Slide background
Slide background

On the road in my mind

Quand je suis sur les routes du pays d’Oman, j’ai parfois l’impression de devenir fou, de me perdre dans le gigantisme des paysages, d’être fasciné au point de tout oublier, d’être effrayé jusqu’à ne plus vouloir sortir de ma voiture. C’est difficile à expliquer parce que ce pays n’a absolument rien de commun avec tout ce que j’avais pu voir avant. Les routes ne traversent en général que des champs de pierres, des montagnes escarpées et désertes ou d’immenses étendues de terre balayées par le vent. Pas un signe de vie ou presque, quelques arbustes, parfois des chèvres sur le bord de la route, puis soudain un village, mais qui ne ressemble pas à un village. Quelque chose qui pousse au milieu du vide, une colonie, une station d’étude comme dans l’Antarctique, je ne sais pas. Cette étrangeté presque irréelle finit par devenir une obsession, obsession du vide, épreuve de la solitude, poids de la chaleur. C’est un spectacle de tous les instants, où les perspectives sont étirées à l’infini, où il n’existe plus aucun des repères habituels de l’œil humain. L’immensité partout, à vous en faire perdre la tête. Je rêve éveillé, je suis surpris à chaque instant, à chaque coin de rue j’avais envie de dire, si tant est qu’il y en ait…

on the road

Carnet de bord, samedi 26 septembre

10h15 – Je quitte le Ras al-Jinz Scientific Center, après avoir en vain essayé de remettre mon GPS en langue anglaise. L’appareil ne marche pas, encore un produit chinois me dit un Omanais en rigolant. Le réceptionniste de l’hôtel me demande d’être prudent sur la route, à cause des animaux, me dit-il…

10h25 – Je roule depuis une dizaine de minutes, j’ai rejoint la route principale qui mène à Ras al-Haad, il fait déjà un soleil de plomb. La route est déserte.

10h30 – Je viens de dépasser les grandes antennes de la télévision, j’attaque l’ascension dans les collines. Les paysages commencent déjà à changer. Toujours personne sur la route, je dois avoir croisé trois ou quatre voitures depuis mon départ. Les gens conduisent comme des fous, ils sont tous à 100 ou 120 km/h alors qu’il est indiqué 80.

10h33 – Ça commence vraiment à ressembler à un désert par ici. Je viens de croiser un panneau de signalisation me demandant de rester vigilant à cause des chameaux. Le paysage est vraiment très étrange. Je commence à grimper à travers les collines. La route continue en traçant plusieurs lacets à travers la montagne. Ici c’est carrément la désolation complète, autant tout à l’heure il y avait encore quelques maisons, un tracteur dans un champ, une ou deux chèvres. Mais là, plus rien.

10h35 – Sur le bord de la route je viens de croiser un rocher complètement tagué, en forme de lion. Il y a plusieurs voitures arrêtées, et des gens prennent des photos.

10h36 – Je suis parti il y a 20 minutes et j’ai l’impression que cela fait déjà plus d’une heure que je roule. Je crois devenir fou. Le paysage est sans arrêt le même et j’ai l’impression de ne pas avancer, d’être tout le temps au même endroit. Le temps paraît complètement distendu, c’est assez hallucinant.

10h40 – Une voiture arrivant en face vient de me faire des appels de phares. Je ralentis, la vitesse est limitée à 60 km/h. Sans doute des policiers sont-ils encore planqués quelque-part. On m’a tellement dit de faire attention, que je me méfie. Ils peuvent surgir de nulle part, à chaque instant et vous mettre une amende, même pour le simple fait que votre voiture ne soit pas impeccablement nettoyée. Enfin, ce sont surtout les racontars des gens du coin !

10h45 – Il y a une nana en abaya et lunettes noires, complètement folle celle-là avec sa jeep. Elle me colle au derrière depuis 3 ou 4 minutes, comme pour me dire : « bouge de là toi, avec ton 4×4 » ! Je sens quand même qu’elle commence un petit peu à perdre patience, enfin bon !
10h47 – Ça y est, je suis sur Mars ! Je n’y suis jamais allé, je n’ai vu que des photos. Mais pour moi ça doit ressembler à cela ! Je me demande pourquoi les astronautes de la mission pour Mars ne sont pas venu s’entraîner à Oman !

10h48 – Je viens de rejoindre la côte ! J’ai la mer qui apparaît sur ma droite, immense… Elle passe du bleu nuit au bleu turquoise, il y a de grandes plages de sable, des petites maisons blanches par ci par là… Plus haut sur le front de mer, il y avait un petit village qui ressemblait à un lotissement tant les maisons étaient semblables.

10h50 – Voilà enfin Sur, je vais m’y arrêter pour prendre un café (penser surtout à acheter deux bouteilles d’eau au moins pour la route).

on the road 2 on the road 3

Amoureux d’écriture et de voyages, Paul est l’auteur du blog Petits Voyageurs. Il parcourt l’Asie et l’Europe dès qu’il en a l’occasion depuis plus de 5 ans. C’est à ses côtés et à travers ses yeux et ses mots que vous vivrez l’exploration du Sultanat d’Oman.

Aimez notre page Facebook!

Votez pour votre destination favorite et participez au tirage au
sort pour gagner un billet d'avion A/R pour 2 personnes vers le
Canada, Oman ou la Zambie !

CANADA OMAN ZAMBIE
CANADA OMAN ZAMBIE

 

 

×