Slide background
Slide background

L’heure du bilan : pour les grandes villes et les grands espaces naturels

J’ai eu l’opportunité de me rendre durant quinze jours au Canada grâce à l’opération « Les Explorateurs » de liligo.com et la sélection de mon profil via mon blog voyage L’Oiseau Rose. Vous avez pu suivre rapidement mon parcours au jour le jour durant ce voyage et je suis désormais rentrée en France. C’est donc l’heure du bilan !

Pourquoi j’ai choisi le Canada ?

J’ai un petit peu hésité, mais je me suis dit que je devais absolument découvrir le Canada et ses magnifiques paysages… Je connais en effet de nombreuses personnes ayant effectué un voyage au Canada et tous les retours que j’avais pu entendre sur ce pays étaient plutôt bons. Aussi, il ne faut pas se le cacher, le Canada est une destination de voyage au coût de la vie relativement élevé en comparaison avec les pays que j’ai l’habitude de visiter. En général, je choisis des destinations de voyage relativement peu chères afin de pouvoir y rester suffisamment longtemps pour me faire une bonne idée de l’ambiance générale du pays. L’opération « Les Explorateurs » était donc une belle opportunité pour moi de découvrir un pays que je n’aurais peut-être pas pu visiter par moi-même (en tous cas pour le moment).

J’avais surtout envie de voir de mes yeux de nouveaux paysages, et aussi de découvrir le Québec et les francophones qui y habitent. J’avais déjà rencontré quelques Québécois lors de mes voyages et j’avais toujours eu un bon feeling avec eux. Car les Québécois aiment généralement beaucoup la France, et donc les Français ! J’ai d’ailleurs été surprise de constater à quel point ils aimaient la langue française et souhaitaient la préserver de l’influence anglophone. Pas si facile quand on sait que les Québécois sont entièrement entourés d’anglophones, que ce soit au Canada même ou aux Etats-Unis. Le Canada était donc un choix facile à faire ! C’était le pays qui m’attirait le plus. Mais je serais également ravie de découvrir la Zambie un jour… Les chutes Victoria ont l’air vraiment superbe et l’on peut y découvrir de nombreux animaux en effectuant divers « Safari » comme l’a fait Fabrice (un autre explorateur de liligo.com).

image_4
Mon séjour de deux semaines au Canada s’est divisé en deux parties. J’ai en effet passé une première semaine à l’Ouest, en Colombie-Britannique, puis une autre semaine à l’Est, au Québec. Deux parties bien distinctes du Canada donc, avec deux ambiances assez différentes il faut le dire !

Une semaine à l’ouest du Canada

Je suis donc arrivée en premier lieu à Victoria, la capitale provinciale de la Colombie-Britannique, située sur la pointe sud de la ville de Vancouver. Cette ville n’est pas bien grosse et pleine de charme ! J’ai vraiment apprécié mes premiers instants au Canada, à flâner dans cette ville et les températures étaient plutôt agréables. Pour mon premier jour, j’ai eu droit à une escapade de plusieurs heures en mer pour aller à la rencontre des baleines. La chance était de mon côté car j’ai pu apercevoir plusieurs orques, une baleine à bosse et même des otaries ! J’ai ensuite poursuivi ma journée en dégustant un « Fish & Chips » au Fisherman’s Whart (un lieu situé aux abords du port où l’on trouve de nombreux restaurants, des petites boutiques, et surtout où les habitants de Victoria aiment se retrouver). J’ai été surprise de tomber nez-à-nez avec trois jolies petites otaries qui se trouvaient tout au bord du rivage, à proximité des restaurants. Des otaries visiblement très malines, en quêtes de quelques restes de poissons… C’est bien la première fois que je vois de tels animaux « quémander » à manger. Chez nous, ce sont des chiens ou des pigeons, jamais des Otaries… Aahhaha !

Après avoir exploré de long en large la ville de Victoria (son centre-ville n’est pas bien gros et tout est facilement accessible à pied), j’avais un vol pour Vancouver, une cité portuaire du pourtour du Pacifique, qui est la huitième plus grande municipalité canadienne. Mais je n’ai pas effectué ce court voyage dans un petit avion ordinaire… Je me suis envolée à bord d’un hydravion ! Je découvrais pour la première fois ce mode de transport que l’on ne retrouve que dans quelques régions du monde et j’étais enchantée du voyage… Il faut dire que ce n’est pas tous les jours que l’on monte à bord d’un hydravion et que l’on décolle et atterri directement sur l’eau. J’ai été surprise de voir que les autres passagers n’étaient pas vraiment « excités » de prendre l’hydravion… C’est un moyen de transport relativement commun au Canada et j’étais la seule à prendre des photos et des vidéos à bord.

