    Bonne visite !