image_4

Arrivée à Vancouver (avec une vue sublime sur la ville depuis l’hydravion), j’ai découvert une ville gigantesque, mais plutôt accueillante… J’ai logé dans un lodge agréable aux chambres originalement décorées nommé Skwachays Lodge (situé dans le quartier chinois). Pour information, je ne vais pas vous citer tous les hôtels dans lesquels j’ai été hébergée au cours de ce voyage mais je préciserai ceux qui m’ont vraiment plu. J’ai ensuite découvert la ville petit à petit, avec des moments entièrement libres et d’autres un peu plus organisés. J’ai notamment suivi un « Food tour » avec l’agence « Vancouver Foodie Tours » permettant de découvrir différentes saveurs, toutes proposées à bord de camions de vente alimentaire… Il faut dire que le concept est très populaire au Canada puisque l’on retrouve des centaines de Food Trucks à travers la ville. J’ai également suivi un tour nommé « Forbidden Vancouver » un soir. J’ai moins aimé l’approche, plus historique de la ville, mais le guide était bon acteur !

Pour le reste du temps, j’ai exploré la ville à mon rythme, avec la visite de Grandville Island et du Parc Stanley. L’île de Granville est facilement accessible en Aquabus (des petits bateaux qui servent donc de taxi), un moyen original et sympa de découvrir une autre vue sur la ville depuis l’eau. L’île est un petit concentré de boutiques originales et de marchés de produits frais et locaux ! Pour ce qui est du parc Stanley, le mieux est de louer un vélo et de partir à l’assaut du parc durant une heure ou deux. Le tour du parc Stanley s’effectue en effet rapidement en vélo, et l’on y découvre différents points de vue sur Vancouver.

Globalement, j’ai donc aimé la ville de Vancouver. Les gens y sont plutôt « cool » et l’ambiance est relativement paisible pour une grande ville. Il faut dire qu’elle est régulièrement citée parmi les cinq meilleures villes au monde pour sa qualité de vie ! Mais, pour mon séjour au Canada, j’avais surtout envie de découvrir de grands espaces et me plonger dans de grandes randonnées dans la nature… Eh bien je n’ai pas été déçue puisqu’en à peine 30 minutes de voiture de Vancouver, l’on arrive à Squamish, un petit coin de nature situé le long de la route provinciale 99, la fameuse « Sea to Sky highway » ! La route est surnommée ainsi car l’on a d’un côté la mer, et de l’autre les montagnes… La vue est absolument superbe et contraste totalement avec le paysage urbain de Vancouver. J’ai emprunté cette route pour me rendre avant tout à Whistler, mais je ne pouvais m’y rendre sans passer par Squamish et m’arrêter au « Sea to Sky Gondola », un grand téléphérique construit récemment. Le téléphérique est ouvert tous les jours et, pour 37,95 dollars canadien, l’on peut effectuer un aller/retour et découvrir une vue sublime sur la montagne depuis le haut ! L’ascension en téléphérique dure environ 10 minutes, l’on a donc largement le temps d’apprécier la vue sur les montagnes et de prendre quelques photos. Mais c’est en arrivant au sommet que l’on se rend vraiment compte de la beauté du site… Un pont suspendu a été construit à cet endroit, ce qui rajoute encore du charme du lieu.

image_10

Mais je ne me suis pas arrêtée là dans les découvertes puisque j’avais une randonnée, suivie d’une Via Ferrata à effectuer (le tour coûte 109 dollars canadiens). Le guide, d’origine québécoise, parlait très bien français et l’on a pu longuement échanger sur le concept de Via Ferrata (traduction de « voie ferrée » en latin), qui est un parcours sportif situé sur une paroi rocheuse et équipé avec des éléments spécifiques comme des rampes, des échelles et des câbles. Le parcours est bien sécurisé et accessible à tous, même aux plus jeunes ! L’on est équipé d’un baudrier et toujours bien attaché via un câble… Les risques d’accidents sont donc extrêmement limités. Mais l’on a l’impression d’être un alpiniste aguerri et l’on s’amuse comme des petits fous sur la Via Ferrata. J’en garde d’ailleurs un excellent souvenir ! L’un des meilleurs du voyage.

Squamish, j’ai également effectué un tour en VTT dans la forêt. C’était vraiment sympa car j’étais accompagnée d’une jeune guide et de ses deux adorables chiens ! L’on s’est évidemment beaucoup occupé des chiens et l’on a joué avec eux dans la magnifique forêt verdoyante ! Mais le parcours en VTT n’était pas non plus de tout repos… Le terrain était jonché de pierres et de branches et il fallait régulièrement traverser sur des petits ponts en bois… Il faut une belle maîtrise de son vélo et l’on s’amuse bien ! Le VTT est d’ailleurs plutôt populaire en été dans la région. C’est une belle alternative à tous les sports de glisses qui ne se pratiquent qu’en hiver.

Après Squamish, je me suis dirigée vers Whistler, une municipalité de villégiature extrêmement connue pour sa station de sport d’hiver « Whistler Blackcomb », qui a accueilli les Jeux Olympiques d’hiver en 2010 ! Ça ressemble à un petit village touristique avec de nombreux hôtels et restaurants, une base pour explorer les alentours, ses hautes montagnes et ses lacs… A Whistler, il y a de nombreuses choses à faire, que ça soit en été ou en hiver. Mais j’ai apprécié y être en été car les paysages y sont magnifiques et bien plus visibles sans une épaisse couche de neige. Je me suis rendue au Spa lors de ma première matinée. Un Spa Scandinave entièrement construit au cœur de la nature, où il faut alterner entre bains dans l’eau chaude et bains dans l’eau froide. Un moment de détente bien mérité en milieu de séjour…

J’ai ensuite enchaîné les activités permettant de découvrir les superbes montagnes de Wistler ! Un tour dans un petit hydravion, tout d’abord. Un survol magique au-dessus des montagnes… J’ai également effectué un tour de deux heures en Buggy, un moment super fun ! Et j’ai même vu un ours brun au bord de la route… Mais c’est cela pour moi le Canada… La nature, les ours et le fun !!! 😉

A Whistler, j’ai également effectué une longue journée de randonnée… Pour monter en haut des montagnes il faut prendre un téléphérique puis l’on peut passer d’une montagne à une autre via le « Peak to Peak ». Un téléphérique également, mais qui traverse toute la vallée ! Cette journée, où j’étais seule dans la montagne à explorer la nature environnante fût mon plus beau moment au Canada… La nature était exceptionnellement belle…

Une semaine à l’est du Canada

Après mon séjour en Colombie-Britannique, j’ai pris un vol direction Montréal, situé tout à l’est du Canada. J’ai donc pu voir les deux faces opposées du pays ! Le Canada est un pays gigantesque et il faut près de 6h de trajet pour se rendre d’un bout à un autre… Même le fuseau horaire est différent puisqu’il y a 9h de décalage entre la France et Vancouver, contre 6h entre la France et Montréal.

Arrivée à Montréal, tout le monde parlait français contrairement à Vancouver. C’était bien agréable de pouvoir dialoguer facilement avec la population et de se rendre compte à quel point les Québécois chérissent la culture française. Je ne suis pas restée très longtemps à Montréal mais j’ai pu découvrir de nombreuses facettes de la ville avec un guide de l’agence « ça roule Montréal » lors d’un tour à vélo. J’ai été surprise par l’architecture de la ville, avec ces nombreuses maisons anciennes dotées d’escaliers extérieurs en fer forgé… De nombreux « Street-Arts » sont également présents dans la ville. Certains d’entre eux (appelés « murales ») sont de véritables œuvres d’arts élaborés sur des pans de murs entiers. Sinon, n’en déplaise à certains, je n’ai pas tellement accroché avec la ville de Montréal… Je ne saurais dire pourquoi. Certainement que le mauvais temps qui est arrivé rapidement au soir du premier jour à contribué à mon impression générale des lieux. Mais, tout de même, j’ai trouvé la ville moins sympathique que Vancouver.

Mais de toute manière, j’ai rapidement dû quitter la ville pour me rendre dans le Parc National de la Mauricie ! J’ai pris un bus de la gare routière de Montréal pour la ville de Trois-Rivières, qui est proche du parc (le trajet dure environ 3h). Arrivée à Trois-Rivières, une guide de l’office du tourisme de la Mauricie m’attendait pour me conduire au cœur du parc National ! Si vous avez suivi un peu mon périple, vous savez que j’ai dormi dans un TIPI à ce moment-là ! Une expérience mémorable qui restera gravée dans ma mémoire pour longtemps. Il faut dire que ce n’est pas tous les jours que l’on peut « jouer à l’indien » et dormir au coin du feu… Les températures avaient en effet énormément baissées et il faisait vraiment froid à l’est du Canada. Je ne sais pas comment les gens peuvent survivre toute l’année dans ce froid… Imaginez-vous bien qu’en hiver, la température peut descendre jusqu’à -40° C ! Un local m’expliquait qu’il pouvait y avoir une hauteur de neige allant jusqu’à 6/7 mètres à certains endroits… Les habitants sont alors contraints de rentrer chez eux par les fenêtres du haut. D’ailleurs, pour l’anecdote, si vous voyagez au Québec, vous remarquerez qu’il n’y a pas de volets aux fenêtres des habitations… Pourquoi ? Car ça serait complètement gelé et donc totalement inutilisable en hiver !

image_7

Pour en revenir à mon séjour à l’est du Canada et sur mon nuit en TIPI, sachez que ce n’est pas évident de dormir à côté d’un feu. La fumée est très présente et il faut mettre ses affaires à l’abri pour ne pas que toute notre valise sente la fumée ahahah ! Il faut également entretenir le feu régulièrement en remettant des bûches de bois… En dehors de ça je n’ai pas eu froid dans mon TIPI et j’ai passé une bonne nuit. Elle devait être courte de toute manière car je devais me lever à 5h du matin afin d’effectuer un tour en Canoë sur un lac du parc, pour avoir peut-être la chance de voir des animaux…

Je suis donc partie avec un guide à 5h à l’assaut du parc ! Nous sommes restés plus de deux heures sur le lac en essayant de faire le moins de bruit possible pour apercevoir un Orignal (Appelé communément « Elan » en Europe). Ces animaux sont essentiellement en Amérique du Nord, en Scandinavie et en Serbie. Il n’est donc pas commun d’en apercevoir… Malheureusement, malgré toute la bonne volonté et le lever aux aurores, je n’ai pas eu la chance de voir un orignal. Par contre, un peu plus tard dans la journée, j’ai vu des castors (ça ne console pas, mais c’est déjà pas mal). Il faisait froid sur le lac tôt dans la matinée, mais franchement ça en valait la peine car la petite brume et les couleurs du lever du soleil ont rendus les lieux MAGIQUES !

J’ai également pu faire de la randonnée dans le Parc National et apprécier les couleurs de l’automne… La saison est plutôt touristique car les visiteurs savent très bien que les couleurs qui virent au rouge/orange dans le parc sont magnifiques… Et ils ne veulent rater cela pour rien au monde ! Et c’est vrai que les couleurs sont jolies… Et contrastes parfaitement avec le bleu du ciel et des nombreux lacs du parc.

Après cette escapade de quelques jours dans la nature, j’ai pris un nouveau bus, en direction de la ville de Québec cette fois. J’ai finalement préféré cette relative petite ville à Montréal… Il faut dire que Québec a énormément de charme, avec son vieux quartier et ses petites ruelles chaleureuses ! J’ai fait un saut sur l’île d’Orléans pour y déguster du bon vin et j’ai également été voir l’impressionnante Chute Montmorency. En dehors de cela, j’ai visité l’hôtel-musée des Premières Nations où j’ai appris beaucoup de choses sur la population indienne « Huron-Wendat » encore présente aujourd’hui.

A la suite de quoi, j’ai dégusté une « Poutine » pour mon dernier repas, avant de repartir le lendemain vers la France… D’ailleurs, si vous passez par le Québec, n’oubliez pas de goûter à la populaire Poutine (c’est gras, à base de frites, de fromage en grain et de sauce, mais c’est très bon) !

image_3

image_6

Le Canada, entre ville et nature !

J’ai retrouvé mon chez-moi mais je me dis que j’ai vraiment vécu une belle expérience au Canada. Si vous hésitez encore à vous envoler pour ce pays aux multiples facettes, je vous conseille de foncer car vous ne serez certainement pas déçus !

Le Canada possède en effet de nombreux atouts et il y en a pour tous les goûts… Que vous aimiez les grandes villes ou les grands espaces de nature, vous serez conquis. Pour ma part, j’aime les deux alors j’ai trouvé ce séjour bien équilibré, entre city-trips et découverte d’espaces naturels… Je ne me suis jamais ennuyée une seule seconde !

J’ai également aimé le contraste entre l’Ouest et l’Est du Canada. Deux parties bien distinctes, mais qui ont beaucoup de choses à offrir à leurs visiteurs. J’aurais bien du mal de vous conseiller une région plutôt qu’une autre car il y a des choses très intéressantes des deux côtés, mais je donnerais tout de même l’avantage à l’Ouest canadien, pour sa qualité de vie et les merveilleux paysages que l’on y trouve… Mais le Québec a aussi son charme et la population locale y est très charmante avec les Français, alors ce n’est pas si évident de trancher.

Je ne sais pas si je retournerai au Canada bientôt mais il faudra bien… J’ai un orignal à rencontrer ! 😉

Blogueuse voyage confirmée, Camille est l’auteure de L’Oiseau Rose. Elle a pris goût aux voyages en 2009 lors d’un stage de trois mois en Thaïlande. Depuis, elle parcourt le monde dès qu’elle le peut. Elle est notamment partie plus d’un an pour faire le tour de l’Asie du sud-est, de l’Inde et d’une partie de l’Amérique du sud.

Aimez notre page Facebook!

Votez pour votre destination favorite et participez au tirage au
sort pour gagner un billet d'avion A/R pour 2 personnes vers le
Canada, Oman ou la Zambie !

CANADA OMAN ZAMBIE
CANADA OMAN ZAMBIE

 

 

×